Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Zopo ZP999 : c'est la personnalité qui compte !

Si le OnePlus One avait fait beaucoup de bruit l’année dernière, on a eu tendance à oublier qu’il n’était pas le seul à proposer à un rapport qualité-prix à 10 000 lieues de ce que proposent les gros constructeurs. Le Meizu MX4 faisait partie de ceux-là et il faut désormais rajouter à la liste le Zopo ZP999. Un smartphone doté d’une fiche technique digne des meilleurs appareils de 2014 proposé à un tarif situé sous la barre des 400 euros. Une nouvelle preuve que les smartphones chinois sont bons pour le pouvoir d’achat, à condition toutefois de faire quelques concessions sur le design.

zopo zp999 design 01

Fiche technique

La lecture de cette fiche technique ne laisse aucun doute, le Zopo ZP999 embarque tous les composants caractéristiques des smartphones haut de gamme. Entre son écran de 5,5 pouces en 1080p, son processeur à huit cœurs de chez Mediatek (aux performances remarquables, comme on le verra plus bas) et ses 3 Go de RAM, il ne fait aucun doute que Zopo a voulu concevoir un smartphone capable de rivaliser avec les plus grands modèles de l’année dernière… Voire même de cette année. Seul point faible à l’horizon, sa batterie de 2700 mAh est un peu en retrait pour un smartphone disposant d’un écran de cette taille. Son prix est également très attractif : officiellement, il est vendu 369 euros sur le site officiel français de Zopo. Mais on peut facilement le trouver à 340 euros voire à moins de 310 euros sur certaines boutiques en ligne française. Le ZP999 se présente donc, sur le papier, comme un excellent téléphone pour qui ne veut pas dépenser 500 euros.

 

Design : vous avez dit banal ?

Soyons directs, le design n’est certainement pas le plus grand point fort du ZP999. Le design général de l’appareil n’est vraiment pas sexy. Grossièrement, il prend la forme d’un gros rectangle noir aux angles arrondis, entouré de bordures en (imitation ?) métal et dispose d’une coque en plastique plate et légèrement bombée aux extrémités. Comme d’habitude, le design d’un téléphone est avant tout une question de subjectivité. Mais j’ai vraiment du mal à lui trouver un quelconque charme ou du caractère, surtout face aux designs plus tranchés du OnePlus One ou Meizu MX4, qui sont ses deux principaux concurrents.

zopo zp999 design 04

zopo zp999 design 13

Le ZP999 est donc un véritable monolithe noir, massif, dont la prise en main n’est de surcroît pas très agréable. Le téléphone est en effet non seulement épais (9,2 mm) mais il est en plus très imposant une fois dans la main. Sa coque arrière (amovible, soit dit en passant), plate et striée de minuscules trous n’arrange rien : elle aurait gagné à être plus travaillée afin de rendre le téléphone un peu plus ergonomique. Toujours sur la coque arrière, le capteur photo et le flash dépassent très légèrement, d’un tout petit millimètre. Rien de vraiment grave puisqu’il faut passer le doigt dessus pour le sentir.

zopo zp999 design 05

zopo zp999 design 07

Ce manque d’ergonomie se ressent surtout sur la façade, entièrement recouverte de verre, du ZP999. À mon sens, Zopo a fait des erreurs au niveau du placement des différents boutons de l’appareil. Ainsi, lorsqu’on prend l’appareil en main, cette dernière va naturellement se placer de telle façon à ce qu’elle puisse atteindre les boutons de réglage du volume ainsi que le bouton de mise en veille. Le problème, c’est que ces boutons physiques sont positionnés un peu trop haut sur l’appareil et que les boutons de navigation tactiles sont positionnés, pour le coup, beaucoup trop bas. Résultat, il faut jongler avec le téléphone en permanence pour aller de l’un à l’autre, ce qui rend son utilisation particulièrement fastidieuse à une main. Le ZP999 est, du fait de son écran de 5,5 pouces, un téléphone peu maniable de base, mais ce placement hasardeux n’aide vraiment pas l’ergonomie générale de l’appareil. C’est peut-être une question d’habitude, mais c’est choquant lors des premières utilisations.

Relativisons un peu les choses. Si le design et l’ergonomie du téléphone laissent un peu à désirer, les finitions sont toutefois excellentes. C’est peut-être un téléphone massif et un peu grossier, il est solide et ne craque pas. Ce n’est pas un exemple de beauté, mais je doute qu’il lâche à la première chute.

 

Écran : il a tout d’un grand

Si le design ne fait pas partie des points forts du ZP999, son écran, lui, est digne des meilleurs smartphones du moment. Rappelons tout d’abord qu’il s’agit d’un écran de 5,5 pouces en Full HD. Sa résolution, légèrement supérieur à 400ppp est excellente. Son rendu est également de très grande qualité, avec des couleurs très franches et une luminosité très puissante. Ajoutez à cela des angles de visions parfaits et des fuites de lumières inexistantes et vous tenez là l’un des plus beaux écrans de cette année. Zopo a eu de surcroît le bon goût d’utiliser la technologie OGS (One Glass Solution) pour son écran, ce qui donne l’impression que les icônes et l’affichage des différents éléments affleurent la vitre de l’écran. De la belle ouvrage.

Finalement, le seul point noir de cet affichage concerne le traitement de l’écran, du Gorilla Glass 2, en retrait par rapport à ce qui se fait chez la concurrence. Les traces de doigts sont en effets particulièrement visibles sur la vitre et j’ai l’impression que les reflets sont un peu plus présents que sur le OnePlus One ou sur le Meizu MX4.

 

Logiciel : des fonctionnalités de contrôle très pratique

Lorsque j’ai démarré le Zopo ZP999 pour la première fois, j’ai (lâchement) pensé que ma rédactrice en chef préférée m’avait encore refilé un smarpthone sans les Google Play Services. Et c’est au moment où j’ai commencé à collecter les fichiers .apk nécessaire pour la réalisation du test que je me suis aperçu que seules quelques applications de Google étaient bien présentes. Pour faire simple, Zopo s’est passé d’une quelconque certification de la part de Google et a installé une poignée d’applications de Google qui lui semblait nécessaire. Ainsi si le Play Store, Gmail, Google Maps ou Google Actus sont bien pré-installés, toutes les autres applications que l’on retrouve habituellement sur les smartphones Android vendus dans le commerce sont absentes. Chrome n’est pas préinstallé, un appui long sur la touche Home ne lance pas Google Now (mais plutôt le mode multitâche, ce qui est un peu désorientant) et Hangouts répond aux abonnés absents. Rien de bien grave en soi, il suffit de les réinstaller avec le Play Store. Mais certaines applications, comme Drive par exemple, qu’on a l’habitude de voir au premier lancement du téléphone, peuvent parfois manquer.

zopo zp999 android 1

Pour le reste, le ZP999 est sous Android KitKat, en version 4.4.2. La surcouche installée par Zopo est par ailleurs très similaire à Android StockComprenez par là qu’elle adopte la sacro-sainte séparation en trois parties que sont le bureau, le menu des applications et le menu des paramètres. Passons rapidement sur le bureau et l’app drawer, qui sont identiques en tout point à Android Stock à l’exception des icônes non-préinstallées entourées d’un cadre blanc assez laid. Le menu des paramètres est bien plus intéressant car il regorge d’options en tout genre. On ne va pas lister toutes les améliorations logicielles que contient la surcouche de Zopo mais se concentrer sur deux d’entre elles : les App permissions et le Smart Wake.

zopo zp999 android 2

App permissions n’est ni plus ni moins qu’un gestionnaire de permissions pour chacune des applications installées sur le téléphone. Cet outil se décompose en deux volets, Permissions et Apps, listant, pour le premier, une partie des permissions d’Android et de savoir quelles applications les utilisent et, pour le second, de vérifier quelques permissions sensibles utilisées par les applications installées sur le téléphone. Concrètement, si vous désirez faire en sorte que l’application Facebook n’utilise plus ou demande la permission d’envoyer des SMS, il est possible d’effectuer un tel réglage dans ce menu. Une fonctionnalité qui plaira aux mobinautes les plus pointilleux en matière de sécurité.

Smart Wake est une fonctionnalité permettant de réveiller son téléphone de différentes façons, suivant les options choisies. Comme sur le LG G2/3 ou le OnePlus One, une double tape sur l’écran permet de réveiller le téléphone, mais il est également possible de débloquer le téléphone (à condition de ne pas avoir configuré un schéma de verrouillage) en traçant un trait vers le haut de passer d’une chanson à l’autre en traçant un trait vers la droite ou vers la gauche, mais aussi et surtout de permettre le lancement d’applications préalablement définies en traçant un e, un c, un m, un o ou un w. Une option très pratique. C'est d'ailleurs type de fonctionnement que l'on retrouve sur le Z Launcher de Nokia.

zopo zp999 android 3

Pour finir, sachez que le téléphone dispose réellement de base de 27 Go de mémoire interne (sur les 32 Go annoncés) et qu’il y a très peu d’applications pré-installées. Outre Facebook, Twitter ou Skype, on retrouve une application de boussole, un lecteur de musique, une application lampe de poche ou encore un Task Manager pour « tuer » les applications en cours d’utilisation.

 

Performances : Un Meizu MX4 bis ?

Pour son porte-étendard, Zopo a opté non pas pour un chipset en provenance de Qualcomm, mais plutôt pour une puce de Mediatek, le MT 6595. Il s’agit d’une puce à huit cœurs (quatre Cortex-A17 à 2,0 GHz et quatre Cortex-A7 à 1,7 GHz) qui se voit couplée à un triste GPU, le PowerVR G6200 que l’on suppose en version MP2. Ce couple, nous l’avons déjà rencontré par le passé lors du test du Meizu MX4. Et, grosso modo, nos conclusions restent les mêmes.

Du point de vue des performances pures, liées uniquement au CPU, il n’y a absolument rien à reprocher à cette puce. Ses scores élevés sur PC Mark en témoignent, pour un usage quotidien, il ne flanchera pas. En revanche, la puce est beaucoup moins probante en ce qui concerne les jeux. D’une part, les scores sur 3D Mark sont un peu plus faibles que le Meizu MX4. Un score toutefois suffisant pour faire tourner la très grande majorité des jeux présents sur le Play Store. La différence de points et de FPS entre le MX4 et le ZP999 sur BaseMark ou 3D Mark s’explique principalement parce que le cas du MX4 est un peu particulier. Le téléphone de Meizu dispose en effet d’une autre variante de GPU (un Power VR G6200 MP4) un peu plus musclé que celui du ZP999.

Il semble en tout cas que le fondeur de ce GPU ne dispose de pas très bons pilotes. Nous avons en effet rencontré le même problème de texture sur Nova 3 que sur le Meizu MX4 : ces dernières ne s’affichent pas ou clignotent très fortement, rendant le jeu injouable. Des problèmes qui ne sont pas survenus sur Real Racing 3, au demeurant très fluide, mais qui nous font très sérieusement douter de la fiabilité de cette puce dans les jeux.

 

Communication et GPS

Le ZP999 a beau être un téléphone tout droit venu de Chine, il est compatible avec toutes les bandes de fréquences françaises, qu’elles soient 3G ou 4G. Contrairement au OnePlus One, qui ne capte pas la bande 4G des 800 MHz, le ZP999 n’a aucun problème de réception. Le ZP999 est également un téléphone double SIM, l’une en 3G/4G et l’autre en 2G uniquement. Ces deux SIM s’insèrent sous la coque amovible du téléphone et il est nécessaire de retirer la batterie pour insérer la première carte SIM.

zopo zp999 gps sim

Enfin, concernant le GPS, GPS Data a mis 266 secondes (soit plus de 4 minutes) avant de réussir à fixer notre position à froid. C’est assez mauvais, mais c’est finalement quelque chose d’assez classique sur les téléphones disposant de puces Mediatek, souvent fournis avec des puces GPS très moyennes. L’essentiel étant qu’il fonctionne.

 

Photo

Le ZP999 est équipé d’un capteur photo dorsal de 14 mégapixels et d’un capteur frontal de 5MP. L’application photo semble quant à elle issue de l’appareil photo Google de base, à ceci près que Zopo a ajouté ici et là quelques options plus ou moins pratiques, à l’instar d’un retoucheur de visage en mode selfie pour effacer ces vilaines rides et rendre vos yeux plus ronds ou un mode HDR au demeurant assez efficace.

zopo zp999 appareil photo

Dans l’ensemble, le capteur photo dorsal du ZP999 se comporte relativement bien avec des photos nettes et plutôt fidèles. Le capteur est se montre très réactif, ce qui permet de dégainer l’appareil photo et de shooter sans devoir attendre très longtemps. D’une manière générale, ce capteur photo est sans défaut mais ne sublime pas pour autant les photos.

photo 1 zopo zp999

photo 2 zopo zp999

photo 3 zopo zp999

 

Une autonomie passable

Zopo a mis une petite batterie de 2700 mAh dans son téléphone et cela se ressent beaucoup au quotidien. Son autonomie, si elle n’est pas mauvaise, s’avère tout juste passable. En utilisation classique, mélangeant un peu de jeu, un peu de navigation sur Internet et quelques vidéos dépasse rarement la journée. Notre habituel test (une heure de vidéo HD sur YouTube avec le son et la luminosité au maximum) a fait baisser passer la batterie de 100 % à 74 %, là où les autres téléphones perdent aux alentours de 20 % de batterie.

powerxtend

Pour pallier ce problème, Zopo a intégré deux économiseurs d’énergie. Le premier se trouve dans le menu des paramètres et s’intitule « Mise en veille à économie d’énergie » et permet, comme son nom l’indique, permet au téléphone d’être moins gourmand lorsqu’il n’est pas actif. Le second est une application préinstallée, PowerXtend. L’application est sommaire au possible et propose simplement d’activer ou de désactiver PowerXtend. Si j’en crois le site web, elle permet de mieux utiliser le GPU, le GPS et le processeur lorsque l’on utilise le navigateur Internet. Et - peut-être n’ai-je pas utilisé le téléphone assez longtemps-  je n’ai pas vu de véritable différence lorsque cette application est activée ou non.

 

Merci à Belchine.net pour le prêt du téléphone !