Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'OSOM OV1 n'a plus grand chose de l'Essential Phone et se met aux cryptos et au Web3

En décembre 2021, on apprenait la création d'OSOM, une société créée par des anciens d'Essential. Elle avait pour but de créer l'OSOM OV1, un smartphone voulant se rapprocher au plus près de l'expérience Android pure. Depuis, on en savait un peu plus sur les caractéristiques de l'OSOM OV1, qui se différenciaient pas mal de la concurrence.

Seulement voilà, on apprend désormais que ce smartphone va changer de nom... et de philosophie : Solana mobile, filiale de Solana Labs, a annoncé son Saga. C'est en fait le nouveau nom de l'OV1, OSOM s'associant à Solana Mobile et le confirmant dans un communiqué de presse.

OSOM et Solana Mobile s'associent pour créer un smartphone dédié aux cryptomonnaies, aux NFT et au Web3

Si l'incompréhension s'était installée, OSOM l'a tuée en confirmant à The Verge que « l'OV1 et Saga sont désormais une seule et même chose ». OSOM abandonne donc son positionnement axé sur la confidentialité et la sécurité. La marque souhaitait permettre aux utilisateurs de l'OV1 de mieux contrôler ce que font les applications mobiles, le tout dans une expérience logicielle très proche de ce que proposait l'Essential Phone tout en conservant les services Google (probablement pour pouvoir vendre son produit).

On apprend que ce smartphone « est destiné aux personnes ancrées dans l'univers des portefeuilles cryptographiques, Web3 et NFT ». Dans ce communiqué, OSOM se permet même de tacler HTC et son projet Exodus, un smartphone dédié aux cryptomonnaies, en disant que la marque n'a pas « réussi à avoir un impact réel ». D'ailleurs, HTC va bientôt présenter un smartphone dédié à la réalité virtuelle et augmentée pour son métavers Viveverse.

Du côté de Solana, son PDG Anatoly Yakovenko explique que les expériences cryptos sont restées cantonnées sur ordinateur et que « la méthode préférée d'interaction avec les cryptomonnaies consiste toujours à installer une extension de navigateur et à brancher une clé USB ». Son ambition est de créer des usages mobiles autour des cryptomonnaies, notamment en faisant ce qu'Apple et Google ne font pas, à savoir travailler sur le Web3. Le Web3 désigne le web décentralisé basé sur les blockchains, successeur d'un web 2.0 « social ».

Solana, c'est quoi ?

Solana se définit comme « la plus grande plateforme de NFT, la plus conviviale des rampes d'accès à la cryptomonnaie ». Elle aurait atteint plusieurs millions d'adresses actives aujourd'hui et réunirait une communauté importante de développeurs. Plus généralement, il s'agit d'une blockchain décentralisée, concurrente de l'Ethereum, note Numerama.

Des applications décentralisées : le cœur du projet

La proposition concrète de ce smartphone est « la prise en charge des applications décentralisées qui s'appuient sur la blockchain Solana ». Des partenaires ont déjà été annoncés, comme « le marché NFT Magic Eden, le fabricant de portefeuilles Solana Phantom et l'exchange de cryptomonnaie Orca ». On compte aussi Coral, FTX, Kiyomi/OpenEra, Okay Bears, StepN.

L'idée est d'utiliser par exemple les capteurs d'empreintes digitales des smartphones pour valider des transactions.

Dans le même temps, Solana a annoncé Solana Mobile Stack (SMS), un kit de développement logiciel qui permet la création d'applications Web3 natives sur Android. Solana prévoit aussi un « magasin de DApp ouvert », un magasin d'applications mobiles, les « dApp » étant des applications décentralisées. Il sera disponible dans le Saga et sera basé sur Android. OSOM indique que « la société envisage une vaste prolifération d'applications crypto-natives, de services numériques et de biens numériques ». Ce magasin serait « régi par les utilisateurs et les développeurs, sans aucune restriction sur les jetons ou les NFT ». SMS comprend aussi « Seed Vault, un protocole de garde sécurisé pour mobile qui facilite la signature instantanée des transactions tout en gardant les clés privées séparées des portefeuilles, des applications et du système d'exploitation Android ».

Le PDG de Solana, a déclaré lors d'une session de questions-réponses, que l'avenir de la cryptomonnaie sur smartphone dépendra de ce projet, tout en humilité.

Des précommandes déjà lancées pour des livraisons début 2023

Le Saga est déjà disponible en précommandes au prix de 1000 dollars, avec un acompte de 100 dollars. Évidemment, pour le précommander, il faudra un portefeuille Solana. Les développeurs auront donc un accès anticipé à Saga, afin de justement remplir ce magasin de dApp. Les premières livraisons sont prévues pour le premier trimestre de 2023.

Pour rappel, ce smartphone possèdera un écran OLED de 6,67 pouces en 120 Hz, 512 Go de stockage et 12 Go de RAM. Si l'on pensait qu'il serait équipé sur SoC de Qualcomm Snapdragon 8 Gen 1, ce sera en fait le Snapdragon 8 Plus Gen 1, qui va équiper les futurs smartphones haut de gamme. Côté photo, le capteur principal sera de 50 Mpx, il y aura aussi un ultra-grand angle de 12 Mpx, mais pas de capteur macro.

La première peur que l'on peut avoir au regard de ce projet, c'est évidemment la bulle marketing qui s'est peut-être formée autour. Nos inquiétudes vont au dApp Store, qui, si le projet ne décolle pas, pourrait ne pas se remplir et donc rendre le Solana Saga inintéressant au possible. Si l'idée de pouvoir valider des transactions en cryptomonnaies ou de créer des NFT sur un smartphone peut sembler séduisante, il faut rappeler que les cryptomonnaies et tout ce qui les entoure sont encore très loin d'être inscrits dans les usages. Pour le moment, les usages de la technologie blockchain n'en est qu'à l'état d'expérimentation -- voire de spéculation -- quoi qu'en disent les fans du domaine.