Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Xiaomi Redmi Note 8 Pro : le nouvel incontournable

La gamme Redmi Note représente ce que Xiaomi sait faire de mieux en termes de rapport qualité/prix tout en restant très accessible avec un prix sous les 300 euros. En début d'année, le Redmi Note 7 nous avait bluffés par la qualité de son design, ses performances ou encore son autonomie. Le Redmi Note 7 Pro, pourtant intéressant sur le papier, n'a jamais vu le jour officiellement en France.

Pour la fin de l'année, Xiaomi France inverse sa stratégie. Le Redmi Note 8 n'existe pas officiellement en France, mais le Redmi Note 8 Pro arrive chez nous avec un prix officiel de 249,9 euros. Ce prix le place pile entre le Mi 9 Lite et le Redmi Note 7, au sein d'une famille désormais très nombreuse de smartphone disponible chez Xiaomi France.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d'un Xiaomi Redmi Note 8 Pro acheté dans le commerce.

Notre test en vidéo

Design

Le Xiaomi Redmi Note 8 Pro reprend là où le Redmi Note 7 s'était arrêté. On retrouve les mêmes traits de design, mais avec une qualité de fabrication en hausse. L'écran borderless avec une encoche en goutte est toujours là, mais avec un menton plus court et une encoche plus discrète. C'est devenu rare en 2019 : une petite LED de notification est intégrée dans l'encoche.

Le dos n'est plus plat, mais légèrement arrondi avec une surface en verre Gorilla Glass 5 et un cadre en plastique dur avec un effet brillant comme pour se fondre avec le verre. L'appareil épouse parfaitement la main, et heureusement, car il a clairement gagné en poids comparé au Redmi Note 7 ; on passe de 186 à 200 grammes. Le poids du smartphone se fait remarquer que ce soit dans la main, ou dans une poche. Ce n'est pas un gabarit qui plaira à tout le monde, et je ne saurai trop vous conseiller de tester le smartphone en magasin.

Me concernant, j'ai pu m'y habituer et je trouve le design du smartphone très réussi pour un appareil à ce prix. Un seul point m'a véritablement gêné : l'appareil photo et le lecteur d'empreintes. Ce dernier est en effet intégré au module photo qui ressort vraiment nettement du smartphone. Autrement dit, quand vous placez le smartphone sur un bureau, le poids du smartphone écrase le module photo contre la surface et l'appareil devient assez bancal.

Le lecteur d'empreintes demande une petite gymnastique pour s'y habituer, mais il tombe assez facilement sous le doigt. On a simplement l'impression, assez contre-intuitive, de devoir mettre le doigt sur l'appareil photo pour déverrouiller le smartphone.

Côté connectique, on reste en territoire connu avec de l'USB Type-C (2.0). La prise casque jack 3,5 mm est toujours là, ainsi que le tiroir dual SIM hybride pouvant recevoir une carte MicroSD.

Écran LCD Full HD mal calibré

Malgré la montée en gamme, Xiaomi continue de choisir une dalle LCD IPS Full HD pour son smartphone. Pour de l'AMOLED il faudra encore monter le prix et regarder du côté du Mi 9 Lite. Le Redmi Note 8 Pro intègre un écran de 6,53 pouces avec une définition de 2340 x 1080 pixels. En 2019, les écrans de mauvaise qualité ont quasiment disparu du marché. Celui du Redmi Note 8 Pro est plaisant à l’œil nu, avec une bonne luminosité maximale, et une luminosité minimale qui permet une bonne lisibilité dans le noir.

À l’aide du logiciel CalMAN Ultimate de Portrait Display et de notre sonde colorimétrique, nous avons pu faire notre série de tests sur l'écran. Nous avons effectuer les mesures avec les réglages de MIUI par défaut. La gamme des couleurs couvertes représente 121 % du sRGB pour 81 % du DCI-P3. Nous avons ensuite testé si les couleurs affichées étaient fidèles à la réalité. La différence mesurée, le dE2000, était en moyenne de 4,59 comparé aux couleurs du DCI-P3, avec un maximum relevé à 11,63. Cette moyenne tombe à 3.9 si l'on compare les couleurs affichées au spectre sRGB. La calibration des couleurs n'est ainsi pas le point fort de cet écran.

La température moyenne des couleurs est à 7970K, c'est beaucoup plus froid que les 6500K recherchés (c'est la température de la lumière blanche du soleil). Le taux de contraste mesuré est de 1412:1, pour une luminosité maximale de 492 cd/m².

Performances : Goliath parmi les poids légers

Le Redmi Note 8 Pro fait le choix peu orthodoxe d'intégrer une puce MediaTek Helio G90T à la place des puces Snapdragon de Qualcomm que l'on a l'habitude de trouver dans les smartphones de la marque. Ce choix permet au fabricant d'intégrer une puce très performante pour ce prix, qui mise particulièrement sur la partie graphique ARM Mali G76 M4. Pour les bidouilleurs, cela veut dire que le smartphone pourrait être moins suivi par la communauté, c'est historiquement le cas pour les smartphones équipés en MediaTek.

À l'usage, le smartphone est parfaitement fluide en toute circonstance. Avec les 6 Go de RAM LPDDR4X et les 64 à 128 Go de stockage UFS 2.1, les applications s'installent et se lancent très rapidement. Xiaomi s'est fait une réputation de proposer des smartphones aux rapport performance/prix ahurissant, et le Redmi Note 8 Pro ne va pas contredire cette réputation.

Comme on peut le voir sur nos benchmarks, le Redmi Note 8 Pro creuse un grand écart de performance avec le Redmi Note 7, et se permet même de faire mieux que le Mi 9 Lite, pourtant théoriquement sur la gamme au-dessus chez Xiaomi. Nous avons également comparé le téléphone avec le Mi 9T Pro équipé du Snapdragon 855, l'une des meilleures puces de Qualcomm, pour illustrer l'écart entre le haut et le milieu de gamme.

Ces très bonnes performances se confirment en jeu. Le Redmi Note 8 Pro est capable de faire tourner Fortnite Chapitre 2 à 30 images par seconde avec les détails élevés et la résolution 3D réglée à 100 %. La fluidité est stable dans l'ensemble, même si à la fin de la session de jeu j'ai noté quelques baisses sur des moments de jeu un peu plus intenses avec beaucoup de mouvements de caméra, mais jamais en dessous des 20 images par seconde.

Une partie de Call of Duty Mobile très fluide, et avec les détails graphiques réglés sur élevé, termine de nous convaincre.

MIUI 10 : fluide, mais pollué

Le Redmi Note 8 Pro embarque Android 9 Pie avec l'interface MIUI 10 et les mises à jour de sécurité du 1er septembre. On ne va pas représenter MIUI, d'autant que c'est loin d'être le premier smartphone avec la version 10 de l'interface. On se contentera de rappeler qu'il s'agit d'une interface changeant profondément Android, en remplaçant plusieurs des fonctions de Google. Elle est également très fluide, regorge de fonctions et est optimisée pour maximiser l'autonomie du smartphone. On apprécie particulièrement le soin apporté par Xiaomi aux différentes animations de MIUI qui renforcent cette impression de fluidité, que ce soit en naviguant entre les applications ou dans le launcher par défaut, il y a toujours une petite animation pour accompagner le mouvement du doigt rendant l'ensemble très naturel.

Nos reproches concernant cette interface n'ont pas changé non plus. Le nombre de fonctions fait qu'il est difficile de s'y retrouver dans les paramètres du smartphone, dont l'organisation générale laisse à désirer. On n'aime pas non plus la pseudo analyse antivirus qui se déclenche à l'installation de chaque application venant du Play Store et qu'il faut désactiver au plus vite. Le tiroir d'applications est également aux abonnés absents, mais un changement de launcher règle le problème.

Mise à jour le 22 octobre : nous avons vérifié la gestion des DRM sur le Redmi Note 8 Pro. Le smartphone est bien certifié Widevine L1. En revanche, la lecture HD est tout de même bloquée sur Netflix. Au moment où sont écrites ces lignes, il n'est pas possible de regarder de vidéo en HD sur Amazon Prime Video et Netflix.

Photos

Xiaomi propose un nouveau module photo avec son Redmi Note 8 Pro. Il est équipé de quatre appareils, un premier avec capteur de 64 mégapixels, un deuxième de 8 mégapixels avec objectif ultra grand-angle (120°), un troisième de 2 mégapixels pour le mode Macro et le dernier de 2 mégapixels pour capter plus d'informations sur la profondeur.

Par défaut, l'application caméra capture des images de 16 mégapixels. Le smartphone utilise en fait le capteur de 64 mégapixels et fusionne 4 pixels pour 1, ce qui divise par 4 la définition de l'image et la fait tomber à 16 mégapixels. L'application propose aussi un mode « 64 MP » permettant de capturer en définition native. Dernier usage trouvé par la marque : l'application intègre un zoom numérique 2x, qui là aussi utilise la définition du capteur pour faire un agrandissement artificiel d'une partie de l'image et crée l'effet de zoom.

Dans les faits, les différences entre les photos prises en mode 16 mégapixels ou en mode 64 mégapixels sont quasi imperceptibles. On ne comprend pas très bien pourquoi Xiaomi a décidé d'en proposer un mode dédié dans l'application caméra, alors qu'une option dans les paramètres aurait pu suffire.

Pour un smartphone commercialisé à 250 euros, le Redmi Note 8 Pro s'en sort très bien de jour. Le HDR s'active correctement pour proposer des contrastes plutôt maîtrisés et une belle dynamique. Le traitement des couleurs est également assez naturel. Tout n'est pas parfait, on note ici ou là un nuage un peu brûlé, ou au contraire un bâtiment sous exposé, mais dans l'ensemble c'est bon, et il faudra investir dans un smartphone plus cher comme le Pixel 3a ou le Oppo Reno 2 pour passer au stade supérieur sur les photos.

Ultra grand-angle

L'une des caractéristiques du Redmi Note 8 Pro est d'intégrer un objectif ultra grand-angle qui se traduit dans l'application par une option « zoom 0,6X ». Malheureusement, cet appareil photo n'est vraiment pas convaincant comparé à l'appareil principal. On gagne certes légèrement en champ de vision, mais à quel prix ? Tout le reste de la photo est raté : la dynamique est mauvaise, la gestion des couleurs est mauvaise et le bruit devient très présent. Au final, on préférera toujours utiliser l'appareil principal plutôt que ce mode-là.

Mode Macro

Après l'ultra grand-angle et le téléobjectif, la nouvelle mode chez les fabricants de smartphones est de proposer un appareil photo dédié à la macro. On l'a déjà vu sur le Honor 20 par exemple. Avec un capteur de 2 mégapixels, les possibilités restent limitées et on gardera les photos plutôt pour un partage sur les réseaux sociaux. Le résultat est assez convaincant, on a véritablement une mise au point à 2 cm du sujet ce que ne peut pas faire l'appareil principal du smartphone. Le relief et la texture de la fausse plante sont particulièrement bien marqués.

De nuit

Prendre des photos en basse luminosité reste en 2019 le principal critère discriminant entre un smartphone bas de gamme et un smartphone haut de gamme. Le Redmi Note 8 Pro ne fait pas exception à la règle, et les résultats la nuit sont beaucoup moins bons qu'en journée. Le rendu est la plupart du temps très irréaliste, avec un taux de contraste poussé à l'extrême. L'effet plaira ou ne plaira pas, mais ironiquement, le rendu « contraste » avec ce que nous notions en journée.

Plus grave, l'optique crée très facilement un effet de « lens flare », c'est à dire une sorte d'effet halo au niveau des sources de lumière. C'est particulièrement notable sur une photo de rue avec les lampadaires et les éclairages des véhicules.

Une nouvelle fois, l'appareil ultra grand-angle n'est pas du tout convaincant. Le rendu des photos est beaucoup moins réussi que celui des photos prises avec l'appareil principal. On perd en détail, le bruit est très présent, et on gagne en aberration à cause de la forme de l'optique. En revanche, le faux zoom qui coupe dans l'image 64 mégapixels est plutôt convaincant.

Selfie

L'encoche de l'écran du Redmi Note 8 Pro entoure l'appareil frontal du smartphone de 20 mégapixels, avec un objectif f/2,0. Comparé au capteur 13 mégapixels du Redmi Note 7, on gagne en détail de façon visible.

Dommage que le HDR soit si capricieux avec les photos prises à la caméra frontale. Dans certains cas, il était tout simplement impossible d'obtenir une photo correcte avec une exposition réussie de mon visage et du paysage.

De nuit, le traitement des éclairages et beaucoup plus complexe à gérer pour la caméra, qui va avoir tendance à les brûler. Ce sont des photos qu'il sera difficile d'exploiter autrement que pour un partage rapide sur les réseaux sociaux.

Champion d'autonomie

Le Redmi Note 8 Pro intègre une batterie volumineuse de 4500 mAh. Avec les optimisation habituelles de MIUI et une puce gravée en 12 nm FinFET, on peut s'attendre à une belle autonomie. Notre protocole de test Viser qui mélange plusieurs usages (SMS, lecture de vidéo, appels, jeux, photos) nous donne un résultat impressionnant de 14 heures et 20 minutes, l'un des meilleurs à ce jour pour les smartphones testés par FrAndroid depuis le début de l'année 2018.

Ce score est confirmé par nos résultats à l'usage. J'ai pu tenir sans problèmes pendant 2 jours et 13 heures avant de tomber à 20 % avec une utilisation assez modérée du smartphone, mais malgré tout quelques pics d'utilisation : une heure de visioconférence sur Facebook Messenger, quelques heures sur Netflix, et un peu de temps sur Twitter.

Dans une journée plus chargée, en voyage de presse, j'ai pu tenir sans problème jusqu'à la fin de la journée avec utilisation intensive du smartphone mêlant plusieurs heures de Netflix, et surtout plusieurs heures d'utilisation en mode modem Wi-Fi ce qui consomme particulièrement sur smartphone.

Le smartphone est vendu avec un chargeur USB-C de 18W. Il permet de passer de 10 à 48 % en 30 minutes, puis à 79 % avec 30 minutes de plus. En tout il faut compter un peu moins de 2 heures pour passer de 10 à 100 %. Cependant avec une telle autonomie disponible, recharger à 50 % sera déjà suffisant pour être tranquille reste de sa journée.

La bande de fréquence 700 MHz est là

Le Redmi Note 7 avait été critiqué pour l'absence de NFC, interdisant l'usage du smartphone comme moyen de paiement, et de la 4G 700 Mhz. C'est désormais du passé. Le Redmi Note 8 Pro affiche une compatibilité complète avec la 4G LTE utilisée en France. Le téléphone est compatible double SIM, les deux cartes peuvent accéder à la 4G simultanément.

Le NFC est bien là, comme Google Pay, avec le Bluetooth 5.0 et le Wi-Fi 5 (802.11ac). Pour un smartphone à ce prix en 2019, c'est tout ce qu'on attend. Le Wi-Fi 6 devra attendre. Les systèmes de géolocalisation sont également tous là : GPS, Galileo, GLONASS et Beidou.

Prix et disponibilité

Le Xiaomi Redmi Note 8 Pro est proposé officiellement à partir de 249,90 euros pour la version avec 6 Go de RAM et 64 Go de stockage. Le prix passe à 279,90 euros pour la version avec 128 Go, et toujours 6 Go de RAM.