Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Lenovo Moto G4 Plus, une vraie montée en gamme

Motorola, c'est bien fini. À la place, une gamme Moto signée Lenovo, la marque à la tête de l'ancienne firme américaine. Elle livre aujourd'hui un Moto G4 Plus, successeur avec le Moto G4 d'un Moto G de 3e génération, dont elle hérite d'une partie des codes. Le smartphone parvient-il à conserver un peu de l'âme de Motorola, tout en apportant un véritable vent de fraîcheur à une gamme G vieillissante ? La réponse dans ce test.

Notre test en vidéo

Fiche technique

Contrairement au Moto G de 3e génération, le Lenovo Moto G4 Plus adopte une fiche technique de vrai milieu de gamme. La HD des anciens Moto G laisse la place à un écran Full HD de 5,5 pouces, son Snapdragon 410 à un Snapdragon 617 et, côté design, le smartphone affiche enfin un peu de finesse. Bref, on sent une réelle montée en gamme, d'autant que le G4 en version "Plus" s'offre deux options notables : un capteur d'empreintes digitales et un chargeur rapide.

 

Design

Les Moto G affichaient un rapport qualité-prix très acceptable, mais un design beaucoup moins enthousiasmant. Certes bien conçus et respirant la qualité, ils étaient également massifs, avec une épaisseur dépassant le centimètre. La donne ne change pas foncièrement avec le Moto G4 Plus, mais quelques détails appréciables sont à noter.

moto-g4-plus-10

D'abord, le G4 Plus fait 7,8 mm d'épaisseur au plus fin, et moins d'un centimètre au plus épais. Il n'est certes pas le plus fin du marché, mais il s'inscrit plus nettement dans les standards de son temps. Il est certes un peu grand, d'autant que la bande noire située sous son écran se contente d'accueillir un tout petit capteur d'empreintes, sans boutons tactiles de part et d'autre. Comptez 15,3 cm de hauteur contre 14,2 pour le Moto G de 3e génération, et un smartphone qui aura bien du mal à se loger dans une poche de pantalon. Le placement des boutons de réglage du volume, sur la tranche droite de l'appareil, sous une touche power striée, est en revanche très bien vu, et les touches tombent bien sous le doigt.

moto-g4-plus-11

Au dos, Lenovo a opté pour une coque en plastique souple et strié, à l'effet peau de pêche. Un matériau qui confère au smartphone une bonne prise en main, mais qui accroche vraiment les moindres saletés. C'est assez dommage, même si l'on apprécie qu'elle soit amovible, et qu'elle laisse facilement accéder à deux ports pour cartes SIM et à un port microSD. Remarquez que la batterie, bien visible sous la coque, n'est pas amovible (du moins sans outils).

moto-g4-5

Est-ce un design réussi ? Comparé au Moto G de 3e génération, un smartphone franchement massif, son successeur conçu par Lenovo opère un changement dans le bon sens. Mais malgré son pourtour métallique et les efforts fournis par la marque, il reste en retrait par rapport à ce que proposent les marques concurrentes sur le même segment de prix. On se consolera un peu en constatant qu'il est possible de personnaliser un peu le téléphone par le biais du site Moto Maker.

moto-g4-plus-7

moto-g4-6

Écran

La Full HD, enfin ! Cela fait des années que Motorola se contentait de la HD et, à l'heure où la Full HD s'est démocratisée chez les smartphones d'entrée de gamme, Lenovo suit enfin la tendance. C'est le meilleur point à relever chez l'écran de notre Moto G4 Plus, qui a le mérite d'être bien détaillé, avec une vitre proche de l'écran et un traitement Gorilla Glass. Pour le reste, les choses se corsent un peu.

moto-g4-plus-ecran

À l'œil nu, on constate que les angles de vision sont un peu décevants, ce qu'il est toutefois possible de corriger en augmentant la luminosité de notre écran, pour le coup excellente (566 cd/m2 selon notre sonde, lorsqu'elle est poussée à son maximum). Mais le blanc, lui, paraît tirer vers une couleur violette, et l'on sent que les couleurs sont globalement un peu froides. De fait, le point blanc relevé par nos mesures, situé entre le rose et le bleu, et l'on constate la prédominance du bleu dans tous nos tests. Heureusement, le contraste de 1188:1, dans la moyenne du milieu de gamme, permet d'obtenir un rendu assez homogène.

moto-g4-plus

Est-ce un mauvais écran pour autant ? Pas vraiment, puisqu'au quotidien, il est réactif et ne pose pas de problème majeur. Il ne sera toutefois pas à conseiller à ceux qui ont goûté à des dalles de smartphones haut de gamme.

Logiciel

Motorola n'est plus de la partie, mais la gamme Moto en conserve l'une des principales caractéristiques. À savoir que le smartphone tourne sous une version pratiquement nue de l'OS, "Android pur", en version 6.0.1 Marshmallow, et que le Moto G4 Plus sera mis à jour vers Android N - pour l'heure uniquement disponible en Developer Preview. Il est même question d'Android O, ce qui signifie qu'il faut compter sur environ deux ans de support logiciel.

Que faut-il retenir de la version adoptée par le Moto G ? Elle bénéficie des qualités de Marshmallow, à commencer par la simplicité de l'OS et l'absence de bloatwares qui en encombrent la mémoire de nombreux smartphones. On se contente donc des applications Google réparties sur l'écran d'accueil, Google Messenger compris, avec un tiroir d'applications et le minimum d'apps préinstallées. On appréciera la présence d'une radio FM sur le smartphone, une rareté de nos jours, et l'on regrettera tout autant que Lenovo n'ait pas choisi de laisser à l'utilisateur la possibilité d'afficher en permanence le pourcentage de batterie restante sur l'appareil.

moto-g4-plus-13

Comme sur les Nexus, saisir le smartphone déclenche l'affichage de l'heure et des notifications sur l'écran éteint (à la manière d'Active Display). Seul véritable ajout de Lenovo à son G4 Plus, la possibilité de secouer le téléphone pour ouvrir l'application Appareil photo sans déverrouiller l'écran, qui fonctionne bien, même si elle paraît assez gadget aux néophytes. Quant au capteur d'empreintes, son petit format nous a initialement fait craindre un manque d'acuité au quotidien. Finalement, il se montre réactif et assez pratique, malgré son étrange format carré et son liseré métallique qui accroche un peu le doigt.

Performances

Le Moto G4 Plus, contrairement au Moto G de 3e génération, n'est présenté qu'en une seule version en termes de mémoire vive : il embarque donc, même si l'on passe par le site de personnalisation Moto Maker, un SoC Snapdragon 617 adossé à 2 Go de RAM. Là aussi, Lenovo place son smartphone un peu plus dans l'air du temps, puisque son prédécesseur était proposé à partir de 1 Go de RAM, et avec un petit Snapdragon 410.

Ici, le smartphone se hisse au niveau de terminaux assez variés, puisque le Snapdragon 617, assez peu utilisé par la concurrence, a été vu aussi bien sur un HTC One A9 (facturé plus de 500 euros à sa sortie) en fin d'année dernière que sur un SoshPhone 3, positionné à 200 euros. Une puce couteau-suisse, en somme.

Dans les faits, cette puce octo-core (4 Cortex-A53 à 1,5 GHz et 4 Cortex-A53 à 1,2 GHz) se comporte peu ou prou de la même façon dans le Moto G4 Plus que dans ses compétiteurs, et assure un fonctionnement fluide, sans accroc ni chauffe particuliers. Le Snapdragon 617 semble toutefois être légèrement mieux optimisé dans le G4 Plus que dans ses  concurrents. On note tout juste, sur une dizaine de jours d'usage quotidien, quelques ralentissements sporadiques.

Appareil photo

C'est le point fort mis en avant par Lenovo. Son Moto G4 est en effet doté d'un appareil photo de 16 mégapixels combinant une mise au point laser et une mise au point à détection de phase. Comme chez des smartphones plus haut de gamme, le Moto G4 Plus monte jusqu'à une ouverture de F/2.0 et propose un mode HDR automatique plutôt performant. Bon point, l'application photo épurée du smartphone contient un mode Pro destiné aux amateurs de réglages.

Nous avons essayé ce Moto G4 Plus au quotidien, dans des circonstances variées. Le mode HDR s'est généralement déclenché à propos et malgré un flash un peu violent, le smartphone s'est révélé globalement efficace. Notoirement plus que le Moto G de 3e génération qui, malheureusement, n'avait pas grand-chose d'un photophone. De jour, on obtient d'ailleurs des effets de flou d'arrière-plan assez réussis, avec un bon niveau de détails et des couleurs naturelles. De nuit, avec un peu de concentration (l'optique n'est pas stabilisée), on obtient des résultats satisfaisants au regard du prix du smartphone, sans plus.

IMG_20160529_133913683

IMG_20160516_155333900

IMG_20160528_201658771

Côté son

Le haut-parleur du Moto G4 Plus ne paie pas de mine, mais délivre pourtant un son puissant et, toutes proportions gardées, clair. C'est plutôt une bonne surprise.

Réseaux et communications

Comme tous les smartphones de milieu de gamme, le Moto G4 Plus est compatible avec la 4G de catégorie 4 (150 Mbps), et assure une bonne accroche réseau. Il est en outre compatible avec le WiFi ac (2,4 et 5 GHz) et son GPS se montre rapide et précis. Pour finir, côté appels, nous n'avons pas rencontré de problèmes majeurs, même si le son a parfois eu tendance à être un peu étouffé.

Autonomie

3000 mAh, c'est une bonne capacité pour un smartphone du gabarit du Moto G4 Plus, qui toutefois se révèle franchement bon dans son domaine. Lors de notre test habituel, avec un écran réglé à 200 cd/m2 et pour le visionnage d'une heure de vidéo HD, le smartphone a perdu 10 % de batterie, se situant dans le haut du panier. Mais surtout, à l'usage quotidien, nous avons constaté qu'il tenait sans peine une journée et demie, voire deux jours loin d'une prise électrique.

Bon point également à retenir, le Moto G4 Plus est compatible avec la charge rapide Turbo Power (une version modifiée de la charge rapide que l'on trouve chez le Moto X Force), le chargeur étant d'ailleurs fourni avec le téléphone. Malheureusement, nous n'avons pas pu éprouver ses performances, le chargeur ne nous ayant pas été prêté en même temps que l'appareil.