Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de Modern Combat 5: Blackout, le messie du FPS sur mobile ?

Ça y est, Gameloft vient enfin de sortir le cinquième et dernier épisode en date de Modern Combat. Un épisode aux ambitions immenses, puisqu’il se veut « tout simplement » le Call of Duty des jeux sur mobiles. Et si l’on n’est pas tout à fait convaincu que Gameloft possède le talent des créateurs de la franchise de jeu vidéo la plus rentable du monde, ils ont en tout cas le mérite d’avoir sorti un bon jeu.

modern combat 5

C’est pas ma guerre

J’aurai bien aimé vous parler du scénario de Modern Combat 5, mais force est d’admettre qu’après les quelques heures passées dessus, je ne suis toujours pas certain d’avoir compris ce dont il était question. Le joueur incarne Caydan Phoenix, un militaire à la probité et au courage aussi grands que le nombre de balles qu’il peut encaisser sans mourir et qui va tenter de faire éclater au grand jour la trahison d’un PDG d’une société de mercenaires. Ou un truc du genre. Le principal problème du scénario de Gameloft, c’est que les développeurs ont bien tenté d’inclure un fil rouge à leur jeu, mais on comprend passé la demi-heure qu’il n’est qu’un vague prétexte à coller du plomb dans la tête de terroristes. De fait, les événements de Modern Combat 5 reprennent les grosses ficelles de Call of Duty. Soyez certain qu’au moins une fois par chapitre, notre brave héros va tomber dans les pommes pour se retrouver quelques heures plus tard dans un lieu qui n’a rien à voir avec la scène précédente. C’est mal raconté, rarement bien mis en scène et à la limite, on s’en fout, ce qui nous intéresse finalement dans un FPS, c’est de tuer des gens armés avec des gros flingues.

 

Quatre classes, quatre types d’approches différentes

Et de ce point de vue là, Modern Combat 5 est plutôt généreux. On le disait un peu plus haut, la parenté avec Call of Duty est évidente. À commencer par le système de classes. Modern Combat 5 propose d’incarner quatre types de soldats différents : commando, sniper, éclaireur et grenadier. C’est du très classique, l’un se déplace plus rapidement tandis que tel autre est spécialisé dans les armes de gros calibre, se planque derrière sa lunette de sniper, etc., etc. Le changement de classe a au moins le mérite de modifier quelque peu la façon dont on aborde les différentes missions. Si le commando est la classe la plus polyvalente, il faudra prendre soin de bien se mettre à couvert avec un éclaireur à la barre de vie plus fine ou attendre que les ennemis se regroupent avec l’artilleur pour rentabiliser au mieux ses grenades.

 

 

Des missions solo courtes, mais intenses

La campagne solo est répartie en six chapitres comprenant chacun une petite dizaine de missions faisant progresser l’histoire, et une autre petite dizaine de missions annexes. Les missions de la campagne sont dans l’ensemble relativement bien faites. Dans les trois quarts d’entre elles, il s’agit bien souvent d’aller d’un point à un point B et de descendre tout ce qui bouge dans le niveau. Les missions restantes sont des phases de shooter sur rails où, aux commandes d’une grosse mitrailleuse au chargeur sans fond, il s’agit de balancer du plomb dans des hélicoptères/jeeps ennemies/drones/véhicules terroristes sans mourir.  Gameloft a préféré faire des niveaux courts, mais intenses. Ils ne durent jamais plus de 10 minutes et c’est un choix réellement judicieux de la part des développeurs. On ne s’ennuie jamais, les temps morts sont quasi-absents ce qui permet d'arrêter ou passer à autre chose quand on le souhaite, ce qui est pratique en situation de mobilité.

Dommage toutefois que les niveaux se ressemblent autant et que l’IA soit aussi stupide. Je veux bien qu’elle soit parfois placide pour compenser l'inertie des contrôles tactiles, mais les moments où elle se met à couvert du mauvais côté du joueur (en montrant son dos, donc) sont assez pathétiques. Les missions de la campagne solo manquent aussi de variété : on est toujours dans un long couloir où des ennemis nous bloquent la route. Les phases en arènes sont très rares et une sensation de répétitivité se fait rapidement sentir au milieu de l’aventure.

Bien conscient de ce défaut, Gameloft a mis en place dans chacun des six chapitres du jeu des missions annexes. Ce sont en fait des mini-jeux à objectifs qui, pour le coup, sont assez variés.  Ils consistent à vider des pièces en bullet time, protéger un allié avec un fusil de sniper, défendre un point précis de vagues d’ennemis durant un temps donné, désamorcer une bombe, etc. Ces missions sont encore plus courtes que celles de la campagne principale, mais elles varient agréablement les types de gameplay du jeu. Au final, si l’on met bout à bout toutes les missions de la campagne solo, il faudra bien une demi-douzaine d’heures pour en voir le bout, ce qui est très bien pour ce type de jeu.

 

Un mode multijoueur très complet

Et une fois venu à bout de la campagne solo, il reste encore un gros morceau à découvrir : le mode multijoueur. Gameloft a mis les petits plats dans les grands : 4 modes de jeux sont disponibles (deathmatch, en équipe, CTF et VIP) et un système de matchmaking permet de trouver une partie pleine en quelques secondes. Le plus beau là-dedans, c’est que l’expérience emmagasinée par les différentes classes (et donc les armes et accessoires débloqués) dans la campagne solo est disponible pour le mode en ligne. En revanche, toutes les aides à la visée et au mouvement sont désactivées par défaut. Autant dire qui si l’on parvient à jouer à la manette, l’avantage sur les joueurs tactiles est évident.

 

Des contrôles aux petits oignons

La maniabilité de Modern Combat 5 est exemplaire. Gameloft propose par défaut trois types de contrôles différents, tous basés sur des joysticks virtuels (la main gauche s’occupe des déplacements tandis que la main droite vise, tire et recharge), mais on apprécie tout particulièrement la possibilité de modifier absolument tous les éléments du HUD. Ainsi j’ai galéré durant les 10 premières minutes de jeu, le temps de disposer parfaitement les éléments de l'interface de façon à ce qu’ils tombent de façon très naturellement sous mes doigts. Si vous êtes du genre à éviter les FPS sur mobile parce que vous avez peur des contrôles, Modern Combat 5 est le typ de titre qui peut vous réconcilier avec le genre. Les options ne font en revanche aucune mention des manettes. Avec un peu de bidouille, il doit être pourtant possible de mapper ou de faire reconnaître un périphérique de jeu.

 

 

Beau et fluide à la fois

On terminera ce test par quelques remarques d’ordre technique. Modern Combat 5 est graphiquement très impressionnant. Certes, ce n’est pas encore de la PS3 (surtout quand on commence à mettre le nez sur l’écran), mais l’ensemble reste toutefois très beau pour un jeu sur mobile. Les effets de lumière, certains éléments destructibles du décor et surtout les animations des soldats adverses sont franchement bluffants. Mieux, le jeu reste fluide en permanence. Difficile de juger à l’oeil nu, mais je pense que le framerate est bloqué à 30 images par secondes. On terminera cet aspect technique en notant qu’il faut obligatoirement une connexion à Internet pour lancer le jeu et surtout pour télécharger les niveaux de la campagne solo. Ne vous faites d’ailleurs pas avoir par le poids initial du titre, dès le troisième chapitre du jeu il est nécessaire de lancer un téléchargement de données supplémentaires pour accéder à la suite de l’aventure.Enfin, et comme promis par Gameloft, Modern Combat 5 ne contient absolument aucun achat in-app. Une fois le jeu payé 5,99 euros, il est possible d’accéder à l’intégralité du jeu sans rien à avoir à débourser. Tant mieux.

 

Modern Combat 5 est-il le messie des FPS sur mobile ?