Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Lime s’attaque à CityScoot et va lancer des scooters électriques en libre-service

Lime lance une nouvelle offensive sur l’échiquier de la mobilité urbaine électrique. L’entreprise californienne va ajouter une flotte inédite de scooters électriques, troisième mode de transport proposé par sa plateforme, nous a annoncé la marque. Les villes de Paris et Washington DC ont été sélectionnées pour inaugurer cette nouveauté.

Permis A ou B requis

Ses scooters branchés s’inviteront aux côtés des trottinettes -- fer de lance du service -- et des vélos électriques qui appartenaient autrefois à la marque JUMP, ancienne entité d’Uber qui est depuis tombée dans l'escarcelle de Lime. Le groupe d’outre-Atlantique espère déployer ses engins (fabriqués par le spécialiste Niu) à partir du début du printemps.

« L’ajout de scooters électriques à notre flotte de vélos et de trottinettes électriques est une étape majeure dans notre objectif d’assurer l’accès à des transports partagés abordables et à faible teneur en carbone », explique Ghassan Haddad, Directeur des Affaires publiques Europe, Moyen-Orient et Afrique chez Lime.

Et de poursuivre : « Nous souhaitons lancer notre premier pilote à Paris afin de permettre aux usagers parisiens de réaliser tous leurs trajets grâce à une seule application ». Lime impose d’ailleurs certaines conditions d’utilisation : posséder un permis A ou permis B et garantir à l’entreprise le respect des normes de sécurité.

Une demande encore en attente

« Les usagers devront prendre une photo d’eux-mêmes portant un casque, un logiciel identifiera si l’utilisateur porte un casque, sans quoi il ne pourra commencer son trajet », prévient Lime. Dans chaque selle, deux casques de taille différente seront fournis. Mais l’affaire n’est pas pour autant conclue. Contactée par la rédaction, Lime France nous a confirmé que l’autorisation de la mairie de Paris est encore attendue.

La demande a été faite, mais pas encore acceptée. Il n’y aurait cependant pas de raison à ce que l’administration la refuse. D’autant que ce nouvel acteur viendrait casser la situation de monopole de CityScoot, seul sur le marché des scooters électriques en libre-service depuis le retrait de COUP en novembre 2019.

Des gros enjeux à Paris

Lime France n’est aujourd’hui pas en mesure de communiquer les futurs tarifs. Il faudra cependant un minimum s’aligner à la concurrence, qui applique un coût de 34 centimes à la minute, 29 euros pour 100 minutes et 60 euros pour 250 minutes. Aussi, un petit conflit d’intérêts sur l’application Uber devrait pointer le bout de son nez.

Depuis octobre 2019, les scooters CityScoot bénéficient d’une mise en exergue sur la plateforme du géant américain. Les engins de Lime (trottinettes et vélos) peuvent aussi être réservés sur Uber. Les deux entreprises ont des liens étroits depuis quelques années déjà. À n’en pas douter, les scooters de Lime devraient également s’inviter aux côtés de CityScoot… pour se disputer un marché parisien très juteux.

https://www.frandroid.com/guide-dachat/814124_guide-achat-meilleurs-scooters-electriques