Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

5G : l’ANFR a installé des capteurs à Paris pour mesurer l’exposition aux ondes

« Contribuer à la démarche lancée par la Ville de Paris de réflexion sur les impacts de la 5G », c’est l’un des objectifs affichés par l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences) qui a mis en place des capteurs de mesure dans le 8e arrondissement parisien. Ces sondes vont permettre d’accompagner, et potentiellement encadrer, les débuts de l’exploitation commerciale de la 5G en mesurant les ondes émises. Les données collectées ont pour vocation d’être analysées pour estimer « l’exposition globale du public ». Elles sont en outre accessibles en temps réel, apprend-on du communiqué partagé ce 20 novembre par l’ANFR sur son site officiel.

Trois capteurs pour l'instant, installés dans le 8e arrondissement

Pour l’ANFR, ce déploiement s’inscrit dans le « le cadre de ses missions de surveillance de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques ». Il est mis en place en collaboration avec la ville de Paris et concerne pour l’heure seulement trois capteurs à large bande fabriqués par le laboratoire toulousain EXEM.

Les mesures se font pour leur part une dizaine de fois par jour depuis le 13 novembre, lit-on, et sur des fréquences variées allant de 80 MHz à 6 GHz. De quoi couvrir les ondes émises par « la radio FM, la télévision numérique terrestre, le Wi-Fi et toutes les technologies de téléphonie mobile », explique l’Agence.

L’ANFR indique avoir installé ses capteurs en hauteur, à près de 100 mètres d’une antenne qui devrait prochainement émettre en 5G. Les mesures réalisées par ces sondes doivent avoir lieu pendant des durées respectives de 6 minutes, toutes les deux heures environ, afin de recueillir des données de jour comme de nuit et « détecter les fluctuations d’exposition ». Les données glanées peuvent être consultées en temps réel depuis le 20 novembre à cette adresse.