Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Pourquoi Apple bloque GeForce Now, Shadow, xCloud, PS Now et Stadia sur iPhone et iPad

Récemment, Shadow a vu ses apps iPhone et iPad être rejetées de l'App Store. Et si vous cherchez les clients GeForce Now, xCloud, Sony PS Now ou encore Google Stadia sur iPhone et iPad... vous ne les trouverez pas. Comme souligné dans Bloomberg, les règles actuelles d'Apple empêchent les fabricants de services de cloud gaming et de cloud computing de proposer une application sur l'App Store.

Une clause abusive ? C'est compliqué...

Quand vous jouez en cloud gaming ou que vous utilisez du cloud computing, l'iPad et l'iPhone servent de client pour accéder aux services, c'est-à-dire une simple interface d'accès. Pourquoi Apple bloque cet accès ? Dans les conditions d'approbation d'une application sur l'App Store, on peut trouver ce paragraphe comme le souligne 9to5mac :

La clause, telle qu'elle est rédigée, met hors-jeu tous les services de cloud gaming. En effet, GeForce Now, Shadow, xCloud, PS Now et Stadia donnent accès à des plateformes de jeux ou à des jeux dont la licence n'est pas exclusive.

Tant qu'Apple ne changera pas cette règle, il semble compliqué de voir arriver un client iPad ou iPhone pour GeForce Now, Shadow, xCloud, PS Now et Stadia. Une décision étrange, sachant que l'on trouve de nombreux clients VNC (VNC Viewer ou TeamViewer) sur l'App Store qui permettent d'accéder à des OS à distance. Qu'est-ce qui différencie un client VNC qui se connecte à Windows 10 à un client Shadow qui se connecte à Windows 10 ? Pas grand chose.

L'App Store très critiqué

Les règles spécifiques aux licences de jeux semblent les plus compliquées, alors même qu'Apple promut son service Arcade. Apple ne pourra jamais récupérer 30 % des revenus générés sur tous jeux disponibles en cloud gaming, car cela nécessiterait des modifications trop importantes des jeux proposés en cloud gaming. Cette position d'Apple est d'ailleurs sensible, étant donné que l'App Store est de plus en plus visé par les États qui y voient un contrôle anticoncurrentiel sur les plateformes.

Fin 2019, Spotify avait reproché à Apple la commission de 30 % prélevée sur les abonnements. Ce qui est également critiqué est l'interdiction de renvoyer les utilisateurs vers un abonnement sur le site du service, par exemple depuis un lien dans l'application : il faut que le paiement passe obligatoirement par la facturation de l'App Store. D'ailleurs, Spotify, comme Netflix, a choisi de se passer complètement du système d'Apple. Enfin, de nombreuses entreprises se plaignent également des règles fluctuantes de validation sur l'App Store. 

Apple est sous la loupe des régulateurs européens et américains. Il est fort probable que les règles changent sous peu, d'ailleurs l'assistant Siri est déjà en train de changer, il sera possible d'utiliser par défaut une autre application que Messages et Téléphone.

Note : Ulrich Rozier, cofondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)