L’entreprise française LMX a lancé les précommandes de son vélo électrique LMX 64H, dont la particularité réside dans sa poignée d’accélérateur capable de libérer toute la puissance du deux-roues. Grimpant jusqu’à 45 km/h, le modèle est donc un équivalent 50cc.

Société tricolore fondée par Adam Mercier et Lucas Suteau en 2016, LMX, aussi connue sous la marque commerciale Lightweight Moto Cross (MX) MS Systemes SAS, a depuis fait du chemin. La start-up a développé puis commercialisé plusieurs deux-roues électriques, du vélo au motocross, vendus dans plusieurs boutiques européennes (Suisse, Autriche, Belgique, France).

Libérer, délivrer

La jeune pousse s’est récemment illustrée avec un nouveau modèle actuellement disponible en précommandes : le LMX 64H, que l’on pourrait considérer comme une version améliorée du vélo électrique LMX 64. À une différence près : la puissance du moteur, qui lui permet de grimper jusqu’à 45 km/h, et non plus 25 km/h. Un détail ô combien important, le produit, classé dans la catégorie L1e-B, étant désormais considéré comme un équivalent 50cc.

De ce fait, le port d’un casque et l’obtention d’une plaque d’immatriculation sont obligatoires. Autorisée à circuler sur la voie publique, cette version homologuée « se pilote comme un VTT électrique classique », peut-on lire sur sa fiche produit, qui précise : « À tout moment, il est possible de libérer toute la puissance du vélo en utilisant la poignée d’accélérateur incluse dans le grip du côté droit du guidon ». Et voilà comment tutoyer les 45 km/h.

Une autonomie (très) modeste

Avec un poids de 29 kilos, l’engin s’équipe d’une batterie échangeable de 850 Wh offrant une autonomie comprise entre 25 et 75 kilomètres. Soit un rayon d’action correct, voire faible, mais suffisant pour se déplacer en ville. À l’heure d’écrire ces lignes, trente unités s’arrachent au prix de 4 990 euros (taille M et L), au lieu des 5 760 euros normalement demandés. Un tarif onéreux loin d’être à la portée de toutes les bourses.