Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Prise en main des Xiaomi Redmi AirDots, les écouteurs sans fil à petit prix valent-ils le coup ?

Si vous connaissez les Mi True Wireless qui ont pour but de concurrencer les Apple Airpods, êtes-vous également familier avec les Xiaomi Redmi AirDots ? Il s'agit d'un modèle bas de gamme qui n'a aucune volonté de ressembler ou d'imiter la solution de la Firme de Cupertino, mais simplement de proposer le prix le plus bas du marché en termes d'écouteurs sans fil. Peut-on être agréablement surpris, ou ce produit est si abordable qu'il faut à tout prix l'éviter ? Pour le savoir, nous vous livrons nos premières impressions. 

Xiaomi est un constructeur qui a la particularité d'être présent sur un nombre incalculable de domaines. Sa notoriété s'étend des smartphones aux objets connectés, jusqu'à la mobilité urbaine, sans oublier plus récemment les écouteurs true wireless, ou sans fil. À l'heure où nous écrivons ces lignes, la marque chinoise a fabriqué trois modèles différents : les Mi True Wireless (haut de gamme), les Xiaomi AirDots (milieu de gamme) et les Xiaomi Redmi AirDots (bas de gamme), ceux qui vont nous intéresser pour cet article donc. Pourquoi tant d’intérêt ? Ces écouteurs sans fil sont tout simplement proposés à un prix excessivement bas, voire le plus bas du marché... On est donc en droit de se demander à quoi peut-on réellement s'attendre sur cette tranche tarifaire.

Un unboxing très rapide

Pour commencer, les Xiaomi Redmi AirDots ne sont pas officiellement disponibles en France, seuls les Mi True Wireless le sont sur la boutique en ligne. Il est donc obligatoire, que dis-je, indispensable de passer par le biais de l'importation pour en obtenir une paire.

Le contenu du colis ne devrait d'ailleurs pas étonner plus que ça compte tenu du prix auquel ils sont proposés. Dans la boîte, on y trouve :

Vous avez sûrement remarqué l'absence d'un câble USB pour recharger le boîtier des écouteurs sans fil. Xiaomi a peut-être jugé (non, c'est même sûr!) que le possesseur lambda d'un smartphone a déjà son propre câble. Et il a raison, mais il y a un hic : les écouteurs se rechargent via un port microUSB alors que la majorité des smartphones d'aujourd'hui proposent de l'USB-C. Actuellement équipé d'un Nokia 8, ce n'est qu'après une petite période de fouille dans mon cimetière de smartphones que j'ai pu mettre la main sur le câble adéquate. Vous en aurez aussi sûrement un qui traîne quelque part, mais mieux vaut le savoir à l'avance.

Comment ça marche ?

Si vous savez lire le mandarin, nous vous invitons à consulter le manuel d'utilisation. Dans le cas contraire, les explications suivantes vont sûrement vous aider.

Les Xiaomi Redmi AirDots fonctionnent grâce à la relation "maître-esclave", autrement dit l'un envoie les informations à l'autre pour fonctionner ensemble. Dans ce cas, l'écouteur droit (R) est le principal. Allez dans les paramètres Bluetooth de votre téléphone, sélectionnez "Associer un nouvel appareil" puis retirez l'écouteur droit du boîtier et appuyez sur le bouton pressoir pour apercevoir une lumière blanche clignotante. Il suffit ensuite de cliquer sur "Redmi AirDots_R" dans la liste pour l'appairer avec votre smartphone. Vous aurez confirmation de la bonne connexion des écouteurs entre eux grâce à un son distinctif en les mettant aux oreilles.

Maintenant que vous pouvez profiter en mode stéréo, sachez qu'un mode mono est également disponible. S'il parait logique d'utiliser uniquement l'écouteur droit en prenant soin de laisser le gauche dans la boîte, l'inverse est tout à fait possible. Pour cela, il suffit de laisser l'écouteur droit dans la boîte et de répéter la procédure de synchronisation ci-dessus, mais en sélectionnant cette fois-ci "Redmi AirDots_L".

Si cette fonctionnalité se révèle utile pour l'appairer à un autre appareil par exemple, il faudra en revanche se souvenir de retirer en premier lieu l'écouteur droit, puis le gauche, pour revenir en stéréo (d'où le maître-esclave).

Basique, simple, simple, basique

À ce prix, il ne faut pas s'attendre à de l’extravagance. Donc oui, les Xiaomi Redmi AirDots sont d'une sobriété poussée à l’extrême. Tout d'abord, le boîtier de recharge porte une robe noire où seul le logo "Redmi" au milieu vient perturber le tout. Il est d'ailleurs plutôt léger (34,2 grammes avec les écouteurs et 26,4 grammes sans), mais tout de même assez épais pour se ressentir dans la poche du pantalon. Le tout est en plastique, ce qui n'est pas dérangeant pour le prix, mais force est de constater que le clapet semble assez fragile. Faites attention à chaque ouverture et fermeture.

En ce qui concerne les écouteurs, ils respectent le ton sombre et uni introduit par le boîtier. De base intra-auriculaires, ils prennent la forme d'une petite capsule légère de 3,8 grammes seulement, avec la présence d'un bouton pressoir sur la surface. En comparaison des Airpods, ils sont beaucoup plus discrets puisque aucune tige ne dépasse. En regardant la personne de face par exemple, il est presque impossible de les voir tant ils épousent parfaitement le creux de l'oreille. Avec les embouts en silicone de plusieurs tailles, vous pouvez également ajuster le confort.

Pour ma part, j'ai opté pour la taille M qui me permet de profiter d'une bonne isolation passive tout en profitant d'un bon maintien, mais sans pour autant me boucher complètement les oreilles (je n'aime pas ça). Je les porte aussi bien au travail que dans les transports en commun et je dois avouer que je n'ai jamais ressenti une quelconque douleur, même après plusieurs heures d'utilisation. Un bon point donc.

Concrètement, ça fait le taff ?

Pour une vingtaine d'euros, clairement oui. Je pense néanmoins qu'il vous faut plus d'explications que cela. Les Xiaomi Redmi Airdots ont déjà le mérite d'être compatibles Bluetooth 5.0 pour assurer une connexion stable et fluide. Au quotidien, je n'ai que très rarement expérimenté des coupures de son et j'avoue que c'était un peu ma crainte en achetant des écouteurs si peu chers. Venant des Freebuds de Huawei, les interférences étaient nombreuses et nuisaient grandement à l'expérience sonore. Les écouteurs de Xiaomi m'ont clairement surpris à ce niveau-là. Je suis conquis.

Si une bonne majorité des écouteurs sans fil utilisent le codec AAC (comme les Airpods), ceux du constructeur chinois passent en revanche par le codec SBC. Cela permet surtout de savoir le débit maximal lors d'une transmission en Bluetooth (ici, maximum 350 kbits/s), et donc la qualité audio qui en résulte. Cela ne plaira pas forcément aux plus audiophiles qui ne jureront que par l'Apt-X ou le LDAC, mais si vous êtes comme moi à avoir un compte Spotify Premium (YouTube Music ou Deezer) sur votre smartphone, cela suffit amplement pour bénéficier d'une écoute agréable au quotidien. Avec le volume sonore à fond, le son ne grésille pas. Les basses sont néanmoins un peu trop prononcées, ce qui met les aigus en arrière-plan. Rien de dramatique en tout cas, le résultat reste tout à faut audible.

Lors de la lecture d'une vidéo sur YouTube ou Netflix, je n'ai constaté aucune latence entre l'image et le son. Ces applications sont généralement bien optimisées, mais ce n'est pas le cas de toutes celles que vous avez l'habitude d'utiliser sur votre smartphone, notamment pour les jeux. Sur PUBG par exemple, on ressent clairement un écart d'une demi-seconde entre le moment où on tire une balle et le moment où on entend le son de la balle dans les oreilles. Ce n'est donc pas la meilleure solution pour jouer à un jeu, surtout en ligne.

J'ai également fait la tentative de passer plusieurs appels dans les rues bruyantes de Paris, l'occasion parfaite pour tester la réduction de bruit CVC 6.0 lors d'une conversation téléphonique. Pour mettre les choses au clair, je ne suis pas un habitué des oreillettes Bluetooth ou de l'utilisation d'un mode mains libres dans ces moments-là, mais je dois avouer que le rendu avec les Xiaomi Redmi AirDots est bien meilleur que lorsque j'ai le téléphone accroché à l'oreille. Je n'entends presque plus les voitures autour de moi, seulement la voix claire et limpide de mon destinataire. Ce dernier était d'ailleurs plutôt content que je ne le fasse pas répéter sans cesse.

Une autonomie correcte pour le prix

Le boîtier de recharge possède sa propre batterie d'une capacité de 300 mAh et chaque écouteur a 40 mAh. Si vous trouvez ça un peu faiblard, il faut rappeler que les Xiaomi Redmi AirDots sont avant tout un produit bas de gamme. De ce fait, il ne faut pas s'attendre à une autonomie extraordinaire, du moins pas autant que sur un produit premium. Elle est en revanche plutôt confortable pour l'utilisation que j'en ai dans la vie de tous les jours.

Sur une journée normale, les écouteurs sont dans mes oreilles à partir de 9h du matin et je ne les retire qu'à midi pour aller manger. Il reste généralement 10-20% à ce moment-là (un indicateur sonore ne manque d'ailleurs pas de vous prévenir de la faible batterie). Ils se rechargent dans leur boîtier pendant la pause (LED rouge), puis je les renfile à 14h et ils tiennent généralement jusqu'à environ 17h30 avant d'être à plat. Un dernier petit tour dans le boîtier avant la fin de la journée me permet également d'en profiter dans les transports en commun pour rentrer chez moi.

Ils tiendront la matinée suivante, voire un peu plus, mais je suis ensuite obligé de brancher le boîtier pour durer plus longtemps. Les 12 heures d'autonomie annoncées par le constructeur chinois, à raison de 3 recharges pour 4 heures d'utilisation, sont globalement respectées. La recharge complète du boîtier n'est d'ailleurs pas très longue, comptez environ 30 à 45 minutes (un peu plus si vous le branchez à une box Internet, par exemple).

Prix et disponibilité

Comme dit précédemment, les Xiaomi Redmi AirDots n'ont pas (encore) été officialisés en France. Vous les trouverez généralement pour environ une vingtaine d'euros sur Gearbest(voir moins avec le code GBREDMI189), ou via le MarketPlace de certaines enseignes, comme Cdiscount.