Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Huawei G8 : un modèle plus séduisant, mais moins abordable

Quelques mois après avoir pu tester le Huawei G7, son constructeur nous livre le Huawei G8, une nouvelle mouture à la fiche technique légèrement boostée. En tant que pur renouvellement de gamme, le G8 s'améliore donc, mais conserve son look un peu particulier.  

Huawei G8 1

Fiche technique

Le Huawei G8 est équipé d'un écran Full HD de 5,5 pouces offrant une densité de 401 pixels par pouce, et qui évolue donc par rapport au G7 qui plafonnait en HD. Côté processeur, c'est la même chose puisque l'on troque un Snapdragon 410 pour un Snapdragon 615, plutôt orienté milieu de gamme, et celui-ci est couplé à 3 Go de mémoire vive au lieu de 2 Go. À condition toutefois que l'on opte pour la version avec 32 Go de mémoire interne. On y trouve également un appareil photo dorsal de 13 mégapixels, une caméra frontale de 5 mégapixels, et une batterie de 3000 mAh. Et du coup, son prix gonfle également de 100 euros puisque le Huawei G8 est proposé à partir de 399 euros.

Sans charme, mais de belles finitions

C'est peut-être un jugement très subjectif, mais la gamme G de Huawei est loin d'être sa plus sexy. On lui préfèrera sans mal la gamme P ou Mate, aux finitions plus brutes. Ici, le format du mobile ne ressemble tout simplement pas à du Huawei, avec des angles très arrondis, bien qu'on reconnaisse les traits du constructeur derrière le look de la coque arrière (en métal), avec un appareil photo proéminent et un capteur d'empreintes digitales placé juste en dessous.

Huawei G8 7Huawei G8 5

Le Huawei G8 fait d'ailleurs un peu évoluer son look par rapport au G7. De face, par exemple, les bordures d'écran ont pratiquement disparu avec un écran très légèrement arrondi sur les extrémités. Cet effet borderless n'est valable qu'avec l'écran éteint puisqu'une fois allumé, il dévoile un cadre noir autour de la zone éclairée. Huawei a également rassemblé les capteurs de cette façade sur le coin supérieur gauche.

Le constructeur semble avoir joué sur les détails esthétiques de son mobile cette année, puisque la tranche inférieure du téléphone s'est ordonnée, avec une symétrie parfaite des grilles de sortie audio. Ce n'était pas le cas sur un G7 très fouillis à ce niveau-là. Idem pour les tranches gauches et droites, puisque Huawei opte pour des boutons de volume et d'allumage sur la tranche droite tandis que la tranche droite se charge simplement d'intégrer le port pour cartes SIM.

Huawei G8 6 Huawei G8 3

De dos, il y a aussi quelques changements visuels. D'abord, on a toujours des zones de démarcation en haut et en bas, mais cette fois de la même couleur que le reste de la coque. Ensuite, l'appareil photo a repris une place centrale sur le téléphone, alors qu'il était auparavant déporté sur le coin supérieur gauche. Le G7 n'avait pas droit à un capteur d'empreintes, mais cette nouvelle version, si. Côté prise en main, on a connu plus agréable, et les tranches biseautées ont tendance à se faire sentir sur les doigts et dans la paume de la main. C'est d'autant plus vrai sur un format aussi imposant.

 

C'est froid, très froid

Bonne nouvelle : Huawei a opté pour du Full HD en remplacement de la HD du G7. Même si les utilisateurs de ce dernier ne s'en plaignaient pas, il est toujours apprécié de voir un constructeur faire évoluer ses produits, et le Full HD est clairement un argument supplémentaire pour ce téléphone. À l'oeil nu, on est plutôt satisfait de ce smartphone qui affiche une belle résolution, de très bons angles de vision et une luminosité plutôt bonne de 450 cd/m2. Mais on sent bien que les couleurs tendent à être plutôt bleutées.

Huawei G8 9

Et quand on passe l'écran sous l'œil expert de notre sonde, la chose se confirme. Cet écran affiche effectivement un point blanc trop bleu, couleur très dominante sur ce mobile. La température (par défaut) des couleurs est située à plus de 9000 °K, et bien qu'il existe un réglage pour la modifier un peu dans les paramètres d'affichage, cela ne change rien au rendu des couleurs qui reste faussé. Le contraste de l'écran est de 1044:1, soit un résultat très moyen.

 

Lollipop est de la partie

À force de tester des mobiles de chez Honor ou Huawei, on ne va plus trouver grand-chose à dire sur Emotion UI, l'interface du constructeur. À quelques exceptions près, on a face à nous la même chose que sur le Huawei Mate S testé récemment, ou le Huawei P8, et aucune surprise à l'horizon. C'est ici Android 5.1 Lollipop qui est à l'oeuvre, avec la version 3.1 d'EMUI. Nous vous invitons donc à jeter un oeil au test du P8 pour découvrir les fonctionnalités d'EMUI 3.1 telles qu'on les avait découvertes il y a quelques mois.

À titre personnel, je n'apprécie que très moyennement cette interface, mais la plupart des membres de la rédaction volent à son secours pour lui trouver des qualités. Supposons donc que cela dépend des sensibilités, alors même qu'une interface comme celle d'iOS me plait beaucoup esthétiquement (et elle s'en inspire). Ici, et bien qu'il s'agisse d'un jugement personnel, le côté édulcoré donne un ensemble très enfantin et peu en phase avec l'image sérieuse que renvoie Huawei. Quand on passe d'une interface sobre et élégante comme Sense, on a un peu mal aux yeux en arrivant sur un terminal Huawei.

 

Un beau bond en avant

Qui dit Snapdragon 615 dit forcément performances améliorées par rapport au Snapdragon 410. On a donc droit à une belle montée en gamme sur ce G8 qui a ainsi bien plus d'arguments que son prédécesseur à faire valoir. Et effectivement, les résultats obtenus dans les différents benchmarks sont assez révélateurs de l'amélioration obtenue dans le multitâche ou le multimédia. On remarque d'ailleurs que le score de PC Mark est revenu à la normale sur ce mobile, EMUI 3.1 (et version précédentes) ayant été touché par un bug faisant baisser le sous-score "writing" qui simule du traitement de texte.

Et on s'en aperçoit bien en utilisation réelle. Là où on observait parfois quelques ralentissements avec le G7, le Huawei G8 est tout en fluidité. Évidemment, il faut dire qu'il gère mieux les applications gourmandes avec ce SoC et 3 Go de mémoire RAM. Et on se dit qu'il ne serait pas non plus étonnant que la version 2 Go soit un peu plus limitée. En tout cas, on peut faire tourner la plupart des gros titres 3D sans se soucier de faire face à des lags rédhibitoires.

 

Communications

Côté communications, on n'a absolument aucun problème avec ce terminal qui est d'ailleurs compatible avec toutes les bandes de fréquences 4G en France. Le G8 est donc compatible LTE de Catégorie 4 (150/50 Mbps), tout comme l'est le G7. Pour le reste, il est également compatible Wi-Fi 802.11 b/g/n et Bluetooth 4.0. Concernant le GPS, aucun problème non plus avec ce téléphone et sa puce Snapdragon 615.

 

Un traitement photo habile

Depuis son G7, Huawei n'a pas fait grandement évoluer son appareil photo. On retrouve un capteur de 13 mégapixels, assez typique des milieu de gamme de 2015. Dans l'ensemble, il fournit des clichés de qualité, mais on note qu'il a parfois quelques soucis avec la luminosité, tandis que le HDR a tendance à rendre les scènes assez surréalistes. Malheureusement, le ciel bleu n'était pas au rendez-vous pour comparer de manière plus aboutie ce G8 à son prédécesseur, mais on est sur quelque chose de très similaire.

De nuit, le mobile ne s'en tire pas trop mal non plus, et on peut même sans mal affirmer qu'il est plus à l'aise que le One A9 et ou le Z5. En fait, dans l'ensemble, le G8 s'en sort toujours à peu près bien dans n'importe quelle situation, ce qui en fait un bon allié pour les photos en mobilité.

Sur ce dernier exemple comparatif, on se rend bien compte que le Huawei G8 a parfois du mal à gérer la luminosité, avec un rendu trop blanc par rapport à ce que l'on avait sous les yeux. Le HTC One A9 ne fait pas mieux, et même tout l'inverse, avec un rendu qui tire largement sur le rose. Le OnePlus X semble mieux gérer la couleur, mais perd en définition après le premier plan.

Une autonomie en baisse

Sur notre test d'endurance classique, une heure de vidéo HD sur YouTube en mode avion, mais avec le Wi-Fi activé, le résultat obtenu est loin d'être mauvais, mais n'a rien d'exceptionnel non plus. En effet, on perd 15 % de charge sur cette session. Pourtant, on n'a pas vraiment la même sensation en usage quotidien, même si l'on se rend compte que l'autonomie est un peu moins bonne que sur le G7. La faute à un écran de meilleure définition et à un SoC qui tire plus sur l'énergie du téléphone. On tiendra tout de même plus d'une journée en utilisation classique, et on ne vit pas avec la peur de rentrer chez soi à vide (n'est-ce pas, HTC One A9 ?).

 

Prix et disponibilité

Le Huawei G8 est disponible sur le site du constructeur et chez divers e-commerçants à un tarif de 399 euros.