Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Faut-il couper sa box internet pour vraiment réduire ses dépenses énergétiques ?

Dans le contexte actuel, où le coût de l'énergie monte en flèche, en pleine crise ukrainienne et crise écologique, vous êtes nombreux à chercher à réduire votre consommation globale d'électricité. Dans un article publié le 29 mars 2022, France Info donne quelques conseils pour nous aider à atteindre cet objectif, dont celui de couper sa box internet :

Les économies peuvent se faire partout, jusqu’à la box internet : si cette dernière reste allumée 24h/24h, elle peut consommer plus de 200 kilowattheures par an, soit autant qu'un petit frigo, si l’on en croit le calcul réalisé par l’Ademe, l’agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. 

Il faut dire que les box sont prévues pour rester branchées en permanence, bien qu’elles embarquent des composants relativement énergivores. Pendant des années, les box internet ont d'ailleurs été épargnées par les réglementations écologiques. Une aberration, la norme qui les concernait (l’ErP 2013 Lot 18) était même basée sur… du volontariat. Rien de contraignant.

Faisons les calculs

En tant que passionnés de nouvelles technologies, nous avons voulu savoir ce qu'il en était vraiment et nous avons fait quelques calculs. La plupart des calculs proviennent d'estimation globale, il y a d'importantes disparités entre les box internet. D'ailleurs, ici, il faut faire attention, car on a tendance à associer la box internet au boîtier TV pour la consommation énergétique, alors que ce sont généralement deux box différentes.

La Livebox 5 d'Orange, par exemple, a été conçue pour justement afficher une consommation électrique réduite. Contrairement à la Livebox 4, elle intègre le boîtier fibre (ONT), ce qui permet d'enlever un appareil connecté lorsque l'on est branché en fibre optique. Cette Livebox 5 est également dépourvue d'écran, qui est un des composants qui consomme le plus.

Il faut également bien comprendre que la consommation dépend des accessoires branchés. Par exemple, la Livebox 4 avec disque dur consomme 11 Watts contre 9 Watts sans disque dur. La Livebox 5 est à environ 6,7 Watts. Un chiffre aussi bas que la Box Evolution de SFR, et bien moins important que la Freebox Revolution (17 Watts en moyenne). La Bbox Miami de Bouygues Telecom a une consommation moyenne de 12 Watts.

On comprendra donc que les box les plus récentes ont tendance à consommer moins d'énergie, étant donné que les opérateurs ont choisi de communiquer plus largement sur leur empreinte carbone. Il y a néanmoins quelques exceptions comme la Freebox Delta dont la consommation est à 18 Watts.

Personnellement, j'ai pu mesurer la consommation de ma Livebox 5 grâce au, tant décrié, Linky. Elle consomme environ 57 kWh par an (environ 6,3 Watts en moyenne). Le calcul de la consommation énergétique est un calcul relativement simple : consommation électrique en kWh = nombre d'heures x nombre de jours x puissance / 1 000. En 2022, les Français payent en moyenne 0,174 0 euro TTC par kWh (option base), ce qui donne 10 euros de coût par an environ.

On est loin des 200 kWh évoqués par FranceInfo, mais c'est un chiffre qui se rapproche de celui d'une Freebox Delta, soit environ 150 kWh par an et donc 25 euros sur la facture au coût actuel de l'électricité.

La consommation d'un mini-frigo peut donc être comparée à celle d'une box internet, on parle d'environ 150 kWh en classe A+ (environ 35 Watts mais son fonctionnement n'est pas continu contrairement à une box)... Et plus de 300 kWh pour un frigo classique. La comparaison est donc possible, mais seulement pour les box internet les plus énergivores et surtout les frigos avec la meilleure classe énergétique.

Les frigos américains nécessitent, quant à eux, 800 kWh par an… soit 140 euros par an de dépenses (12 euros par mois environ, le coût d'un forfait mobile sans engagement). Notons également que la consommation d'un réfrigérateur varie en fonction de la classe climatique et de la maison. En été, le frigo consomme plus qu'en hiver. De plus, un frigo consommera davantage à Nice qu'à Lille, étant donné que les températures moyennes ne sont pas les mêmes.

Faut-il couper sa box ?

C'est vrai, en tenant compte des heures de sommeil et de travail, on s’aperçoit que la box n’a pas à être allumée en continu et que les heures d’usage sont plutôt réduites en semaine. Vous pouvez également passer votre box en mode veille, mais sachez que les économies réalisées restent très faibles… Le mode veille profonde est plus intéressant en termes de consommation. Malheureusement, peu de box en sont munies.

Dans tous les cas, cette action rentre dans une cohérence individuelle évidemment importante et nécessaire face aux enjeux du dérèglement climatique et de l’effondrement de la biodiversité, ainsi qu'à l'augmentation du coût de la vie. Cependant, l’écologie individuelle invisibilise les véritables causes et conséquences du dérèglement climatique et de l'augmentation des prix.

Les causes sont multiples et résident dans des mégastructures qui dépassent largement le spectre individuel. Elles sont économiques, sociétales et politiques. Individuellement, il faut continuer à faire des efforts : manger beaucoup moins de viande (ou devenir végétarien), se déplacer si possible à pied ou à vélo, acheter du matériel électronique d'occasion ou reconditionné, allonger la durée de vie de ses appareils électriques en favorisant les appareils qui se réparent plus facilement. Un engagement individuel modéré est nécessaire, mais il doit rester réaliste.

Mais l'investissement collectif semble être la solution la plus efficace, comme l'explique Bénédicte Carrio sur Madmoizelle. Une action collective est une nécessité pour instaurer un rapport de force. Elle permet également de s’émanciper et de sortir de la pression individuelle que l’on s’inflige souvent lorsqu’on prend conscience de la situation écologique et économique, et que l’on souhaite « faire sa part » et éteindre l’incendie seul.

Certes, couper sa box internet la nuit peut-être une bonne idée, mais ça ne représente qu'une goute d'eau dans l'océan qu'est le chantier climatique. Une véritable solution pourrait être de contraindre directement les fournisseurs d'accès à réduire drastiquement la consommation électrique de leur box