Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Framework Laptop : l'avenir de l'ordinateur portable en question

Après le déballage et le montage du Framework Laptop, place au test. Pour rappel, cet ordinateur portable est né au sein d’une toute jeune startup technologique américaine basée à San Francisco. C'est un produit qui s'adresse aux bricoleurs et aux passionnés en leur offrant quelque chose d'unique : un ordinateur portable modulaire.

L'ordinateur portable Framework est étonnamment facile à assembler et amusant à personnaliser. Néanmoins, est-ce un bon PC portable ? C'est ici que l'on vous donne une réponse à cette question.

Fiche technique

Trois configurations du Framework Laptop DIY sont disponibles.

Nous avons choisi la version Intel Core i5-1135G7 de 11e génération avec 24 Go de RAM, un SSD PCIe de 1 To, le CPU vient avec un iGPU Iris Xe et on a également un écran IPS de 13,5 pouces non personnalisable (définition 2256 x 1504 pixels, QHD).

Ce test a été réalisé à partir d'un modèle prêté par la marque.

Une machine conçue avec intelligence mais dont les finitions sont moins bonnes que la concurrence

Il est là, à cette étape, nous considérons que l'ordinateur est prêt à l'emploi. Nous vous invitons donc à lire notre dossier où nous l'avons monté, et nous y avons installé Windows 11.

Le châssis du Framework est composé d'aluminium, dont 50 % sont recyclés, tandis que les plastiques des bordures, des touches et du couvercle de la charnière sont composés à 80 % de plastiques recyclés. C’est un style épuré et simple avec un logo chromé à l'arrière. Avec ce format, il se positionne face à un Apple MacBook Air ou encore une Dell XPS 13. Son style est moins clinquant, mais il reste efficace.

En ouvrant l'ordinateur portable, vous trouvez l'écran avec un rapport d’affichage 3:2. On y reviendra, mais c’est un format pratique. Le clavier rétroéclairé est de type chiclet avec un touchpad relativement large. Nous avons apprécié que les touches soient bien espacées, permettant une frappe régulière. La course des touches est assez longue et permet une frappe confortable, mais nous déplorons le fait que chaque touche n'ait pas le même "retour". La touche espace, par exemple, est molle. Le trackpad est quant à lui suffisamment grand et précis, nous l'avons trouvé efficace.

Côté châssis extérieur, vous pouvez changer le cadre de l'écran pour une couleur différente. Vous n’avez qu’à retirer doucement le cadre. Le plastique est flexible et maintenu par des aimants puissants.

Nous avons apprécié de pouvoir ouvrir l'écran à 180 degrés, néanmoins ce n’est pas un ordinateur portable hybride… n’essayez donc pas d’aller au-delà des 180 degrés. Vous allez casser la charnière, mais l'intérêt de ce laptop est que vous pourrez le réparer vous-même.

Comme expliqué ici, la partie la plus importante est que vous pouvez remplacer les quatre ports, qui sont logés dans des modules, par d'autres modules fournis dans la boîte. Par exemple, vous pouvez basculer un port USB Type-A vers une connexion USB-C en changeant les modules, ou insérer l'une des options de sortie vidéo (HDMI ou DisplayPort) si vous devez connecter un autre écran.

Il faut voir ces connectiques comme des baies, vous pouvez d’ailleurs les brancher et les débrancher à chaud, comme un périphérique USB par exemple (ce qu’ils sont). Ces modules (que Framework surnomme "cartes d'extension") peuvent être retirés de leurs emplacements à la main (vous appuyez sur un bouton sous l'ordinateur portable pour libérer chaque paire) et échangés en quelques secondes. En fait, c’est une interface USB-C qui se loge dans chaque baie.

Chaque composant remplaçable de l'ordinateur portable Framework comporte un code QR, qui vous mènera à des instructions sur la façon de le remplacer. Il s'agit d'une évolution intelligente de la pratique de plus en plus courante utilisée sur les cartes mères de PC fixe, où le manuel utilise des codes QR pour les instructions.

Le stockage interne n'est pas soudé mais est implémenté en tant que module M.2 PCI Express. C’est du PCI Express 4.0 capable de prendre en charge des SSD de 8 To. Techniquement, c’est du M.2 Type-2280, vous pourrez donc brancher des SSD jusqu'à 80 mm de long. Côté mémoire vive, vous avez deux emplacements SO-DIMM, capables de prendre jusqu'à 64 Go.

Framework prévoit même que l'ensemble de la carte mère soit remplaçable, ce qui vous permet de passer aux futures générations de processeurs. D’ailleurs, la carte mère a son propre code QR de remplacement... cela sera nécessaire de changer toute la carte mère, car les futurs processeurs Intel nécessitent des sockets différents. Mais on évoquera cette partie un peu plus loin dans le test.

Vous aurez néanmoins compris que vous allez dépendre ici de Framework : les cartes mères d’ordinateur portable sont dessinées pour chaque châssis.

Notez la présence d’un lecteur d'empreintes digitales situé sur le bouton d'alimentation, il est compatible Windows Hello. Il fonctionne très bien, il est réactif. Il y a également un cache physique pour la caméra et le microphone pour garder les yeux et les oreilles indésirables à distance.

Terminons par la webcam... elle fait tout le job pour les conférences en ligne. Notez qu'elle n'est pas compatible Windows Hello, vous ne pourrez donc pas avoir le déverrouillage facial.

Un écran réussi

Ce n'est pas un écran OLED ni mini LED, mais cet écran LED est de qualité. Avec son format 3:2 et sa définition de 2256 x 1504 pixels (QHD) à 60 Hz, sans oublier sa diagonale de 13,5 pouces, il a vraiment le format le plus pratique en mobilité tout en restant très confortable. Nous apprécions particulièrement le format 3:2 qui se prête bien à afficher de longues pages et même deux fenêtres côte à côte.

Concernant les performances de cet écran, nous avons obtenu 75,7 % de la gamme de couleurs DCI-P3 , ce qui le place dans la moyenne des ordinateurs portables haut de gamme. Côté luminosité, il obtient 449 cd/m² (nits), ce qui est un bon score. Le MacBook a atteint 353 cd/m², suivi du Dell XPS 13 avec 416 cd/m². Le point blanc se situe autour de 6342 K — contre 6500 K pour l’idéal — et le delta E2000 par rapport à la plage DCI-P3 est de 3,2.

La saturation des couleurs est précise, dans l'ensemble c'est une réussite. Enfin, le ratio de contraste est celui d'un bon écran IPS : 1401:1. Nous avons noté tout de même quelques légères fuites de lumière dans les angles, mais rien de méchant ici.

Des performances correctes, sans plus

Vous avez le choix entre trois CPU aujourd'hui : les Intel Core i5-1135G7, i7-1165G7 et i7-1185G7. Nous avons choisi la configuration la plus basse, il s'agit donc d'un CPU « Tiger Lake-U » à basse consommation, gravée en 10 nm et montant à un TDP de 28 W maximum. Premier constat : c'est dommage d'avoir de la 11e génération, alors que l'Intel de 12e génération a fait de gros progrès en efficacité. Une fois la déception passée, il est temps de passer aux tests.

 

 

Comme pour les smartphones, nous testons les ordinateurs portables de deux manières différentes : nous les utilisons et nous les comparons à d’autres produits comparables, puis nous leur faisons passer une série de tests pour confirmer nos impressions.

Par exemple, PCMark 10 permet de tester une variété d’outils de productivité, tandis que Cinebench R23 va évaluer la capacité du PC à gérer des charges lourdes. Nous avons également l’habitude d’utiliser Geekbench, GFXBench ou encore PugetBench (pour Photoshop). Premier constat, avec un unique ventilateur (assez petit), nous avons trouvé que le Framework Laptop soufflait beaucoup. Il fait du bruit est c'est dommage. En fait, c'est à cause de la chaleur dégagée : on peut le tenir en main sans problème, mais l'ordinateur n'a pas un système de refroidissement actif efficace... ce qui entraîne beaucoup de bruit.

Comme vous pouvez le voir avec Cinebench R23, le Framework Laptop offre un bon rendement pour cette génération de puces Intel. Le LG Gram 16 s'en sort moins bien, alors qu'il est censé être mieux loti. On peut néanmoins regretter de ne pas bénéficier de la 12e génération Intel, le Core i7-1260P (sur l'Asus Zenbook 14 OLED) est une super évolution qui nous fait regretter que Framework ait fait l'impasse sur la dernière génération de puces. Enfin, comme on s'y attendait, le MacBook Air M1 est bien au-dessus du Framework Laptop dans sa plus petite configuration.

Du côté du GPU, ce n'est pas un portable de gaming. Vous allez donc compter uniquement sur l'iGPU, qui peut faire tourner tous les jeux mais de petites définitions. Ce n'est pas optimal, mais cela peut vous dépanner pour passer le temps.

En l'état actuel des choses, vous ne pourrez pas faire évoluer le CPU. Comme mentionné plus haut, si vous voulez passer sur un CPU AMD ou sur la génération suivante Intel, il faudra changer la carte mère complète. Framework assure qu'ils préparent des kits d'évolution, mais ce n'est qu'une promesse à ce stade.

Son SSD affiche des performances tout juste correctes, du moins sur notre modèle de test. On s'attendait tout de même à de meilleures performances en lecture et écriture séquentielle. Notez que nous avons obtenu des performances entre 1000 à 2400 Mb/s en écriture séquentielle, un chiffre relativement instable. Nos confrères ont enregistré des chiffres plus élevés, environ 6500 Mb/s en lecture et 3000 Mb/s en écriture, étant donné qu'ils avaient sans doute un SSD compatible avec des vitesses d'écriture et de lecture plus rapides. Cependant les autres chiffres de benchmark sont similaires, ce qui montre que notre SSD un peu moins véloce n'a pas de conséquences sur les performances globales.

Sur le SSD externe, les performances sont moins bonnes en lecture séquentielle via l'interface USB-C. Elles restent néanmoins très correctes pour du SSD externe.

Une autonomie tout juste correcte

En l'utilisant avec le mode d'énergie standard, le Framework a duré 8 heures et 12 minutes, ce qui est bien plus court que la moyenne des ultrabooks. Le MacBook Pro dépasse les 16 heures d'autonomie, le Dell XPS 13 tient environ 13 heures, le HP Spectre x360 dépassé également la barre des 12 heures.

Du côté de la charge, elle se fera en USB-C à l'aide du chargeur de 60 W fourni en plus (pour la version DIY, il est inclus avec la version déjà configurée). Celui-ci est d'ailleurs très compact, avec une bonne efficacité (20V/3A) et la prise en charge des technologies USB-PD 3.0 et Power Delivery PPS. C'est un chargeur basé sur le nitrure de gallium, comme les derniers chargeurs d'Anker. D'après nous, il est intéressant de le prendre pour votre ordinateur portable, c'est un chargeur de qualité qui chargera également votre smartphone. Concernant le temps de charge pour faire un 0 à 100 %, il est de 1 heure et 20 minutes.

Du côté du son et de la webcam, pas de prouesse

Que ça soit du côté de la webcam ou du son (deux haut-parleurs dans les extrémités), le Framework Laptop ne fait pas de fausse note. Aucun prouesse néanmoins, il ne se démarque ni sur la qualité de sa webcam ni sur les performances des haut-parleurs. On aurait d'ailleurs pu attendre de meilleures performances de la webcam.

Prix et date de sortie du Framework Laptop

Il est financièrement bien plus intéressant de choisir la version DIY (Do It Yourself), la version de base est à 859 euros. Il faudra néanmoins ajouter le coût des modules et de quelques accessoires. La version montée est à 1149 euros, ce qui est un rapport qualité-prix plus élevé que les tarifs que l'on peut croiser sur des configurations similaires chez Asus ou Acer par exemple. L'Asus Zenbook 14 OLED sera vendu à moins de 1000 euros par exemple.

Voici quelques alternatives à considérer :