Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de l'Oppo R5, le mobile taille mannequin

Il y a quelques mois, Vivo et Oppo se sont livrés une petit guerre pour savoir lequel des deux constructeurs proposerait le smartphone le plus fin. Si Vivo remporte la bataille, Oppo a tout de même réussi à produire un smartphone de seulement 4,85 millimètres d'épaisseur avec son R5. Mais en plus d'une finesse presque record, le mobile possède des caractéristiques franchement attrayantes, de quoi se positionner sur la tranche supérieure du milieu de gamme. Mais sa maigreur ne l'handicape-t-elle pas ?

Oppo R5 13

Fiche technique

L'Oppo R5 est équipé d'un écran AMOLED de 5,2 pouces affichant 1080 x 1920 pixels (423 ppp), d'un processeur Snapdragon 615 couplé à un GPU Adreno 405 et à 2 Go de mémoire vive, de 16 Go de capacité de stockage interne, d'un appareil photo dorsal de 13 mégapixels, d'un capteur frontal de 5 mégapixels, et d'une batterie de 2000 mAh. Une fiche technique qui place ce smartphone dans la catégorie des milieux de gamme.

 

Design

De prime abord, il parait bien élégant, cet Oppo R5, dont on connait le nom surtout pour son extrême finesse (4,85 mm). Et en effet, quand on le sort de sa boîte, on est immédiatement frappé par la qualité des finitions, avec une tranche métallique dorée qui vient rompre avec la monotonie de sa façade blanche. Cette façade justement, elle est tout ce qui se fait de plus classique, et on lui trouve même des forts points communs avec celle du Xiaomi Mi 4. Mais il faut dire que la couleur y est aussi pour beaucoup, avec cette surface vitrée. On y trouve des boutons sensitifs en bas, et un capteur frontal, un haut-parleur et deux capteurs à droite.

Oppo R5 6

Revenons en à cette tranche métallique qui, malgré la finesse du mobile, intègre les ports essentiels : micro-USB sur la tranche inférieure, et microSIM sur le bas de la tranche gauche.On retrouve les boutons d'allumage et de volume sur la tranche droite, tandis que la tranche supérieure est simplement coupée par deux fines bandes grisâtres. Mais...où est donc le port Jack 3,5 mm ? Réponse : il n'y en a pas, et le constructeur fournit une paire d'écouteurs micro-USB avec le mobile.

Oppo R5 7

Jusque-là, tout va bien, mais c'est à l'arrière que l'on est plus surpris par ce mobile. D'abord, l'appareil photo dorsal est vraiment protubérant, et l'on ne s'en rendait pas vraiment compte sur les premiers visuels. Heureusement, cela n'entache pas trop la stabilité du mobile à plat, encore que le mouvement peut agacer l'utilisateur lors de la saisie d'un SMS de cette manière, par exemple.

Oppo R5 9

Plus encore que l'appareil, ce sont les finitions qui nous choquent sur ce dos, avec un plastique cheap qui semble collé maladroitement. On aperçoit effectivement des résidus de plastique, certainement issus de l'assemblage.

 

Écran

La particularité de l'écran du Oppo R5, c'est qu'il est AMOLED. Et comme vous le savez déjà, cette technologie très utilisée par Samsung, permet notamment d'obtenir des couleurs plus vives, des noirs plus intenses, certaines économies d'énergie dues aux pixels qui ne s'allument pas sur le noir justement, et un affichage amélioré en conditions de forte luminosité.

Dans le faits, c'est vrai que cet écran est joli. La qualité d'affichage est au rendez-vous, et on le remarque bien avec l'application Screen test, qui permet d'afficher différentes couleurs et de comparer des écrans. Et on n'a pas pu s'empêcher de le mettre à côté du Galaxy S6 edge que nous avons testé récemment. L'Oppo R5 est très légèrement moins bon au niveau de la fidélité des couleurs (gris et blanc) mais c'est vraiment infime. Les deux mobiles jouissent de la même vivacité de couleurs et a priori de la même luminosité.

DSC07235

Nous avons mesuré la luminosité de l'écran donc, qui plafonne à 390 cd/m2. Ce n'est pas optimale, et on aura effectivement parfois du mal à distinguer ce qui se passe sur notre écran par grand soleil. En revanche, on ne se rend vraiment pas compte de la chose en intérieur tant l'AMOLED parait donner une luminosité hallucinante.

La qualité de l'écran est en tout cas un des gros points forts de ce smartphone, qui peut aussi compter sur des bordures droites et gauche très fines.

 

Logiciel

On sentait l'interface franchement lente, la barre de notifications ne glissant pas toujours par exemple, avant d'effectuer la mise à jour du système. Une fois le logiciel de notre mobile mis à jour, il a nettement plus de répondant. Le mobile est installé sous Android 4.4.4 KitKat avec l'interface ColorOS V2.0.1i. Une interface fluide, mais qui ne s'épargne pas une certaine laideur. On le répète souvent, mais ColorOS n'est pas ce qu'on fait de plus élégant, et un bon lanceur d'applications se chargera de redonner un peu de charme à tout cela.

colorOS-Oppo-R5 colorOS-oppo-R5-1

Comme tout constructeur chinois qui (ne) se respecte (pas), Oppo a fait son interface à la façon d'iOS, avec l'ensemble des applications sous forme de pages. On navigue donc de gauche à droite pour trouver nos applications, mais pas au travers d'un app-drawer. Ce n'est pas moins pratique, loin de là, mais c'est simplement loin de l'Android de base. On regrette un peu de ne pas avoir accès à des modes d'affichage, mais on a par contre un menu de sécurité pratique, à la manière de celui présent sur MIUI.

 

Performances

Quels enseignements tirer de la série de benchmarks habituels ? Simplement que le Snapdragon 615 de ce smartphone se comporte ici de la même manière que sur le HTC Desire 820 que l'on avait testé précédemment. Les résultats moins bons obtenus sur les tests graphiques "onscreen" s'expliquent par la définition plus grande ce mobile (Full HD) alors que le Desire 820 plafonne en HD.

En jeu, ce Oppo R5 ne fait pas de miracles, mais il a le mérite d'être très stable. Une fois installé sous Real Racing 3 et Gamebench Pro, le terminal se comporte de fort belle manière en étant très stable. Bon, il ne tourne qu'à 25 fps avec les graphismes poussés à fond, mais le SoC obtient une stabilité de 95 %.

android 2015-04-08 à 16.34.54

Quant à la puce graphique, elle est également bien optimisée puisque sa fréquence reste souvent à 550 MHz, avec des ralentissements à 400 MHz qui se font plus réguliers sur la durée, et de très rares descentes à 220 MHz. Au ressenti, c'est comme s'il ne se passait rien.

android 2015-04-08 à 16.35.46

Communications

Appels

On peut légitimement se poser la question de la compatibilité avec les fréquences 4G en France. Comme pour le OnePlus One, par exemple, ou certains mobiles Xiaomi, l'Oppo R5 n'est pas compatible avec la bande des 800 MHz, celle qui pénètre le mieux dans les bâtiments, et qui est la plus utilisée en campagne car portant plus loin. On capte toutefois les bande 1800 et 200 MHz, permettant d'avoir un débit raisonnable. D'ailleurs, on obtient des résultats similaires à ce qui se fait ailleurs sur les benchmarks de vitesse.

GPS

Qui dit Snapdragon, dit fixation de satellites améliorée. Pas de surprise donc, notre smartphone trouve et fixe plus de 10 satellites en quelques secondes seulement. C'est très bon.

gps-data-oppo-r5

Multimédia

L'oppo R5 bénéficie d'un capteur dorsal de 13 mégapixels que l'on connait bien : le Sony Exmor IMX214 CMOS. C'est également le capteur qui équipait l'Oppo Find 7 et le Find 7a, et dont nous avions largement vanté les mérites. Effectivement, sur ces deux autres appareils, la qualité des photographies était très satisfaisante. On retrouve la possibilité de capturer des clichés de 50 mégapixels grâce au mode Ultra HD, et Oppo est le seul constructeur à proposer cette fonctionnalité.

appareil-photo-oppo-R5

Avec la nouvelle version de ColorOS, le logiciel de l'appareil photo s'enrichit un peu. On retrouve divers modes, certains déjà présents, à installer au menu qui s'affiche en tirant l'écran de bas en haut. Parmi eux, on trouve des modes intéressants. C'est le cas du mode HDR, que l'on a pas besoin de présenter, du Mode expert, qui propose plein de petits réglages, ou encore du mode Après mise au point qui permet de capturer un cliché avec différentes mises au point et de sélectionner celle qui nous convient ensuite. C'est hyper complet. Le mode Super Macro est moins pertinent, correspondant simplement à un zoom max pour prendre des clichés de près. On a aussi la possibilité de créer des GIF ou d'ajouter du son à des clichés, de créer des effets visuels par Double exposition, ou de prendre des clichés au format RAW.

 

 

 

 

 

Quant à la qualité générale des clichés, que leur reprocher ? Franchement pas grand chose. L'Oppo R5 est comme le Find 7 : très, très bon. On apprécie particulièrement le traitement apporté par le mode HDR qui donne un très bel effet aux clichés en contre-jour sans être trop surréaliste, tout comme le mode Ultra-HD qui donne un niveau de détail impressionnant aux images. Le mode Nuit Eclairée n'apporte par contre pas grand-chose de plus que le mode HDR pour des scènes en faible luminosité, et le temps d'obturation plus long rend le cliché moins net (parce que vous bougerez forcément un peu). D'ailleurs, on peut sélectionner manuellement le temps d'obturation, et c'est franchement pratique.

 

Son

Le haut-parleur d'appel sert également d'enceinte, et autant dire que le son n'est pas génial. Il est très vite saturé, et on préfèrera largement s'isoler avec les écouteurs fournit avec le produit.

Autonomie

Qui dit smartphone très fin, dit batterie revue à la baisse. Et c'est le cas puisque l'Oppo R5 embarque un accumulateur de 2000 mAh seulement. En ayant réglé la luminosité à 200 cd/m2 et en lançant notre test d'endurance sur une vidéo Youtube en 720p, le mobile perd 21 % de sa charge sur l'heure écoulée. Ce n'est pas très bon, et on suppose que l'AMOLED permet déjà d'amoindrir les dégats.

 

En utilisation quotidienne, cet Oppo R5 reste largement correct et permettra de passer la journée d'utilisation sans encombre. La firme a su faire de bons choix pour ne pas obtenir une autonomie misérable, et c'était là tout le défi technique imposé par une telle finesse.