Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de l'Asus ZenFone 4 : de vrais arguments mais un défaut gênant

Dévoilé tout d'abord en Asie, l'Asus ZenFone 4 a été officialisé en Europe. Pour le découvrir plus en détail, nous l'avons testé. Le téléphone a plusieurs atouts intéressants, mais il pêche au niveau de la photo.

L'Asus ZenFone 4 a été tout juste annoncé en Europe et nous avons eu l'occasion de le tester. Nous vous faisons part ici de nos impressions sur cet appareil. Mais d'abord, on commence par la fiche technique.

Fiche technique

Ce smartphone nous a été prêté par Asus dans le cadre du test.

Un look soigné

En apparence, l'Asus ZenFone 4 ne surprend sur aucun point. Le style est convenu, vu et revu. Cela entraîne-t-il un sentiment de lassitude ? Pas forcément. Ce n'est pas sur ce téléphone que l'on attend un design disruptif. Sans vouloir trop m'avancer, je pense pouvoir affirmer que les utilisateurs de ZenFone veulent avant tout un terminal esthétique et agréable à tenir en main.

En ayant cela en tête, il faut admettre que le ZenFone 4 fait honneur à sa mission. La face avant est très classique avec un lecteur d'empreintes relativement efficace situé en dessous de l'écran et encadré par les boutons capacitifs de navigation. C'est surtout grâce à ses bordures que le téléphone laisse une bonne impression. Étonnamment, malgré son épaisseur et le fait qu'il pèse bien son poids, il est confortable. Les tranches sont bien biseautées et les angles arrondis comme il faut.

À l'arrière, le smartphone est tout aussi élégant. Recouvert par une couche de verre, le dos offre des reflets en forme de rayons concentrés autour du logo Asus. Le résultat est réussi. Notons également que le double appareil photo et le flash LED logés en haut à gauche ne dépassent pas du tout en relief.

On regrette un peu que la surface à l'arrière soit un tantinet trop salissante. Rien de choquant cela dit. En dehors de cela, on trouve une prise jack et USB-C sur la tranche du bas, à côté du haut-parleur. Les boutons de déverrouillage et de volume sont sur la droite, à l'opposé de la carte double nano SIM — ou nano SIM + microSD.

Dans l'ensemble, j'ai trouvé que le design du ZenFone 4 pouvait se résumer à une idée simple : il est bien équilibré.

Un écran trop froid, mais pas privé de qualité

L'écran de 5,5 pouces du ZenFone 4 profite d'un affichage Full HD. L'ensemble est plutôt correct, même si j'ai tout de même eu l'impression que l'écran était très froid. Notre sonde colorimétrique révèle une température de 7 500 K. Un résultat qui confirme mon impression, mais je m'attendais à une température encore plus froide.

Quoi qu'il en soit, ce détail peut être corrigé de manière assez efficace via les paramètres du téléphone. La luminosité maximale est satisfaisante et atteint 536 cd/m². Cela suffit amplement dans la grande majorité des cas. Quant au contraste, il est très bon avec un rapport de 1703:1.

 

Une interface peu sexy, mais fluide

L'Asus ZenFone 4 tourne sous Android 7.1.1 Nougat et dispose d'une interface constructeur ZenUI qui ne perturbe pas profondément l'expérience utilisateur, d'autant plus qu'elle est très fluide dans l'ensemble. Néanmoins, celle-ci agace par moment à cause de son côté un peu vieillot en ce qui concerne l'esthétique des icônes du launcher ou dans le panneau de raccourcis. J'ai aussi croisé quelques boutons mal placés gênant la lecture et certaines fonctionnalités semblent avoir hérité d'une mauvaise traduction. « Couvercle ASUS » permet ainsi de « répondre aux appels depuis votre coque » et l'option qui permet de paramétrer un numéro de secours à appeler en cas d'urgence est maladroitement appelée « Protection ZenUI ». Un nom qui fait tout de même plus penser à une solution anti-malware.

Inutile de préciser que ce n'est pas la mer à boire, mais tout utilisateur a la légitimité d'estimer que c'est au smartphone de s'adapter à lui et non l'inverse.

On note quelques options intéressantes par-ci, par-là. Le mode utilisation facile notamment grossit énormément les icônes et modifie un peu la logique de navigation. C'est très moche... mais il faut admettre que pour toutes les personnes facilement perdues avec les interfaces classiques de smartphones, cela peut s'avérer pratique. Personnellement, je sais qu'une personne comme ma grand-mère serait bien plus à l'aise avec cette fonctionnalité activée.

On note aussi l'option « Twin Apps » qui permet de paramétrer deux comptes sur une seule application ou encore Page Marker qui permet de télécharger des pages web afin de les consulter plus tard, même hors connexion. Enfin, grâce à OptiFlex, on peut présélectionner jusqu'à trois applications qui profiteront d'une ouverture plus rapide. Le système les garde sans doute en mémoire sur la RAM. En chronométrant, j'ai pu observer des différences variant de 0,20 à 0,60 seconde sur le temps d'ouverture des apps. Ça a donc l'air de fonctionner, mais le résultat n'est pas particulièrement probant non plus.

Un double appareil photo décevant

Le double appareil photo de ce smartphone est composé d'un premier capteur de 12 mégapixels et d'un second de 8 mégapixels. Grâce à cette combinaison, on peut alterner entre les clichés classiques et les grands-angles. Personnellement, je ne l'ai pas trouvé incroyable.

Qu'on s'entende : l'Asus ZenFone 4 est capable de prendre de belles images. Ce qui est vraiment dommage, c'est qu'il faut vraiment le mettre dans les conditions les plus optimales qui soient, car l'appareil est facilement mis en difficulté. En fait, il suffit qu'il y ait un contraste marqué dans la scène pour que double capteur agisse bizarrement. Il apparait évident qu'il ne sait pas très bien gérer le dynamisme d'une photo. La netteté des clichés reste cependant correcte.

 

Sur les deux photos ci-dessous, le simple fait de me déplacer de quelques pas autour du fruit donne l'impression que les clichés n'ont pas été pris au même moment de la journée.

Toutefois, sur l'ensemble des photos, l'appareil photo fait un effort pour proposer de belles couleurs. Dommage que ledit effort soit gâché par les défauts cités ci-dessus. On obtient ainsi des photos où des zones correctement traitées côtoient des parties de l'image complètement surexposée.

Quand on se rapproche du sujet de la photo, il est possible d'obtenir de jolis résultats, tant au niveau des couleurs que de la netteté.

En faible luminosité, l'image est très (trop) bruitée et l'appareil photo montre vraiment des faiblesses agaçantes. Sur la photo du verre de bière ci-dessous, il a été incapable de faire sa mise au point.

Le grand-angle quant à lui propose un champ de vision de 120 degrés. Par défaut, il propose un format d'image en 16:9 ce qui m'a laissé perplexe au début puisque la différence avec le capteur principal n'est pas particulièrement frappante, on dirait simplement qu'il y a un peu plus d'éléments sur les côtés de l'image. Pensez donc bien à switcher en 4:3 pour vraiment pouvoir profiter d'une focale différente.

La qualité de l'image, même si elle moins bien définie, n'est pas particulièrement altérée. On remarque malgré tout des distorsions.

 

Des performances satisfaisantes

À l'intérieur du ZenFone 4, on trouve un Snapdragon 630, une puce relativement récente et couplée, ici, à 4 Go de RAM. Grâce à cela, le téléphone est plutôt efficace et convient à la grande majorité des usages. Globalement, je n'ai remarqué aucune vraie gêne à attribuer au SoC.

Sur les jeux assez gourmands, tels que Asphalt 8 : Airborne, il n'affiche pas un nombre d'images par seconde très élevé, mais l'ensemble est assez stable, quoique le rendu peut parfois paraître un peu saccadé, mais ce n'est pas très dérangeant. Par rapport à d'autres téléphones équipés de Snapdragon 625 ou 626, le ZenFone 4 réussit souvent à enregistrer de meilleurs résultats, mais la différence n'est jamais écrasante non plus.

On retient donc que le ZenFone 4 n'éblouit pas par ses performances, mais il sait assurer une bonne expérience à l'utilisateur. Par ailleurs, le téléphone ne chauffe presque pas, ce qui est toujours un bon point.

 

Une bonne autonomie

Avec sa batterie de 3 300 mAh, le ZenFone 4 s'en sort plutôt bien sur le plan de l'autonomie. Il peut s'essouffler relativement vite si l'on consomme des contenus vidéo pendant de longues sessions. Mais, globalement, il tient très bien la route sur la grande majorité des usages.

Autrement dit, il est possible de tenir une bonne journée et demie avec cet appareil, même si vous l'utilisez de manière assez poussée. D'ailleurs il a réussi à tenir 20 heures et 36 minutes lors de notre test Viser dont le protocole simule un usage intensif. Un résultat qui le propulse parmi les bons smartphones en termes d'endurance. N'allons pas jusqu'à dire que c'est un champion dans le domaine, mais il est très fiable. D'autant plus que, quand il est en veille, il ne perd pas trop de jus.

Réseau et communication

Le ZenFone 4 ne m'a jamais posé problème pour me connecter à Internet, que ce soit via la 4G Orange ou le Wi-FI. La qualité des appels était bonne et le GPS a toujours réussi à bien me localiser.

Prix et disponibilité

Le ZenFone 4 sera vendu le 11 octobre au prix de 499 euros, soit autant que le OnePlus 5.

Galerie photo

Notre avis