Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test Netgear Orbi NBK752 : un excellent kit, la 5G en plus

Le kit Wi-Fi mesh Netgear Orbi NBK752 se compose d’un premier boîtier « routeur » équipé d’un emplacement pour carte nano-SIM qui lui permet de disposer d’une connexion 5G. Très logiquement, il pourra également fonctionner avec le réseau d’une box internet et basculer entre les deux connexions selon les cas.

Fier membre de la gamme Orbi, le kit est livré avec un satellite qui permet d’étendre la couverture du réseau Wi-Fi 6 ainsi que d’apporter une connexion en filaire à quelques appareils. L’ensemble est proposé au prix conseillé ultra prohibitif de 1200 euros.

Fiche technique

Ce test a été réalisé à partir d’un produit prêté par la marque.

Design : un air de déja-vu

Visuellement, les deux appareils ne diffèrent pas vraiment de ce à quoi la marque nous a habitués ces dernières années sur la gamme Orbi. Les deux boîtiers sont entièrement construits en plastique. Deux plaques blanches prennent en sandwich le châssis qui arbore une couleur métallique.

Le boîtier principal, qui fera office de routeur, accueille le cœur du système et se raccordera au réseau existant. C’est également lui qui intègre la connectivité 5G. Il est légèrement plus imposant que le satellite, bien qu’ils partagent tous deux la même conception avec notamment une LED d’indication très bien intégrée en bas de la face avant.

Du côté de la connectique, le routeur dispose de 3 ports RJ45 (1 Gb/s) dont deux pourront servir à de l’agrégation de lien pour la liaison WAN (vers internet). Il dispose logiquement d’un port pour carte nano-SIM.

Comme souvent sur ce type d’appareil, on dispose également de connecteur pour une antenne externe (non fournie) permettant d’améliorer la captation du réseau cellulaire. Un pas de vis, sous la base, laisse la possibilité d’une installation au mur.

Le satellite se contente lui de deux ports RJ45 (1 Gb/s) pour y raccorder des appareils en filaire. Ces ports pourront également être utilisés pour la liaison entre les deux boîtiers si l’utilisateur souhaite s’affranchir de la liaison Wi-Fi.

Le kit est livré avec un unique câble Ethernet plat et deux alimentations qui sont pour une fois différentes, les deux boîtiers n’ayant pas besoin de la même puissance pour fonctionner.

On reste en fin de compte sur une ergonomie et un design similaire à ce que l’on retrouve habituellement dans la gamme Orbi. Les deux boîtiers sont néanmoins beaucoup plus imposants que ceux du kit RBK352, la faute à des antennes logiquement plus imposantes pour proposer de meilleures performances.

Fonctionnalités : des options toujours aussi complètes

La gamme Orbi de Netgear hérite depuis toujours de la plupart des fonctionnalités avancées des routeurs de la marque. Si l’application mobile, simple et pratique, conviendra à la plupart des utilisateurs, ceux à la recherche de davantage de contrôle devront en revanche toujours se tourner vers l’interface web pour libérer tout le potentiel du kit.

La première configuration du kit reste toujours aussi limpide et guidée. Netgear semble d’ailleurs plutôt mettre en avant la connectivité cellulaire sur ce kit puisque c’est la première à devoir être configurée et la liaison filaire n’est proposée qu’en cas d’indisponibilité de la carte SIM lors de la configuration initiale.

L’application, une fois le kit configuré, permet de connaître l’état du réseau en un coup d’œil. On dispose également d’une liste des appareils connectés ainsi qu’un accès aux fonctionnalités de sécurité et de contrôle parental dont une bonne partie reste malheureusement payante avec d’ailleurs deux abonnements distincts. C’est très clairement dommage pour un kit vendu à un tel tarif.

En fouillant un peu les réglages, on pourra également modifier le comportement du kit vis-à-vis de la liaison cellulaire et de l’accès internet via le réseau local. Pour aller plus loin, il faudra donc se tourner vers l’interface web qui est accessible depuis n’importe quel appareil connecté au kit en Wi-Fi ou en filaire.

Cette interface web affiche toujours l’habituel tableau de bord afin de connaître en un coup d’œil l’état du kit. Les menus sont aussi complets et permettront de gérer tous les réglages réseau du kit comme le DHCP, la redirection de port ou encore l’accès internet via une liaison opérateur.

Comme toujours, le kit pourra remplacer avantageusement la box de votre opérateur (sous réserve de compatibilité). Dans notre cas, le remplacement d’une Bbox se fait plutôt simplement en branchant le routeur Orbi à l’ONT et en définissant le VLAN 100 dans l’interface web.

Vous l’aurez compris, le kit Netgear Orbi NBK752 ne diffère pas beaucoup de ses confrères au niveau des options proposées. La principale différence réside dans la présence d’une connectivité cellulaire qui apporte notamment la possibilité d’utiliser cette dernière en secours de votre accès internet habituel en cas de coupure, mais nous y reviendrons un peu plus loin.

Performances : Wi-Fi 6 ou 5G, le choix du roi

Du côté des performances, le kit Netgear Orbi NBK752 sera capable de diffuser un réseau Wi-Fi 6 tri-bande qui pourra proposer un débit théorique cumulé de 4,2 Gb/s. Bien évidemment, en pratique il ne sera pas possible d’atteindre un tel débit, mais on apprécie ici le fait qu’une des 3 bandes est dédiée à la liaison entre le routeur et son satellite.

Nos tests de débit ont été réalisés avec un Asus Zenbook OLED, logiquement compatible Wi-Fi 6. Comme toujours, nous testons l’appareil en condition optimale puis dans une autre pièce du logement, et enfin à l’extérieur avec de vérifier les performances dans des conditions moins favorables. Les tests en 5G ont ici été réalisés avec une carte SIM sur le réseau SFR fournie par la marque.

Nous rappelons comme toujours que les mesures réalisées sont conditionnées par notre matériel de test qui n’est pas nécessairement capable d’exploiter totalement les performances du kit. De la même façon, nous sommes physiquement limités dans nos mesures par les connectiques Ethernet gigabit qui plafonnent forcément le débit.

Dans les conditions optimales, nous obtenons un débit en téléchargement qui chatouille les 900 Mb/s en téléchargement avec un débit légèrement inférieur en upload et une latence d’environ 3 à 5 ms supplémentaires par rapport à une liaison filaire. En changeant de pièce, le débit se maintient convenablement juste en dessous des 700 Mb/s. Jusqu’ici, on reste sur des valeurs très correctes et similaires à ce que nous avions pu mesurer sur des kits concurrents.

En sortant du logement et en contraignant logiquement les ondes du fait des murs porteurs, le débit s’effondre pour atteindre difficilement les 130 Mb/s en téléchargement. Gardez cependant en tête que pour ces tests de débit brut, le satellite n’était pas utilisé et qu’il pourra logiquement améliorer sensiblement les performances dans ces conditions.

En débranchant le réseau filaire afin de forcer la bascule sur la liaison cellulaire, nous subissons une coupure de l’ordre de 10 secondes, ce qui reste très raisonnable. Remettre en place la liaison filaire génère également une coupure d’une durée similaire. Ce fonctionnement est géré de façon totalement transparente et automatique par le kit Orbi, un bon point.

Pour la postérité et même si cela n’a que peu d’intérêt, nous avons également réalisé quelques mesures une fois connectés en 5G. On rappelle que nous sommes ici en intérieur, sans antenne supplémentaire et donc sur le réseau SFR (dans une grande agglomération). Nous arrivons ici à atteindre environ 300 Mb/s stables en téléchargement alors que le téléversement peine à dépasser les 20 Mb/s. Les résultats varient logiquement en fonction de la couverture réseau et l’opérateur et la latence ajoutée est de l’ordre de 30 à 40 ms.

Prix et disponibilité du Orbi NBK752

Le kit Netgear Orbi NBK752 est disponible au prix conseillé de 1200 euros.