Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la Huawei MediaPad M2 10.0 : la compagne du cinéphile

En un peu plus de deux ans, Huawei a réussi à s’imposer dans le paysage des plus importants vendeurs de smartphones mondiaux. Et comme tout grand constructeur qui se respecte, Huawei ne pouvait pas ne pas disposer de sa propre tablette haut de gamme. Le voici donc qui propose une MediaPad M2 de 10 pouces, une tablette haut de gamme que le chinois présente comme un compagnon idéal pour un amateur de films. Il fallait bien un test pour vérifier les capacités de cette tablette orientée multimédia.

test huawei mediapad m2 frandroid 1

 

 

Fiche technique

La MediaPad M2 se présente, si l’on s’en tient uniquement à sa fiche technique, comme une tablette de milieu de gamme. Elle embarque un écran Full HD, une puce que l’on retrouvait dans les smartphones haut de gamme de Huawei de l’année dernière — le Kirin 930 —, 2 ou 3 Go de RAM et 16 ou 64 Go de mémoire interne, extensible avec une carte microSD. Il faut d’ailleurs noter que cette tablette est vendue en deux variantes : Premium et Standard Edition. Si le design de la tablette ne change pas, les composants sont légèrement meilleurs sur la première version. C’est d’ailleurs la version Premium que nous a envoyée Huawei pour ce test.

Il faut également noter que Huawei présente sa tablette comme un appareil idéal pour un usage multimédia. La qualité du son, tout particulièrement, est mise en avant avec quatre haut-parleurs. Notre version Premium dispose également dans son emballage d’une coque de protection ainsi que d’un stylet (à pile) pour le dessin et la prise de note manuscrite.

 

Design : des finitions dignes d’un appareil haut de gamme

Les smartphones de Huawei sont toujours très faciles à reconnaître : ils utilisent tous des dos métalliques qui ont tendance à se ressembler d’un modèle à l’autre. Cette MediaPad M2 n’échappe pas à la règle. Sa coque est ainsi intégralement recouverte de métal dans un coloris silver typique de la marque.

Ce métal, il se ressent d’ailleurs dès la prise en main de la bête, puisque la MediaPad M2 pèse un demi-kilo, tout de même. Ce n’est clairement pas le genre d’appareil que l’on peut utiliser continuellement à bout de bras. Le toucher est en revanche très agréable et confère une indéniable sensation de qualité.

Les tranches sont également en métal. Elles comprennent les traditionnels boutons physiques sur la tranche droite, ainsi que le port micro-USB 2.0 et les tiroirs à carte SIM et microSD sur la tranche gauche. Enfin, les tranches supérieures et inférieures de la tablette comprennent chacune deux haut-parleurs de bonne qualité. Nous en reparlerons plus loin dans le test.

La façade est d’un grand classicisme avec ses bords chromés et en plastique. Le bouton présent en bas de l’écran n’est pas un bouton, mais un renfoncement faisant office de capteur d’empreintes digitales. Les bordures d’écran sont plutôt fines pour un appareil de cette taille.

Cette MediaPad M2 10.0 est un appareil très bien fini. Ses finitions sont irréprochables, l’appareil est agréable à regarder et à utiliser, bref, on a l’impression de tenir un appareil haut de gamme entre les mains. C’est indéniablement une très belle tablette.

 

 

Écran : la qualité, pas la quantité (de pixels)

Comme pour le Mate 8, sorti il y a quelques semaines, Huawei n’a pas opté pour un écran 2K sur sa tablette. La MediaPad M2 embarque donc un « simple » écran Full HD (1920 × 1200) d’une diagonale de 10,1 pouces (résolution de 224 pixels par pouces). À noter que, contrairement aux tablettes récentes de Samsung ou d’Apple, l’écran dispose d’un ratio de 16:10 et non 4:3. Une tablette que l’on utilisera donc plutôt à l’horizontale.

À l’usage, cet écran est vraiment convaincant. Sa luminosité est dans la moyenne (notre sonde mesure 400 cd/m² au maximum) et ses angles de visions sont irréprochables. Les couleurs sont également correctes. Notre sonde a révélé qu’elle a tendance à afficher des couleurs un peu trop froides. La couleur rouge a en effet tendance à être un peu moins présente que le vert et le bleu.

Rien de vraiment bien grave dans la pratique, le blanc a effectivement légèrement tendance à tirer sur le bleu et à avoir un rendu froid, mais ce n’est pas particulièrement gênant. Huawei a de toute façon eu la bonne idée d’inclure un paramètre de réglage de température des couleurs.

 

Emotion UI 3.1, aussi complet que fouillis

La MediaPad M2 10 est installée nativement sous Android Lollipop en version 5.1 avec la traditionnelle surcouche de Huawei et Honor, EMUI 3.1. Une interface que l’on connaît maintenant très bien : elle ressemble beaucoup à iOS avec un tiroir d’application absent et des icônes qui n’ont plus grand-chose à voir avec Android Stock. Si vous avez lu le test du Honor 7 ou plus récemment du Honor 5X, vous savez déjà tout à son sujet.

Ce qu’il faut retenir, c’est que cette interface est particulièrement riche en options, même si ces dernières sont parfois un peu pénibles à retrouver dans le menu des paramètres toujours aussi fouillis. On apprécie toutefois d’y trouver des possibilités très pratiques sur une tablette, comme le partage d’écran (même s’il ne fonctionne qu’avec une poignée d’applications conçues par Huawei), l’écriture manuscrite ainsi qu’un très bon gestionnaire de fichiers.

Un mot à ce propos sur le stylet vendu avec la tablette. Il prend la forme d’un stylet en métal, assez confortable à prendre en main, sur lequel se trouvent deux boutons. Il fonctionne avec une pile AAAA qui est fournie avec la tablette. Ce stylet sert essentiellement à prendre des notes manuscrites grâce à l’application BamBoo Paper. Et s’il retranscrit plutôt bien l’écriture manuscrite des différentes personnes qui l’ont utilisé, sa trop grande latence le rend dans les fait pratiquement inutilisables pour de la véritable prise de note. Pour du dessin sommaire, en revanche, ce n’est pas mal du tout, quand bien même l’application BamBoo Paper comprend quelques achats in-app vraiment pénibles.

Un mot enfin sur le capteur d’empreintes digitales. On le disait dans la partie design, ce capteur en forme de rectangle aux coins arrondis est présent sous l’écran de la tablette. Il est capable d’enregistrer jusqu’à 5 empreintes différentes. Il est très réactif, rapide et en une semaine de test, il n’a jamais failli dans la reconnaissance de mes doigts. Tablette oblige, il peut également faire office de mini pavé tactile : un glissement à gauche sur le capteur permet un retour en arrière et un glissement à droit active le multitâche. C’est bien vu.

 

Des performances décevantes

La MediaPad M2 10 est équipé d’une puce Kirin 930, une puce que l’on connaît plutôt bien puisqu’on l’a déjà rencontré sur un unique smartphone chez Huawei de l’année dernière, le Huawei P8. Un SoC qui nous avions jugé décevant à l’époque. Rappelons au passage que suivant les versions de la tablette, la MediaPad M2 embarque 3 Go de RAM dans sa version Premium et 2 Go dans sa version standard. Voici les benchmarks de la version Premium.

Un  mot sur le tableau de comparaison des scores de benchmarks, ci-dessus. Nous avons placé la MediaPad M2 10.0 à côté d’autres tablettes de 10 pouces, sorties cette année ou l’année dernière. Toutes ont la particularité de disposer d’un écran au moins Full HD, de SoC différents et d’un prix de vente plus ou moins semblable à l’appareil de Huawei.

Ce tableau est sans appel : la MediaPad M2 10.0 est la moins puissante des tablettes du lot. En termes de puissance CPU, ses performances sont honorables, comme en témoigne les scores de PC Mark ou de Antutu dans versions 5.7.x, qui sont proches d’une Xperia Z4 Tablet, par exemple.

En ce qui concerne les performances graphiques, en revanche, c’est mauvais. La tablette fait toujours beaucoup moins bien que la Galaxy Tab S2 et son Exynos vieillissant. Elle est également à mille lieues de la Xperia Z4 Tablet et on n’aborde même pas le cas de la Pixel C et de son surpuissant Tegra X1. En d’autres termes : ne comptez pas sur elle pour jouer à des jeux gourmands ou demandant de la puissance.

Pour un usage courant, le MediaPad M2 se montre suffisant pour qui se contente de regarder des vidéos, de naviguer sur Internet ou de consulter Google Maps. Real Racing 3 ou HearthStone tournent également correctement, sans que l’on soit toutefois au niveau de fluidité d’une Pixel C, par exemple.

 

 

Des haut-parleurs puissants

Que vaut une tablette dont le nom évoque avant tout une utilisation orientée vers le multimédia ? Dans l’ensemble, c’est plutôt satisfaisant. Les haut-parleurs, par exemple, ont été pensés et intégrés à la tablette dans une optique d’utilisation multimédia. Ils sont au nombre de quatre : deux sont situés au-dessus de l’écran et deux en dessous. On apprécie que Huawei ne les ait pas mis sur les tranches, de telle façon que les mains, en tenant la tablette, les boucheraient.

Huawei met en avant le fait que ses haut-parleurs bénéficient des technologies Clari•Fi Technology et Super Wide Sound. Le premier est un algorithme qui rendrait la musique plus claire lorsque celle-ci est compressée, tandis que le second permet aux haut-parleurs de donner la sensation que la musique est émise d’une direction précise.

Dans les faits, ces haut-parleurs sont bons, mais loin d’être parfait. Notons tout d’abord qu’ils sont puissants, pour ne pas dire très puissants. Lorsque l’on pousse le son au maximum on sent la tablette vibrer à cause des basses. Étonnant les premières secondes, la sensation est vite désagréable. D’autant plus que lorsque le son est au maximum, la musique sature très facilement au point de la détériorer. Un défaut qui apparaît beaucoup moins lorsqu’il s’agit de vidéo ou de film. Dans ce cas, les paroles sont facilement compréhensibles et saturent peu.

Enfin, la spatialisation du son n’est pas un gadget et fonctionne très bien. Je me suis surpris à certains moments à me demander d’où venait un son en particulier qui était émis par une vidéo diffusée sur la tablette. Bien pour regarder des films ou des vidéos, beaucoup moins probant dans le cas de la musique.

Pour terminer, on soulignera que cette MediaPad M2 ne contient pas de puce NFC, mais embarque bien un GPS. Elle supporte également le WiFi 5 GHz et double bande. Enfin, notre version de test pouvait embarquer une carte SIM et donc capter la 4G de catégorie 4. De ce point de vue, on peut bel et bien parler d’une tablette multimédia complète.

 

Un appareil photo correct

Un mot très rapide sur l’appareil photo. Huawei a fait un véritable effort en intégrant un capteur de 13 MP à sa tablette. C’est un aspect souvent négligé par les autres constructeurs qui se contentent d’intégrer des capteurs de 8 MP, souvent sans flash ni autofocus. La MediaPad 2 comprend un capteur de 13 MP, un flash et un autofocus. Son application photo est même assez complète puisqu’elle reprend dans les grandes lignes l’interface de l’application photo du Mate 8, le mode Pro en moins.

Ne comptez évidemment pas sur cette tablette pour briller sur Instagram. Pour autant, le rendu des quelques clichés pris avec la tablette est très correct. En extérieur, les photos sont assez détaillées et tout à fait exploitables tandis qu’en intérieur, les photos ont rapidement tendance à être floues. Ce n’est pas exceptionnel, mais c’est bien meilleur que chez les tablettes des marques concurrentes.

 

Une autonomie dans la moyenne

La MediaPad M2 dispose d’une batterie plutôt conséquente de 6660 mAh. C’est dans la moyenne haute des tablettes de 10 pouces que l’on trouve actuellement sur le marché. Son autonomie est également dans la moyenne de ce que l’on constate sur les appareils de 2015 et de ce début d’année. Après une heure de vidéo sur YouTube avec le son au maximum et la luminosité réglée à 180 cd/m² (un bug logiciel nous empêchant de la régler précisément à 200 cd/m²), la tablette a perdu 13 % d’autonomie.

 

Prix et disponibilité

La MediaPad M2 est vendue à quatre tarifs différents, d’ici la fin du mois de février ou le début du mois de mars, suivant ses composants et sa connectivité. Voici les tarifs officiels pour son lancement (prix de vente moyens conseillés) :