Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Honor Holly : doit-on le préférer au Honor 3C ?

Alors qu'il était annoncé à un tarif d'origine de 139 euros, le Honor Holly est finalement commercialisé pour 99 euros. À ce tarif, il ne promet pas des merveilles, mais devrait être capable des mêmes choses qu'un autre smartphone du constructeur : le Honor 3C. Ces deux-là sont d'ailleurs très proches, autant sur le plan physique que dans leur construction, mais diffèrent sur leur comportement. On s'attend donc à être séduits par certains aspects, et déçus par d'autres. Voici notre test.

Honor Holly 7

Fiche technique 

Le Honor Holly est un smartphone aux caractéristiques très semblables à celles du Honor 3C. On y trouve un écran de 5 pouces en définition HD (720 x 1280 pixels) en théorie séduisant sur un produit à ce tarif. Il est également animé par un SoC Mediatek MT6582 cadencé à 1,3 GHz et couplé à 1 Go de RAM. La capacité de stockage interne du mobile est honnête avec 16 Go, et surtout un port micro-SD permettant d'ajouter 32 Go au tout. Le Holly est aussi équipé d'un appareil photo dorsal de 8 mégapixels, tandis que le capteur frontal de 5 mégapixels du 3C disparait pour laisser place à un capteur de 2 mégapixels. Quant à la batterie, elle perd 300 mAh pour plafonner à 2000 mAh.

 

Design

Si les caractéristiques du Holly et du 3C sont assez similaires, leur look l'est également. Au détail près qu'ils n'arborent pas le même form-factor. Le 3C est un rectangle aux coins arrondis tandis que le Holly est courbé sur ses tranches supérieures et inférieures. Ils sont sinon très semblables, des matériaux utilisés (du plastique brillant) jusqu'au placement des capteurs photo et touches de volume et d'allumage.

Honor Holly 8

Au jeu des sept différences, on observe que le haut-parleur frontal est cette fois intégré au milieu de l'espace qui sépare l'écran de la tranche supérieure, alors qu'il était collé à cette dernière sur le 3C. Le capteur frontal passe d'ailleurs du coin droit à une position excentrée à gauche du haut-parleur, alors que la LED de notification se trouve plus à gauche encore. Au bas de cette façade, les touches sensitives sont semblables, tandis que le port microUSB 2.0 est toujours situé sur la tranche inférieure, à gauche.

Honor Holly 5

À l'arrière, on retrouve une grille de haut-parleur en bas à gauche, tandis que le capteur dorsal s'intègre de la même façon en haut au centre, avec un flash LED simple à gauche et un microphone au-dessus. Enfin, le logo Honor vient rompre avec le monochrome blanc de cette surface lisse et glissante. Comme on l'avait reproché au 3C, la coque ne s'emboite pas parfaitement, avec quelques grincements à la clé.

Honor Holly 9

Côté prise en main, on préfère d'ailleurs le 3C, un poil moins large et moins épais que son petit frère. On a plus de mal à tenir celui-ci entre nos paluches, d'autant que le plastique glissant n'aide pas vraiment à avoir une bonne préhension. Par contre, il accroche vraiment bien les traces de doigt et la poussière. Un véritable carnage. Pour rester dans les défauts, on note des bordures d'écran vraiment larges. Alors certes, on ne s'attendait pas à un travail de précision, mais tous les mobiles commencent à arborer des bordures fines.

 

Ecran

Avec un mobile à moins de 100 euros entre les mains, on ne va certainement pas se plaindre d'avoir un écran de 5 pouces en définition HD. C'est exactement la même densité de pixels que sur le 3C donc, avec 294 ppp. La luminosité est légèrement supérieure à celle du 3C mais on perd en contraste pour un rendu moins bon. Notez que l'écran occupe 67 % de la façade du mobile.

D'ailleurs, la dalle du 3C est plus proche de la vitre que ne l'est celle du Holly. Et cela joue beaucoup sur les bonnes impressions que laisse un écran. Parfois un peu saturées, les couleurs sont en tout cas fidèles, mais le rendu aurait pu être meilleur. Mais dans cette tranche de prix, ce mobile va faire bonne figure.

DSC07143

Ce qu'on aime moins, c'est en recanche la vitre en elle-même. D'une qualité médiocre, elle attrape la moindre particule de poussière et de graisse, pour vous laisser au bout de quelques minutes d'utilisation une couche de saleté qu'il est bien difficile de nettoyer. Une fois sale, cet écran le restera à vie, à moins que vous ne soyez très maniaque.

Un bon point qu'on avait soulevé avec le 3C s'est fait la malle : le réglage de la température des couleurs. Pourtant assez pratique, la fonctionnalité est ici absente.

 

Logiciel

Alors que le Honor 3C est encore bloqué sur Emotion UI 2.0 et Android 4.2 Jelly Bean, le Honor Holly s'offre une légère cure de jouvence avec Emotion UI 2.3 et Android 4.4.2 KitKat. Une légère, car cette nouvelle installation ne gomme pas tous les défauts aperçus sur le premier mobile. En effet, les lags de l'interface sont encore présents, mais heureusement bien moins réguliers et bien moins violents que sur le 3C. C'est déjà un soulagement.

Cette interface Emotion UI a déjà été dépeinte à de très nombreuses reprises dans nos différents tests. Sur les mobiles Honor, elle est différente de celle qu'on retrouve sur les appareils Huawei. On est sur quelque chose de plus édulcoré, tout en arrondis, et plutôt destiné à un public jeune. On a d'ailleurs l'impression de retrouver l'interface du Infinix Alpha 8, que l'on avait testé l'année dernière.

honor-holly-1

Question fonctionnalités, on perd des éléments pourtant aperçus sur le Honor 3C, comme le contrôle des mouvements, ou la compatibilité DLNA.

 

Performances

Inutile de s'attarder sur les performances d'un mobile qui ne compte pas casser les scores de benchmarks. Avec son processeur Mediatek MT6582 cadencé à 1,3 GHz et son giga de RAM, il devrait être assez puissant pour faire tourner vos applications, mais on déconseillera les usages trop gourmands. Côté benchmarks justement, les résultats sont pratiquement identiques à ceux du Honor 3C. Heureusement d'ailleurs, puisqu'ils ont les mêmes configurations techniques, à un détail près : le 3C dispose de 2 Go de RAM, nettement plus confortables sur le long terme.

À côté, le Motorola Moto G fait tout de même mieux avec des scores plus aboutis en performances graphiques (GFXBench, 3DMark...) ou sur PCMark, test applicatif par excellence. On pourra tout de même faire tourner des jeux basiques, rassurez-vous, mais il ne faudra pas compter sur une fluidité irréprochable.

 

Communications

Appels

Vous savez ce qu'il manque à ce smartphone pour qu'il doit incontournable à ce tarif ? La compatibilité 4G. Le Honor Holly fait l'impasse sur cela, et se contente d'une compatibilité 3G quand un de ses concurrents, l'Archos 45 Helium en est équipé. C'est bien dommage. Autrement, les appels passent sans problème particulier, mis à part un volume sonore peu élevé.

GPS

Qui dit MediaTek, dit puce GPS peu performante. Sur de l'entrée de gamme, c'est monnaie courante, et il faut être patient pour trouver quelques satellites et les fixer. On en trouve finalement une demi-douzaine en une minute environ et en étant bien à l'extérieur d'un bâtiment.

gps-data

Photographie

Si l'on avait été agréablement surpris par la tenue des photographies faites avec le Honor 3C, l'effet est un peu moins perceptible avec le Holly. Loin d'être très mauvais, le capteur photo ne respire toutefois pas la qualité, et les clichés qui en découlent sont assez insipides. En mode paysage, il faut régulièrement lutter pour obtenir une photographie à la luminosité ni trop élevée, ni trop basse. Même si le ciel est au gris à Paris, il n'a rien d'aussi brûlé que sur les clichés ci-dessous.

IMG_20150320_143041 IMG_20150320_143021

Le mode HDR ne sert pratiquement à rien, car il prend deux photographies à la suite avec différentes ouvertures, et les combine pour obtenir un cliché au rendu amélioré. Sauf qu'il ne le fait pas assez vite et que le moindre mouvement créé un effet doublon. Peu pratique donc.

IMG_20150320_142711 IMG_20150320_142740 IMG_20150320_133549

Toutefois, le mode Macro est une bonne surprise puisque les clichés sont d'une qualité tout à fait correcte. Le mobile ne semble pas avoir trop de difficultés à faire la mise au point, et le déclenchement n'est pas lent au point de rendre le tout un peu flou. Ce n'est pas un foudre de guerre, mais on a déjà vu pire à ce tarif.

 

Autonomie

Avec sa batterie de 2000 mAh, le Holly promet une autonomie convenable, bien que le 3C affichait 300 mAh de plus au compteur. Mais pourtant, il fait mieux. Sur notre test habituel (lecture d’une vidéo YouTube en Wi-Fi pendant une heure avec la luminosité au maximum), la batterie a perdu 17 % de sa capacité. C’est un peu au-dessus de la moyenne, mais loin d'être alarmant, les batteries des smartphones de ce segment de marché perdant environ 10 à 20 % de leur autonomie sur ce test.

C'est bien mieux que le 3C qui avait perdu 30 % sur ce même exercice. En utilisation quotidienne, le Holly permettra de passer une journée d'utilisation puisque vous ne l'utiliserez de toute façon pas pour faire des tâches lourdes.