Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

xCloud, Google Stadia et GeForce Now ont failli avoir un concurrent inattendu

S’il y a bien quelque chose de magique dans le bras de fer que se livrent Apple et Epic Games devant la justice, c’est la capacité à nous en apprendre tous les jours sur… les autres acteurs de la tech. À force d’arguments pour se dédouaner de part et d’autre, chacun est allé piocher dans les projets des autres pour justifier de sa position et attaquer l’adversaire.

Après avoir glissé des documents confidentiels sur Microsoft, dévoilé la politique vidéoludique de Sony pour éviter le crossplay ou bien les revenus mirobolants d’Epic, de nouveaux documents ont révélé qu’un autre acteur ambitionnait de se positionner sur le marché du cloud gaming. Et il est plutôt inattendu.

Proposer des jeux AAA et indés

Début 2019, Walmart, le géant de la grande distribution aux États-Unis, avait ainsi approché l’éditeur de jeux pour lui détailler son offre de jeux en streaming sous le nom de code Project Storm, rapporte le site IGN. Walmart travaillait alors à un « écosystème ouvert » qui permettrait aux utilisateurs de diffuser depuis le cloud ou de télécharger des jeux sur un PC Windows et de jouer en local.

Les documents portés au dossier Epic Games-Apple montrent ainsi un fil de discussion par email datant d’avril 2019 entre des responsables d’Epic et Walmart. On y découvre notamment une explication du concept mis en place par ce dernier et qui prenait notamment en charge les launchers d’éditeurs comme Uplay d’Ubisoft (devenu Ubisoft Connect), Origin d’EA, Steam, Battle.net, ou encore ceux de Bethesda et donc Epic Games pour proposer des blockbusters. Les jeux indépendants étaient également proposés dans une sorte de bibliothèque à part.

Comme Xbox Cloud Gaming ou Google Stadia, l’objectif était de pouvoir jouer sur n’importe quel support, du PC à son smartphone, en passant par le téléviseur, la tablette et même sa montre connectée. Et il était même prévu que chaque joueur puisse ajouter ses propres jeux vers la bibliothèque de jeux du service pour pouvoir y jouer de n’importe où.

Une expérience similaire à celle de jouer sur une PS4

Walmart espérait ainsi emboîter le pas des deux ténors, Xbox et Google, qui s’apprêtaient à en découdre pour dominer le secteur du cloud gaming. Pour rivaliser avec les serveurs de ces derniers, Walmart aurait pu compter sur son data center du Missouri qui contiendrait des milliards d’octets de données, ainsi que sur ses Walmart Labs, ses bureaux de la Silicon Valley qui explorent toutes les pistes numériques et technologiques pour la marque.

Dans les mails du dossier, une photo, vraisemblablement prise par Mark Rein, le co-fondateur d’Epic, montre même le clip permettant d’attacher la manette au téléphone et qui devait être vendu par Walmart « pour un montant dérisoire (…) quelque chose comme 2 dollars ». Pour lui, c’était l’atout « tueur » car il disposait d’une béquille permettant de jouer de manière « plus confortable que sur une Nintendo Switch ».

Après avoir testé le service sur un smartphone Android, Mark Rein avait expliqué avoir été bluffé par la qualité de l’expérience qui lui avait donné la sensation de « jouer sur une PS4 » et s’était avérée bien meilleure que sur Android ou iOS. « Ils ont également déplacé le jeu vers un ordinateur portable en temps réel (le flux vidéo a sauté du téléphone à l’ordinateur portable instantanément) et j’y ai joué aussi. Encore une fois, c’était LARGEMENT mieux que de le lire sur l’ordinateur portable Surface Pro de ma fille », écrivait-il.

Pour le moment, le projet de Walmart n’a toujours pas vu le jour et, s’il avait été une rumeur il y a deux ans, il se fait très discret depuis alors que Xbox a transformé son xCloud en projet quasi gagnant -- mais toujours officiellement en bêta -- sur les appareils Android, PC Windows et même chez Apple, et que Google Stadia continue de vivoter tranquillement dans son coin. Cela ne veut pas dire pour autant que l’entreprise a abandonné le projet. En revanche, Epic a choisi son camp et c’est vers GeForce Now, 3e acteur du cloud gaming et propriété de Nvidia, que le papa de Fortnite s’est tourné pour offrir son jeu en streaming.