Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du BQ Aquaris X5 Cyanogen Edition, il sait nous faire oublier son aîné

Après avoir proposé son Aquaris X5 sous son interface maison (un dérivé d'AOSP), BQ décline son smartphone en édition Cyanogen. Comme son nom l'indique, celui-ci ne change en rien ses caractéristiques techniques, mais troque sa partie logicielle pour une ROM Cyanogen OS. Le choix est-il judicieux ?

bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-8

Le téléphone étant identique sur de nombreux points à sa version standard, nous ne reviendrons pas sur les points similaires, comme le design par exemple. Pour plus de détails sur ces points précis, jetez donc un œil à notre test de l'Aquaris X5 standard.

Fiche Technique

bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-2

Écran

Étrangement, le rendu de l'écran de cette Cyanogen Edition n'a absolument rien à voir la version originelle du téléphone. Alors que le constructeur nous affirme qu'il s'agit du même matériel, sa qualité est supérieure, tant dans sa luminosité que dans la justesse de ses couleurs. Ainsi, on passe de 383 à 457 cd/m² pour un contraste équivalent (1250:1), ce qui rend son écran beaucoup plus agréable, notamment pour une utilisation en extérieur ou dans les endroits fortement éclairés.

Sa luminosité n'est pas la seule à avoir été revue logiciellement et sa calibration est également bien meilleure. Avec une température d'écran moyenne de 7850°K, l'image reste encore un peu froide, ce qui se ressent notamment sur le blanc (qui vire au bleu) et le rouge (un peu pâle), mais l'amélioration est nette par rapport à l'Aquaris X5 d'origine, dont la température oscillait entre 8500 et 9000°K. Pour mémoire, la température idéale se situe quant à elle autour de 6500 °K.

bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-11

Enfin, tout comme le modèle d'origine, cette déclinaison de l'Aquaris X5 affiche une définition correcte (294 PPP), même si du Full HD aurait permis de lisser certains détails, ainsi que de bons angles de vision malgré les reflets du revêtement vitré.

Cyanogen OS, le quasi-sans-faute

En temps normal, nous ne pouvons qu'apprécier la présence de Cyanogen OS sur un smartphone, tant l'interface se veut à la fois complète et proche d'AOSP. Seuls quelques ajouts bien sentis viennent agrémenter le tout et corriger les manques d'Android. Pourtant, le choix reste étonnant ici, BQ utilisant déjà sa propre interface modifiée, à peine différente d'AOSP.

La différence entre les deux versions ne saute donc pas directement aux yeux, même s'il est vrai que certains détails donnent un peu plus de possibilités à la ROM. On notera par exemple la présence de trois paramètres rapides supplémentaires, d'un menu de redémarrage plus complet, d'un système de profils utilisateurs et de quelques autres petites améliorations dans le genre encore, comme la possibilité d'afficher une barre de navigation à l'écran pour se passer des boutons capacitifs (qui restent néanmoins visibles). Les nouveautés restent néanmoins assez peu nombreuses par rapport au firmware habituel de BQ.

aquaris-x5-cyanogen

L'une des principales nouveautés reste donc la présence d'une boutique de thèmes, qui permet de donner un style différent à son téléphone en modifiant son fond d'écran, ses icônes, et même sa barre de notifications ou son widget de recherche Google. Pour les plus pointilleux, chaque élément peut d'ailleurs être modifié indépendamment des autres.

Toujours est-il que même si les différences sont minimes, l'ensemble se montre beaucoup plus fluide en général. Sans être totalement parfaite (il peut arriver que la charge mémoire se fasse ressentir ponctuellement), l'expérience en reste donc meilleure.

Pour profiter de ce côté positif, il faudra néanmoins accepter les doublons d'applications apportés par Cyanogen. On a ainsi droit à un navigateur intégré en plus de Chrome, qu'il est cependant possible de désinstaller, mais aussi à deux applications "Appareil photo", qu'il est impossible de supprimer.

aquaris-x5-cyanogen-interface

Performances

Comme nous l'évoquions plus haut, la partie matérielle du Aquaris X5 Cyanogen Edition est rigoureusement identique à celle de l'Aquaris X5 standard. Il embarque donc le même processeur Snapdragon 410 cadencé à 1,4 GHz avec son GPU Adreno 306 et ses 2 Go de mémoire vive. Néanmoins, un logiciel bien optimisé peut parfois permettre de rendre l'expérience plus agréable.

Et l'expérience est effectivement plus agréable sur l'interface du téléphone. Alors que l'Aquaris X5 souffrait régulièrement de ralentissements lors de la navigation dans les menus du téléphone, cette Cyanogen Edition se montre beaucoup plus fluide. En revanche, en ce qui concerne la puissance de calcul, n'espérez pas trouver la moindre amélioration. Que ce soit sur les benchmarks ou dans les jeux, les performances de cette Cyanogen Edition sont similaires à celles de son cousin.

Photographie

Les plus gros défauts de la partie photo de l'Aquaris X5 concernaient son interface imbitable, tant pour la prise de photos que pour la visualisation a posteriori des clichés. Ici, les deux applications ont été remplacées, respectivement par l'appareil photo de Cyanogen (ou de Google) et la galerie Google Photos, corrigeant par la même occasion ces problèmes.

bq-aquaris-x5-cyanogen-interface-photo

La qualité même des photos reste en demi-teinte. La définition (13 Mégapixels) est bonne, mais pour peu que l'on agrandisse un peu l'image, on s'aperçoit que le bruit est omniprésent, même à 100 ISO. Sa gestion de la lumière est également un peu difficile, mais peut en partie être rattrapée grâce au mode HDR, particulièrement efficace.

bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-exterieur-1 bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-exterieur-2 bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-exterieur-3 bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-exterieur-4

En intérieur, le résultat n'est pas mauvais non plus, sans être extraordinaire, mais on remarque que plus que la lumière, l'Aquaris X5 Cyanogen Edition a du mal à gérer les couleurs. En HDR notamment, le rouge a tendance à virer au rose.

bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-indoor-1 bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-indoor-2 bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-indoor-3 bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-sample-indoor-4

Autonomie

Lors de notre test d'autonomie habituel consistant à regarder une vidéo HD sur YouTube pendant une heure avec l'écran calibré sur 200 cd/m², l'Aquaris X5 avait perdu 11 % de batterie. L'Aquaris X5 Cyanogen Edition quant à lui en perd 12 %, soit un résultat sensiblement identique. Dans l'ensemble, le comportement semble d'ailleurs très proche de son cousin disposant de l'interface maison de BQ.

bq-aquaris-x5-cyanogen-edition-3