Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Trottinettes électriques en libre-service : leur bridage à 10 km/h pourrait prendre de l’ampleur

Depuis leur arrivée dans la capitale en 2018, les trottinettes électriques disponibles en libre-service font couler beaucoup d’encre. Encombrants sur la voie publique, dangereux pour certains, ces engins ont envahi la capitale à la vitesse de la lumière, ne laissant pas vraiment à la mairie le temps de réguler ce nouveau marché en pleine expansion.

En octobre 2020, le couperet est cependant tombé : seuls trois opérateurs, que sont Lime, Dott et Tier, ont été autorisés à exploiter le marché parisien avec des règles plus strictes qu’auparavant. Avant ça, une dizaine d’acteurs s’était précipitée sur la Ville lumière, considérée comme l’une des plus lucratives en matière de micro-mobilité urbaine.

Il n’empêche, les trottinettes électriques en free floating ont encore du mal à se racheter une image. Ça l’est d’autant plus au regard de plusieurs accidents survenus au cours des dernières années, à l’image de cette femme italienne de 32 ans, mortellement percutée à la mi-juin 2021 sur une voie piétonne bordant la Seine.

11 zones parisiennes déjà bridées à 10 km/h

Cet événement tragique a entraîné des mesures concrètes de la part de la mairie : brider ces engins à 10 km/h dans certaines zones de la ville, contre 20 km/h en temps normal. Depuis le 1er juillet, une petite dizaine de quartiers est concernée par cette décision :

Ces « slow zones » sont ainsi détectées par le GPS d’une trottinette électrique, qui, dès qu’elle y pénètre, se bride automatiquement à 10 km/h. Et il semble que ce nouveau système reçoive un accueil favorable à la mairie, qui a récemment sondé les maires d’arrondissement quant à un élargissement de cette procédure.

« Ils m’ont demandé quelles zones de mon territoire pourraient être limitées à 10 km/h pour ces engins », a déclaré au journal Le Parisien le maire (LR) du VIe arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, qui a reçu un courrier de David Belliard (EELV), adjoint de Mme. Hidalgo, en charge de la transformation de l’espace public, transports et mobilités

Pour M. Lecoq, cette réforme doit s’appliquer à tout son arrondissement, « à l’exception de certains grands axes (boulevards de Montparnasse, Saint-Michel et Raspail, et les quais de Seine) », peut-on lire. Pour Ariel Weil, le maire (PS) de Paris Centre, « attendre le bilan de l’expérimentation menée à Paris Centre » paraît plus sage.

Prise de température

Ce qui est certain, c’est que le cabinet d’Anne Hidalgo a pris la température auprès des élus. Selon les réponses de chacun et chacune, cette consultation pourrait mener à un bridage à 10 km/h à une plus large échelle, dans bien plus de quartiers parisiens.

Il ne faut cependant pas que les trottinettes électriques soient limitées à cette allure partout dans la capitale. Si c’est le cas, autant les retirer définitivement, car elles n’auraient plus aucun intérêt en matière de mode de déplacement. Une circulation à 20 km/h sur les grands axes et boulevards uniquement paraît être le strict minimum.

https://www.frandroid.com/produits-android/mobilite-urbaine/trottinette-electrique/1041103_la-trottinette-electrique-bird-air-est-lancee-en-france-pour-combien-et-avec-quelles-caracteristiques%e2%80%89