Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Nissan Leaf e+ : heureux hasard, la baisse tarifaire s'accorde au bonus écologique français

Qui dit nouvelle année, dit nouvelle grille tarifaire. Voilà comment résumer en quelques mots la politique du fabricant Nissan, dont la berline électrique Nissan Leaf e+ a bénéficié d’une ristourne toujours bienvenue. Autrefois fixée à 45 500 euros, la finition Teckna (la plus onéreuse) chute désormais à 43 600 euros. Au même titre que la N-Connecta, désormais vendue au prix de 41 800 euros, contre 43 700 euros en 2019.

Le raisonnement le plus logique établirait forcément un lien entre ce repositionnement forfaitaire et la refonte du bonus écologique français, entrée en vigueur le 1er janvier 2020. Cette dernière attribue en effet la prime maximale de 6000 euros aux véhicules électriques inférieurs à 45 000 euros. Au-delà de ce seuil, l’aide financière chute à 3000 euros avant de disparaître au-dessus des 60 000 euros.

"Ce n'est pas propre au marché français"

Contacté par la rédaction, le responsable de la communication produit et tech de Nissan France, en la personne d’Alain Le Meur, nous a pourtant assuré qu’aucune corrélation n’existait entre ces deux événements. « Ce n’est pas propre au marché français. Nissan effectue plus ou moins régulièrement des baisses de prix sur sa gamme. Ça a d’ailleurs déjà été le cas avec la première génération de la Leaf », nous a-t-il affirmé au téléphone.

Il faut tout de même admettre que ce hasard de calendrier tombe à pic pour la multinationale, dont l’ensemble de la gamme Leaf et Leaf e+ demeure désormais en deçà des 45 000 euros, avec les mêmes niveaux de finition et équipements. Celle qui s’est vendue à plus de 500 000 exemplaires depuis son intronisation en 2010 s’arme d’ailleurs d’une nouvelle entrée de gamme répondant au nom de Visia.

La Leaf 40 kWh privilégiée par les clients

« Cette création d’une version d’accès va de pair avec une demande des clients pour davantage d’accessibilité des véhicules 100% électriques : en Europe, en moyenne, 80 % des clients optent par exemple pour une Leaf 40 kWh, contre 20 % pour une version e+ ». Cette dernière s’équipe d’une motorisation plus puissante (62 kWh), mais également plus chère.

Et l’intéressé de poursuivre : « L’an passé, Nissan avait lancé une série spéciale, la Leaf First, qui était la plus accessible des Leaf. Devant son succès, la marque a décidé de pérenniser cette offre avec non plus une série spéciale -- la First -- mais une version à part entière, la finition Visia ». Autant d’explications qui viennent éclaircir le petit chamboulement appliqué à la Leaf.