Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Elden Ring est mon premier jeu From Software : a-t-il besoin d'un mode facile ?

En quelques semaines, Elden Ring a réussi à conquérir le cœur de la presse et des joueurs et s'impose déjà comme un monument du jeu vidéo. Le dernier titre de From Software est pourtant réputé comme étant particulièrement exigeants, de quoi effrayer un large public de non-initiés. Nous en sommes et nous avons essayé de nous plonger dans son univers pour la première fois. Le bijou est bien là, mais il ne sera pas à la portée de tous et ce n'est pas forcément une question de difficulté.

Elden Ring : un chef-d'œuvre pour les 10 prochaines années

Il faut tout d'abord expliquer ce qui peut justifier cet article et l'importance prise par Elden Ring. Avec un score de 96 sur le site Metacritic et le site OpenCritic réunissant les conclusions de nombreuses critiques de la presse dans le monde, Elden Ring atteint une place seulement atteinte par les plus grands jeux de l'histoire du jeu vidéo. Il rejoint ainsi des monuments de l'industrie comme Grand Theft Auto V, The Legend of Zelda Ocarina Of Time, Half-Life 2 ou encore Halo Combat Evolved.

Les joueurs ne s'y sont pas trompés, le titre fait un carton depuis sa sortie, se classant à la 6e place des jeux les plus joués de l'Histoire de Steam en 24 heures avec 953 426 joueurs connectés au jeu au même moment. Au Royaume-Uni, il réalise la meilleure semaine de lancement depuis Red Dead Redemption 2 (2018) si l'on retire Call of Duty et Fifa de l'équation.

Avec de tels résultats, et si l'on prend en compte l'historique déjà bien acquis de From Software, on ne serait pas étonné de voir Elden Ring devenir un best-seller sur le très long terme, à la manière des jeux que nous avons cités, et plus précisément de The Elder Scrolls : Skyrim, qui est toujours un succès 10 ans après son lancement.

La bonne porte d'entrée vers From Software

Les jeux développés par From Software, que l'on parle de la série Dark Souls, de Sekiro : Shadows Die Twice ou de Bloodborne, sont des jeux réputés pour être exigeants où la mort peut guetter à chaque coin. Si bien qu'à la sortie de chaque épisode arrive souvent dans le débat public la question de l'ajout d'un mode facile. Les jeux du développeur ne proposent en effet aucun réglage de difficulté comme c'est généralement le cas, en particulier sur de grosses productions.

Nous avons parlé plus haut des critiques dithyrambiques sur le jeu, mais il faut y intégrer un élément de contexte : la plupart des rédactions dans le monde vont confier le jeu à un connaisseur des jeux From Software, et c'est bien normal, pour qu'il puisse en analyser tous les changements apportés à la recette. Dès lors, difficile de réellement déterminer si le jeu peut s'ouvrir à un nouveau public.

C'est désormais quelque chose que l'on peut affirmer. Oui, il est possible de prendre goût à cette recette et ces jeux avec Elden Ring. Pourquoi ? Il a l'unique proposition d'être un jeu en monde ouvert ce qui va permettre aux joueurs débutants de respirer et moduler plus facilement leurs expériences de jeux selon leur patience. Vous butez contre un boss et vous ne voulez pas mourir à répétition ? Partez explorer une autre région du monde, le jeu ne vous empêchera pas de le faire. Vous pourrez revenir plus tard, avec 10 niveaux de plus, un meilleur équipement et une meilleure compréhension des systèmes de jeu.

Avec une centaine d'heures de jeux dans le dos depuis la sortie de Elden Ring (soit environ deux semaines), il est difficile de ne pas admettre que j'accroche au dernier From Software alors que j'étais resté hermétique à tous les jeux du développeur. Si vous vous retrouvez dans ce profil, Elden Ring saura peut-être aussi vous convaincre. Pour autant, le jeu est loin d'être sans défaut.

Réfléchissons donc à ce que Elden Ring pourrait proposer pour s'améliorer.

Un jeu peu accessible, au sens propre

Quand on parle de la difficulté des jeux From Software, on place souvent cette discussion dans le grand volet de l'accessibilité. Il faut pourtant distinguer les deux sujets. L'accessibilité désigne les options qui doivent permettre à un joueur affecté par un handicap visuel, auditif ou moteur de le compenser pour avoir la même expérience de jeu que les autres joueurs. Il ne s'agit donc pas de rendre le jeu plus facile, mais au contraire de ne pas le rendre plus difficile pour des joueurs.

Sur ce point, le jeu vidéo a encore de grands progrès à faire, mais certains éditeurs prennent très au sérieux le sujet, à l'instar de Microsoft, Sony, ou encore Ubisoft. Ce n'est malheureusement pas le cas de From Software. Une critique parue sur Fanbyte revient en détail sur le manque d'options d'accessibilité dans Elden Ring. Impossible de reconfigurer les touches autant que l'auteur aimerait pour faire face à son problème moteur. Le site spécialisé Can I Play That mentionne aussi la faiblesse des sous-titres, sans arrière-plan, sans taille configurable et sans mention du personnage en train de parler. Impossible aussi de visualiser d'où provient un son grâce à une option dédiée.

Microsoft estime à 400 millions le nombre de joueuses et joueurs en situation de handicap à travers le monde. C'est donc un sujet crucial pour le jeu vidéo moderne. En particulier quand on parle d'un jeu qui s'est fait la réputation d'être un chef-d'œuvre.

Un didacticiel (trop) facile à rater

Ce problème a été largement documenté depuis la sortie du jeu : nombreux sont les joueurs et les joueuses à avoir loupé le didacticiel optionnel d'Elden Ring. Après une courte introduction, on se retrouve plongé dans une caverne avec devant nous deux choix : sauter au fond d'un trou béant ou avancer vers une porte éclairée par la lumière. Tous les jeux précédents auxquels nous avons joué nous ont fait intégrer une grammaire : il est évident qu'il faut passer par la porte. Raté, pour accéder au didacticiel, il faut en réalité sauter dans le trou.

Pour le savoir, le joueur peut interroger un fantôme regardant le trou en question, lire un message des développeurs inscrit au sol, ou être piqué de curiosité devant un trésor placé en évidence et que la porte éclairée ne semble pas permettre d'atteindre. Trois éléments bien présents, mais qui peuvent être facilement ratés... trop facilement comme on peut le constater empiriquement sur les réseaux sociaux.

Le didacticiel en question permet pourtant de comprendre ou commencer à comprendre les bases du jeu : comment bloquer une attaque, comment avancer avec discrétion, l'attaque après un saut ou l'utilisation des potions. From Software serait peut-être bien avisé de réfléchir à un patch pour encore mieux mettre en avant ce didacticiel si important pour les nombreux nouveaux joueurs.

Des options manquantes et des erreurs d'ergonomie

Cet exemple précis du didacticiel est à l'image de quelques options manquantes dans le jeu ou des petites erreurs d'ergonomie qu'il serait possible de corriger. On pense par exemple à la fermeture de la carte sur laquelle de nombreux joueurs pestent (le bouton permettant d'ouvrir la carte ne permet pas ensuite de la refermer comme dans la plupart des jeux), ou bien la gestion parfois difficile du système de ciblage du jeu.

On note ici ou là quelques petites erreurs, par exemple quand une attaque critique supprime le ciblage sur un ennemi, ce qui demande au joueur de recommencer à cibler l'ennemie en question, déroutant en plein milieu de l'action. Parmi les options manquantes, on peut donner l'exemple de la garde. Par défaut, si vous ne ciblez pas un ennemi, le personnage lui tourne le dos lorsque vous lui donnez la direction « bas », au lieu de reculer avec des pas vers l'arrière. Il serait intéressant de proposer une option permettant de répliquer le comportement avec cible : reculer avec le bouclier lever plutôt que de tourner le dos.

Autre option manquante que l'on a pu constater : l'impossibilité de désactiver le mode de jeu compétitif quand on demande de l'aide à d'autres joueurs. Elden Ring, comme les autres jeux From Software, propose en effet une composante multijoueur. Les joueurs s'entraident en inscrivant des messages à partir de mots-clés (« ennemi fort droit devant donc montrer postérieur » ou encore « objet précieux à gauche ») ou peuvent carrément se rejoindre pour un bout de chemin en commun. Dans ces moments, des joueurs moins bien attentionnés peuvent « envahir » votre parti pour essayer de vous affronter. Vous êtes donc devant un boss qui vous donne du fil à retordre, vous demandez de l'aide à d'autres joueurs et, là, le jeu vous rajoute une difficulté en ajoutant un autre joueur parmi vos ennemies. Dommage.

From Software doit-il ajouter un mode facile à ses jeux ?

Évidemment non, From Software ne « doit » rien faire. C'est un studio de développement libre de créer des jeux comme il le souhaite en cherchant une rentabilité et en suivant le cahier des charges de son éditeur, ici Bandai Namco. Une fois que l'on a dit cela, on peut tout de même parler de ce que l'on aimerait voir le studio adopter comme politique. Elden Ring pourrait-il intégrer un mode « facile » ? Oui sans aucun problème. Vous avez mille façons de permettre un mode qui rendrait le jeu moins exigeant, permettant au joueur de découvrir ce grand monde ouvert.

Car il faut bien comprendre que l'intérêt d'Elden Ring n'est pas seulement à trouver dans son système de combat ou les affrontements avec les boss, même si c'est un intérêt important pour de nombreux fans. Il s'agit aussi de découvrir un monde très étendu, faire des découvertes en partant à l'aventure, et parfois reconnecter les fils d'une intrigue par soi-même.

Alors à quoi pourrait ressembler un mode simplifié ? On pense évidemment à modifier les données du jeu : augmenter les points de vie, rendre le boss plus faible, les modifications auxquelles les jeux nous ont habitués pour ce genre de mode. On peut aussi imaginer des changements de système : être assuré de ne plus perdre de runes (la monnaie du jeu qui permet aussi de gagner en niveau) quand on meurt face à un boss.

Certains crieront à une expérience dénaturée devant ces propositions. Rappelons qu'un mode facile peut être tout aussi exigeant pour des joueurs pour lesquels ce mode de difficulté est conçu, c'est bien là tout l'intérêt. Surtout, l'intégration d'un mode facile ne changerait en rien l'expérience des autres joueurs qui pourront continuer de préférer le mode normal. Tout comme ils peuvent éviter d'utiliser les facilités déjà intégrées au jeu. Car oui, Elden Ring propose déjà des outils pour qui veut se faciliter l'expérience : l'appel à d'autres joueurs, l'utilisation d'une invocation ou la spécialisation vers des éléments de jeux qui peuvent casser la difficulté (certains sorts notamment).