Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la Thomson Rheita 100 : une caméra de surveillance motorisée et un luminaire ambitieux

La Thomson Rheita 100 est une caméra de surveillance domestique pensée pour surveiller l’extérieur de votre habitation. Pour cela, le constructeur a mis les petits plats dans les grands avec une caméra Full HD motorisée, la vision nocturne, une alarme et enfin un luminaire intégré. Un produit tout-en-un qui se veut aussi complet qu’efficace. Nous lui avons fait subir le feu des simulations d’infractions et de chats se baladant dans le jardin pour voir ce qu’elle valait vraiment sur le terrain.

Ce test a été réalisé à partir d’un produit prêté par le constructeur.

Design : massive et pourtant assez élégante

La caméra se présente sous la forme d’un cylindre en plastique gris de 23 centimètres de longueur pour 8 cm de diamètre et 12,5 cm de profondeur au total. La partie supérieure identifiée par une zone en plastique blanc est celle qui intègre la source lumineuse.

La partie inférieure prend la forme d’un dôme qui correspond au bloc optique motorisé. Au centre, nous avons un capteur infrarouge dédié à la vision nocturne.

La Rheita 100 est assez imposante, mais reste relativement discrète, voire jolie. La qualité de fabrication est très honorable avec un assemblage qui ne laisse pas apparaître de faiblesse.

Notez qu’elle est IP 65, ce qui lui permet de résister à la pluie. Selon le constructeur, elle fonctionne dans des situations de température extrême allant de -20° à 65°.

Installation : un peu de bricolage

L’installation ne peut se faire que sur un mur et nécessite une alimentation électrique externe. Il faut donc tirer un câble ou l’installer à la place d’un luminaire d’extérieur déjà présent. Avant de commencer l’opération, pensez bien à faire tourner le bloc optique pour avoir accès à une plaque de plastique vissée. Elle cache un port micro-SD qu’il faut combler à vos frais. En effet, Thomson ne livre malheureusement pas de carte mémoire avec sa caméra à 200 euros et sans elle, la Rheita n’enregistrera aucune photo ou vidéo.

Ceci fait, vous devrez, si besoin, percer quatre trous au mur et installer les chevilles livrées avec. Une sorte de patron permet de réaliser l’opération sans risquer de vous tromper. Vous devrez retirer la plaque arrière de la caméra, à travers laquelle vous ferez passer les câbles d’alimentation. Cette opération que vous ferez le plus souvent sur un escabeau n’est pas toujours évidente à réaliser seul. N’hésitez pas à demander l’aide d’une personne pour tenir la caméra en hauteur, pendant que vous faites passer les câbles et les branchez au bornier de la Rheita.

Vous pouvez maintenant replacer le capot, le visser et terminer l’installation au mur. Ensuite, vous pourrez rétablir l’alimentation électrique que vous aurez bien sûr préalablement coupée pour éviter tout risque d’électrocution. Pensez à bien régler la position verticale du bloc optique pour avoir le meilleur angle de vue.

Une app bien pensée, mais de nombreux dysfonctionnements

Après avoir installé physiquement la Thomson Rheita 100, nous pouvons passer à l’app AtHomeSecurity qui est indispensable pour utiliser la caméra.

L’association se fait en deux temps. Entrez le code de votre réseau Wifi et scannez ensuite le QR Code placé sur le côté de la caméra. Cette dernière va ensuite émettre un signal sonore pour valider la connexion avec l’app. Vous terminerez en nommant la caméra. L’opération ne prendra pas plus de trois à cinq minutes.

L’app est plutôt bien pensée, claire et ne vous embrouillera à aucun moment. La page d’accueil liste les caméras Thomson installées avec une vignette de la dernière image enregistrée par la caméra. L’icône Événement donne accès à la liste des alertes, avec pour chacune l’origine (mouvement, silhouette humaine) et la date. En appuyant sur les trois petits points horizontaux en haut à droite de chaque vignette caméra, vous accédez aux paramètres de la caméra. Si vous cliquez simplement sur la vignette apparaît la page dédiée à cette caméra et lance la connexion.

Sous la fenêtre vidéo vous avez une série de commandes (lecture/pause, couper le son), capture photo, vidéo, le passage d’un flux vidéo HD à SD. La dernière va afficher en damier les vidéos de toutes les caméras Thomson installées chez vous.

 

Les quatre grosses icônes en bas de la page offrent différentes fonctions. La première donne accès à votre bibliothèque d’enregistrement. Elle prend la forme d’une timeline par jour pour une navigation assez aisée. La seconde permet d’interagir vocalement via la caméra. La troisième donne le contrôle du moteur de la caméra et la dernière permet de lancer l’alarme sonore ou lumineuse manuellement.

L’icône Paramètres en haut à droite permet d’aller plus en profondeur dans les réglages. Contrôle de périphérique permet d’activer ou non la caméra et vous confirme la présence d’une carte SD tout en permettant de la formater si besoin.

Réglage de l’alarme se subdivise en deux modes. Détection de mouvement qui active les alarmes au moindre mouvement suspect et Détection de silhouette qui réagit quand la caméra repère un corps humain. C’est d’ailleurs uniquement dans ce cas que la caméra motorisée peut suivre automatiquement les déplacements d’une personne. Sinon, les deux modes de détection proposent les mêmes options : l’activation d’un flash de lumière ou de l’alarme sonore en cas de détection suspecte, ainsi que la programmation de plage de surveillance sur une semaine.

 

Au final, nous avons une app bien pensée, ergonomique, mais qui pourtant est très agaçante à l’usage. En effet, les sorties inopinées ne sont pas rares, comme le fait de devoir la relancer plusieurs fois avant de réussir à afficher le flux vidéo. Ma vitesse de connexion est aussi très aléatoire, elle peut être instantanée ou durer plus de 30 secondes, en wifi comme en 5G. Rien ne nous permet d’expliquer ces différences. Autre aspect taquin, la télécommande pour faire tourner la caméra n’est pas très précise et vous finirez par ne l’utiliser que par à coup et jamais avec une pression continue. Enfin, quand vous activez l’audio, il y a de nombreuses coupures et pas mal d’effet de larsen si vous parlez en même temps via l’appli.

Dommage, car ces nombreux éléments logiciels gâchent l’expérience qui pourrait être bien plus agréable.

À l’usage : efficace après quelques réglages

La caméra de 2 mégapixels filme en Full HD et peut passer en SD si vous en faites la demande. L’angle de vision n’est que de 75°, mais grâce à son système motorisé à 270°, vous pouvez avoir une vision à 360°. La qualité de l’image est très honorable en plein jour. Si on excepte les zones très lumineuses les jours de grand beau temps, nous avons une image assez détaillée. Elle permet de reconnaître un visage jusqu’à 4-5 mètres.

De nuit, nous avons encore une fois un bon niveau de détail, même sur les zones les plus sombres. Ici, il devient possible de reconnaître un visage à partir de 2 mètres environ.

La détection de mouvement est très réactive, presque trop. Pour éviter que chaque mouvement de feuille dû au vent ne fasse l’objet d’une notification, sélectionnez le niveau moyen ou bas de détection. La caméra ne sait pas identifier les animaux, donc si vous en avez, nous vous conseillons d’opter pour la Détection de silhouette. Dans de rares cas, il lui arrive de se tromper et de s’activer alors qu’un chat ne fait que se balader.

La détection de silhouette fonctionne très bien jusqu’à 5 mètres environ. Au-delà, elle aura plus de mal, même si le niveau de sensibilité est au maximum. Notez que dans ce mode, la caméra suivra automatiquement la silhouette détectée. Cette fonction est assez efficace. Mais si la personne suivie court ou passe devant un bosquet ou est cachée quelques secondes par des feuilles, le suivi ne s’effectue plus.

De nuit, nous avons des résultats tout aussi bons, si ce n’est que la détection de silhouette se fait à seulement 3 m et le suivi de mouvement est plus erratique.

Quand une intrusion ou un mouvement suspect est détecté, la Rheita 100 peut enclencher une alarme lumineuse, qui prend la forme de clignotement. Plus dissuasive, l’alarme sonore qui émet une sonnerie d’environ 89 dB quand vous êtes juste sous la caméra, 80 dB à un mètre et environ 60 dB à 4 m. Un peu juste pour alerter tout le quartier, mais suffisant pour effrayer des intrus qui ne sont pas des professionnels.

Luminaire : honorable dans l’ensemble

L’aspect luminaire est assez bien pensé. Comme luminaire d’ambiance, avec la fonction PIR (détection à infrarouge passif), la caméra détecte une approche jusqu’à 6 mètres pour éclairer vos déplacements. Il est possible de paramétrer le niveau de puissance au sommet de l’appareil, mais aussi au niveau du mur.

Cela permet en pleine nuit de se déplacer dans son jardin sans se cogner au premier objet venu. Toutefois, ce n’est pas un vrai projecteur et, au-delà de deux mètres, cela sera insuffisant pour bouquiner tranquillement sur sa terrasse.

Prix et disponibilité

La Thomson Rheita 100 est commercialisée au prix de 199 euros sur le site de MyThomson, ainsi que chez Amazon ou Darty.