Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google a ébruité plusieurs noms de nouveaux smartphones, dont des Samsung, Asus et des Oppo

C’est désormais corrigé, mais le mal est fait : Google a ébruité plusieurs noms de nouveaux smartphones de constructeurs OEM partenaires. Comment ? En mettant à jour trop tôt sa page qui liste les appareils pris en charge par ARCore. Pour rappel, ARCore est le SDK (kit de développement) de Google qui permet de concevoir des applications en réalité augmentée.

Quels sont les appareils concernés ?

Au total, ce sont 23 smartphones qui ont été ajoutés dans la liste des appareils pris en charge, mais 11 d’entre eux n’ont pas encore été annoncés officiellement, même s’il en était question dans plusieurs fuites ces derniers mois.

Par exemple, le Zenfone 8 Flip, qui n’a pas encore été annoncé ni même évoqué dans les médias. Le smartphone pourrait être le prochain téléphone phare d’Asus avec le processeur Snapdragon 888. Bien sûr, son nom suggère également qu’il abriterait probablement une Flip caméra similaire à celui de la série Zenfone 7.

Le Realme 8 Pro a également fait une apparition sur la liste. Le constructeur prévoit de lancer ce téléphone le 24 mars, cela sera une alternative à la série Redmi Note 10 et Note 10 Pro.

Les smartphones Galaxy A52 et A72 de Samsung ont déjà fait l’objet de nombreuses fuites. Nous les verrons probablement sortir plus tard cette semaine lors de l’événement de lancement Unpacked de Samsung. Le Galaxy A82 5G devrait être le deuxième téléphone de Samsung doté d’une puce QRNG comme le Galaxy A Quantum. Il s’agit d’un générateur quantique de nombres aléatoires (QRNG), l’objectif est de créer un smartphone sécurisé. La puce Quantis QRNG génère un caractère aléatoire non biaisé et imprévisible dont l’entropie est élevée dès le premier bit du bruit de fond d’une source lumineuse capturée par un capteur d’image CMOS. C’est l’entreprise française ID Quantique qui travaille sur cette technologie.