Le département américain de l’Intérieur suspend temporairement les vols de toute sa flotte de drones pour inspection. Les autorités craignent que les appareils ne servent à l’espionnage chinois.

Un drone DJI Phantom 4 Pro. Crédit : Josh Sorenson // Unsplash

Cela fait longtemps que les États-Unis accusent la Chine d’allier sa puissance économique à des velléités d’espionnage. Depuis sa prise de fonctions, le président Donald Trump a attisé les braises en déclarant une guerre commerciale, puis en annonçant le bannissement de l’équipementier chinois Huawei. Cette fois-ci, c’est le département américain de l’Intérieur (équivalent de notre ministère de l’Intérieur) qui a décidé de clouer au sol presque l’intégralité de sa flotte de drones.

Mis de côté le temps d’une inspection

Ces 800 appareils sont tous fabriqués intégralement ou partiellement en Chine — dont certains probablement par DJI, géant chinois en la matière. Ils servent à surveiller divers phénomènes naturels, pister des espèces protégées, ou inspecter les barrages hydroélectriques. Les machines volantes seront rentrées au hangar le temps d’être examinées pour de potentiels risques de sécurité.

Exception faite pour les drones « qui sont utilisés en ce moment même à des fins d’urgence, telle que la lutte contre les incendies, la recherche et le sauvetage, et la gestion de catastrophes naturelles susceptibles de menacer les personnes ou les biens », précise une porte-parole du département.

On craint que les données de ces drones soient renvoyées en Chine

La crainte est que les données récoltées par ces drones, tels que des enregistrements vidéo, puissent être renvoyées en Chine via des fonctionnalités cachées à l’intérieur du matériel. Selon le Wall Street Journal, un risque particulier concerne les infrastructures américaines sensibles, qui pourraient être la cible de cyberattaques. En clair, ce sont les mêmes inquiétudes qu’autour des équipements 5G proposés par Huawei.

En septembre dernier, les législateurs américains avaient déjà proposé une loi qui interdirait aux agences gouvernementales de se fournir en drones provenant de Chine ou d’autres pays considérés comme à risque pour la sécurité des États-Unis. Et peu après le décret de Donald Trump contre Huawei en mai, le département de la Sécurité intérieure se souciait déjà de la question des drones chinois et de possibles fuites de données vers Pékin.

TikTok soupçonné de menacer la sécurité nationale aux États-Unis