Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Face au succès du Plan Vélo, l’État triple son budget pour accélérer la transition

« En quelques semaines, cette crise a fait gagner des années de politique vélo ! » : les déclarations de la ministre de la Transition écologique et solidaire, en la personne d'Élisabeth Borne, dans les colonnes de Paris Match, en disent long sur le succès du vélo depuis la levée du confinement. Les Français se sont rués sur les deux-roues, mode de transport de plus en plus apprécié et plébiscité.

Le Coup de pouce Vélo mis en place par le gouvernement le 4 mai dernier vient en partie expliquer les raisons de ce succès. Dispositif national décliné en trois volets distincts -- Réparation, Mise en Selle, Stationnement temporaire -- Coup de pouce Vélo a permis à des milliers d’utilisateurs de goûter à nouveau aux joies de la bicyclette. Et ce à moindre coût, grâce à une aide financière de 50 euros accordée pour la réparation de son modèle.

60 millions d'euros

Victime de son succès, Coup de pouce Vélo a poussé le gouvernement à tripler l’enveloppe initiale de vingt millions d’euros. « Nous avons décidé de tripler ce budget, à 60 millions d’euros, et de viser le million de vélos remis en état d’ici à la fin de l’année. C’est l’exemple d’un dispositif très simple, mis en place avec des fédérations d’associations, et qui fonctionne », se félicite la ministre.

Pour illustrer cette réussite, Paris Match livre une série de chiffres pour le moins éloquents : 62 400 cycles ont déjà fait l’objet d’une réparation au sein des 3400 ateliers agréés sur le territoire. Chez Décathlon, les prises de rendez-vous s’élèvent au nombre de 15 000 depuis le 11 mai. En parallèle, 50 kilomètres de pistes cyclables provisoires ont été ajoutés en Île-de-France, sans oublier les aides attribuées par les entreprises du secteur privé dans le cadre du Forfait Mobilités Durables.

Vélo : un usage en hausse

Les données de Vélo & Territoires, recensées grâce à 182 compteurs dispatchés sur le territoire, montrent une progression nette de l’utilisation du vélo : « 44 % de passages de vélos de plus qu’avant le confinement », est-il noté, sur la première semaine post-confinement. « Ça fait longtemps que je me bats pour changer le regard sur le vélo, d’autant que 60 % des déplacements font moins de 5 kilomètres », argue Élisabeth Borne.

Faut-il désormais que le vélo parvienne à s’ancrer dans nos habitudes de déplacement sur le long terme. Ce mode de transport durable et écologique est une alternative plus qu’intéressante face à la voiture individuelle, mais aussi et surtout moins polluante. Aménager les villes et multiplier les aides individuelles doivent continuer de coexister pour constituer une stratégie efficace.