Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

ING : c'en est fini de la banque en ligne en France, des centaines d'emplois supprimés

Présent en France depuis le début des années 2000, la banque de détail d'origine néerlandaise ING a annoncé renoncer à ses activités bancaires dans l'Hexagone. Malgré son million de clients domicilié dans le pays, le groupe est en passe de lâcher ce portefeuille à de « tierces parties » potentielles, sans pour autant donner plus d'information dans son communiqué.

Des objectifs non remplis

Cela était pressenti depuis plusieurs mois, la plus ancienne banque en ligne présente officiellement en France était loin d'attendre les objectifs qu'elle s'était fixée et stagnait au million de clients depuis plus de 6 ans. Fin 2020, la banque avait d'ailleurs déjà dégraissé fortement ses activités en Belgique en fermant une cinquantaine d'agences sur place et en privilégiant les franchises.

En juin, ING France avait d'ailleurs dû subir une lourde amende concernant des manquements contractuels concernant la lutte contre le blanchissement d'argent et le financement du terrorisme intervenus entre 2018 et 2019. Il est à noter que la banque conserve tout de même ses activités de banque de financement et d'investissement  pour sa "grande clientèle" en France « avec comme objectifs de consolider sa place sur le marché et son positionnement de banque de référence en matière de finance durable », précise le communiqué.

460 employés en périls et une potentielle reprise de clients

Forcément, c'est d'abord les employés qui vont subir cette décision stratégique intervenue depuis le mois de juin. Le groupe annonce que quelque 460 postes vont être supprimés suite à la signature d'un accord avec les représentations syndicales.

Officiellement, la banque déclare étudier la possibilité d'un plan de reprise du portefeuille de clients et des discussions sont en cours avec de “tierces parties” sans plus de précisions.