Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

5G : voici comment Free Mobile pourrait distancer ses concurrents

Free Mobile semble déterminé à distancer ses concurrents sur le terrain de la 5G. Selon Univers Freebox, le quatrième opérateur commence à travailler avec son équipementier Nokia Networks dans le déploiement de la 5G.

L’année dernière, l’ANFR indiquait que « la bande des 700 MHz, également harmonisée au niveau européen pour accueillir la 5G, servira à terme au déploiement de la 5G par les opérateurs mobiles. Elle offrira une complémentarité en termes de couverture, notamment dans les zones rurales, alors que d’autres bandes, plus hautes dans le spectre hertzien, favoriseront le débit pour les nouveaux usages liés à la 5G ».

Faire cohabiter 4G et 5G sur les fréquences 700 MHz

Les enchères sur la 5G (bande de 3,5 GHz) étant reportées au plus tôt à juillet 2020, c’est donc sur ses fréquences de 700 MHz que travaille Free Mobile. L’opérateur aurait, semble-t-il, opté « pour de la cohabitation 4G/5G sur sa fréquence 700 MHz qui est largement déployée sur le territoire français » rapporte Vache GTI à nos confrères d’Univers Freebox.

Pour ce faire, l’opérateur commence à installer de nouvelles gammes de stations de base baptisées AirScale indique la fibre.info. Elles viennent donc remplacer la gamme Flexi de Nokia qui ne pouvait gérer que des bandes 4G. Ainsi les bornes AirScale permettront de faire cohabiter la 5G et la 4G sur une même infrastructure radio.

En complément, les techniciens de Free Mobile commencent à installer un nouveau convertisseur MDEA capable d’interfacer l’ancien module avec les bornes AirScale. Ainsi, l’opérateur s’assure de déployer le réseau 5G sans recourir à des investissements trop lourds.

Attention, ce réseau 5G ne viendra qu’en complément de la 5G à 3,5 GHz comme le préconisent les directives européennes. Car les débits seront plus faibles et le spectre sur la 4G plus limité avec ces antennes mutualisées. Les enchères à venir resteront donc un enjeu important pour Free Mobile.