Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Fibre optique : la France meilleure élève d'Europe en nombre de foyers raccordés

Alors que l’on pourrait croire que la France est à la traîne dans le déploiement de la fibre (le cliché du Français râleur, m’voyez), il n’en est rien. Selon les données du Panorama 2020 du FTTH Council Europe, la France a raccordé 3,5 millions de foyers à la fibre optique en un an. Elle prend ainsi la première place des 28 pays de l’UE pris en compte dans l’étude. Autrefois numéro 1, l’Espagne se positionne donc en deuxième place, suivie de l’Ukraine.

L’étude du FTTH Council Europe se base sur deux échelles. La première prend en compte les 28 pays de l’Union européenne, l’autre étend son champ de comparaison à 39 pays. Dans les deux cas, la fibre FTTH (jusqu’à l’abonné) et les connexions FTTB aussi appelées « fausse fibre »(jusqu’en bas de l’immeuble puis liaison cuivrée) sont comptabilisées. Notons également que les chiffres sont arrêtés à septembre 2019.

Si on prend en compte l’échelle de 39 pays, la France se classe deuxième derrière la Russie. Logique au regard de la population bien plus importante.

Taux de couverture supérieur à la moyenne

Il faut donc s’attacher à la couverture de la population (nombre de foyers raccordés par rapport à la population globale) pour vraiment se rendre compte des avancées de chaque pays. La France affiche un taux de couverture de 57,1 %, bien au-dessus de la moyenne de 39,4 % des 28 pays européens. Toutefois le meilleur élève est bien loin devant : l'Espagne couvre en effet 85,6 % de la population. Si l’on étend la comparaison aux 39 pays, la France reste bonne élève puisque la moyenne des 39 plafonne à 49,9 % de couverture de la population.

L’État s’est engagé à raccorder la totalité de la population d’ici 2025 dans le cadre du Plan France très haut débit nécessitant un investissement de 20 milliards d’euros. Bien évidemment, la crise du coronavirus a ralenti le déploiement. Aussi, les acteurs du secteur ont demandé une aide de 650 millions d’euros à l’État pour atteindre les objectifs fixés. Le secteur de la fibre optique n'est pas le seul touché : l'ouverture des enchères pour le déploiement de la 5G a aussi été décalé en raison du coronavirus.