Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'Inde veut créer une alternative au duopole Android et iOS

Il y a des dizaines d'études qui le montrent, Android et iOS forment un duopole dans le monde. Si on prend les données de StatCounter, les deux OS partagent 99,25 % de ce marché. Force est de constater que les deux OS sont incontournables.

Il y a dix ans, iOS d'Apple et Android de Google dominaient déjà, mais le marché disposait d'autres options, notamment Nokia (Symbian), BlackBerry (RIM), Samsung (Bada), Microsoft (Windows Phone), Amazon (Fire OS) et Palm (Palm OS). Vague après vague de consolidation et la domination des stores d'applications ont abouti au duopole que nous avons aujourd'hui.

Même si cela vous semble logique qu'Apple et Google soient les principaux acteurs lorsqu'il s'agit de choisir un téléphone. Il peut être facile d'oublier qu'ils établissent également toutes les règles, sur le choix des applications dans les stores d'applications à la difficulté que l'on peut avoir d'utiliser des navigateurs alternatifs sur nos téléphones.

Un duopole est une mauvaise chose

Dans presque tous les cas, un duopole est une très mauvaise chose. Cette situation limite le choix des consommateurs, elle offre aux parties la possibilité de s'entendre et de façonner le marché en leur faveur, de limiter l'innovation, de faire monter les prix... L'époque de l'achat d'un bon téléphone Windows Phone pour 150 euros est révolue pour toujours et ne reviendra pas. Néanmoins, les états ont encore la possibilité d'agir.

C'est ce que la Chine fait, par exemple, où les versions alternatives d'Android pullulent depuis que Google a été banni. Le bannissement de Huawei, par exemple, a fait naître HarmonyOS comme une alternative à Android.

L'Inde va investir dans des OS maison

En Inde, Rajeev Chandrasekhar, ministre de l'Électronique et des Technologies de l'information, a expliqué à The Economic Times son intention « de créer un système d'exploitation indigène comme alternative à Android de Google et iOS d'Apple ». L'idée, comme l'explique Rajeev Chandrasekhar, est d'investir dans des startups et des institutions académiques pour les encourager à créer leur propre système d'exploitation. Il est fort à parier que ce 3e OS pourrait être un fork d'Android, c'est-à-dire une copie d'Android basée sur son code source, c'est un choix économique et logique. Cela permet d'assurer la compatibilité de milliers d'applications existantes.