L’entreprise israélienne StoreDot aurait réussi à développer une technologie de batterie inédite. Sa puissance permettrait tout bonnement de recharger un scooter électrique en cinq minutes.

Aujourd’hui, l’autonomie et le temps de recharge des véhicules électriques demeurent les principales problématiques des constructeurs. Franchir ces obstacles, tout en baissant les prix du marché, participerait grandement à la démocratisation des transports électrifiés, de la voiture à la moto en passant par le scooter. C’est pourquoi des entreprises se sont spécialisées dans ce domaine en particulier, à l’image d’Enevate, soutenu par le groupe Renault-Nissan-Mitsubishi, mais aussi StoreDot.

Cette dernière s’est d’ailleurs fait remarquer pour sa technologie de batterie qui, au premier abord, a l’air révolutionnaire. Aux côtés de son partenaire de choix BP, la start-up israélienne, forte d’un investissement de 20 millions de dollars, a réussi à concevoir un Proof of Concept (« preuve de concept » en français) de son projet : celui de recharger un scooter électrique (un modèle de la marque Torrot, en l’occurrence) doté d’une autonomie de 70 kilomètres en l’espace de cinq minutes seulement.

Un plein d’électricité en quelques minutes

Le communiqué de presse publié le 12 juin 2019 évoque même une démonstration IRL (In Real Life). « Cela montre au monde entier que nous pouvons franchir les obstacles de la charge rapide, et que ce qui était considéré autrefois comme impossible est possible aujourd’hui », a déclaré le CEO de la jeune pousse, Doron Myersdorf. Dans les faits, leur avancée majeure pourrait jouer un rôle central dans la démocratisation des véhicules électrifiés.

Car ici, faire un plein d’énergie prendrait autant de temps qu’un plein d’essence. Les habitudes des utilisateurs ne seraient donc pas chamboulées : mieux, un passage à une borne d’électricité leur ferait économiser de l’argent au regard des prix généralement inférieurs à ceux du pétrole. À l’avenir, StoreDot espère même appliquer sa technologie aux voitures électriques.

Des questions en suspens

James Frithsaid, analyste chez Bloomberg New Energy Finance (BNEF), tempère quant à lui cette nouvelle : « Ma principale préoccupation à propos de cette technologie est la suivante : vu que la recharge est si rapide, quel est l’impact sur la durée de vie de la batterie ? », se questionne-t-il dans les colonnes de Bloomberg. « L’un des problèmes courants avec les charges rapides, c’est qu’elles dégradent rapidement la batterie », affirme-t-il.

De son côté, StoreDot se défend avec les armes qu’elle a : la compagnie affirme avoir ajouté des composants spéciaux pour empêcher une dégradation trop rapide, bien que cela reste à prouver. D’ici là, le groupe poursuivra ses travaux jusqu’à la commercialisation finale de son produit, prévu dans le courant de l’année 2021.