Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Wiko View Prime : un écran 18:9 pour un rapport qualité-prix intéressant

Le View Prime a deux particularités : il fait partie de la première gamme de smartphones Wiko à profiter d'un écran 18:9 et il propose un double capteur en façade. Mais au-delà du discours de la marque marseillaise, ce téléphone à moins de 300 euros offre-t-il un bon rapport qualité-prix ? Nous l'avons testé pour le savoir.

Wiko a profité du dernier IFA pour présenter sa toute première gamme de smartphones avec un écran 18:9 : les View, View XL et View Prime. Ce dernier bénéficie de la fiche technique la plus intéressante et nous avons eu l'occasion de tester ce smartphone à l'esthétique intéressante et au tarif assez doux.

 

Fiche technique

Ce test est réalisé à partir d'un smartphone fourni par la marque.

Test vidéo

Un design plaisant

Le Wiko View Prime est plutôt joli. Rien d'exceptionnel dans la recette utilisée par la marque marseillaise : on suit la mode et on propose un design presque sans bordures. Mais ça prend bien. On apprécie la sobriété de l'objet qui, en plus de cela, se donne des airs assez classes. Le double capteur photo frontal est, au passage, bien visible en haut du téléphone.

Je viens d'écrire « presque sans bordures » et il est important de bien souligner le « presque ». Le borderless n'est pas vraiment au rendez-vous puisqu'on peut voir des tranches noires relativement épaisses à gauche et à droite de l'écran. Le Wiko View Prime rappelle ainsi l'importance de bien distinguer les notions de borderless et de ratio 18:9.

Malgré ce petit bémol, l'impression générale du téléphone au premier abord reste très positive. La prise en main est plutôt confortable. La face arrière quant à elle est faite d'aluminium et reste elle aussi très simple et homogène. Le dos marque les traces de doigts, mais pas de manière excessive. Le module photo est situé pile au centre, juste au-dessus du flash LED.

Le lecteur d'empreintes, rond, est lui aussi bien au centre et on ne rencontre aucun souci à le trouver naturellement avec son index. Et c'est à peu près tout ce qu'il y a dire sur le design de l'appareil qui est plutôt plaisant. Il peut toutefois se rayer assez rapidement : des lignes disgracieuses sont en effet apparues alors que je n'ai pas particulièrement maltraité l'objet. Enfin, on note que deux antennes traversent de part en part la face arrière en haut et en bas de l'appareil.

En dehors de cela, on précisera que le Wiko View Prime dispose d'un port micro USB (en bas forcément) et d'une prise jack pour les casques audio (sur la tranche supérieur). Les boutons de verrouillage et du volume sont à droite, à l'opposé du tiroir double nano SIM et microSD.

Écran : mini déception

Au premier abord, l'écran du smartphone parait plutôt correct, mais on se rend vite compte que les angles de vision sont médiocres. À tel point que Manu, en regardant l'appareil de biais, pensait que j'avais activé le mode Confort de lecture qui jaunit l'écran. Par ailleurs, un léger décalage sur le côté donne l'impression que l'écran est moins lumineux. C'est dommage.

Le Wiko View Prime est doté d'une dalle IPS LCD de 5,7 pouces pour une définition HD+ (1 440 x 720 pixels). Le contraste est satisfaisant et tourne autour de 1 170:1. Malheureusement, la luminosité maximale plafonnant à 370 cd/m², l'écran n'est pas parfaitement lisible dans les environnements très lumineux. Par ailleurs, la température des couleurs s'approche dangereusement des 9 000 K, ce qui se traduit par un manque cruel de rouge.

Rappelons tout de même qu'on a affaire à un smartphone à moins de 300 euros. Avec ce tarif en tête, on saura faire preuve d'un peu de clémence.

 

Interface : de belles choses malgré des latences

Le View Prime tourne sous Android 7.1.2 Nougat dans une interface assez similaire à l'expérience Android de base. Comme sur le Wiko WiM, les efforts de sobriété réalisés par l'entreprise marseillaise sont bienvenus. Pour pinailler, je soulignerai quand même que l'animation du tiroir d'application quand on l'ouvre ou qu'on le ferme — c'est une sorte de cercle qui s'agrandit ou qui se rétrécit — m'agace un peu même si ça ne dure que quelques centièmes de seconde.

Plus inquiétant, on sent une légère latence entre le moment où l'on appuie sur un bouton et celui où l'action se déclenche, surtout quand on passe de la galerie photo à l'appareil photo et vice-versa. Si cela ne s'avère pas être un trop gros problème pendant quelques jours d'utilisation, on peut craindre que cela devienne plus gênant avec le temps.

Voilà pour les petits défauts de l'interface. Au-delà de cela, celle-ci offre une expérience correcte. Il n'y a aucune fonctionnalité incroyable à souligner, mais le Wiko View Prime a tout de même le mérite d'offrir quelques options qui ne sont pas dépourvues d'intérêt.

En effet, en activant les Smart Actions, on peut profiter du Double Tap pour réveiller l'écran, verrouiller le téléphone en appuyant deux fois sur le bouton d'accueil ou encore faire en sorte que les appels ne s'affichent pas quand l'appareil est dans notre poche pour éviter de répondre par erreur.

Les Smart Gestures quant à eux permettent de lancer une application simplement en traçant une lettre avec le doigt. Enfin, la fonction Verrouillage permet de protéger les applications de son choix par un code ou un schéma.

Précisons par ailleurs que le Wiko View Prime a un espace de stockage interne de 64 Go.

 

Photo : de belles couleurs mais une netteté un peu juste

L'appareil photo dorsal du Wiko View Prime a une définition de 16 mégapixels. Ce qui est appréciable avec ce capteur, c'est qu'il arrive, dans la plupart des cas, à bien retranscrire les couleurs. Dans l'ensemble, l'ambiance des scènes photographiées est bien respectée. Ce n'est pas épatant, mais c'est tout de même satisfaisant.

 

Le défaut de l'appareil réside plutôt dans la finesse des images. Celles-ci manquent un peu de netteté, surtout quand on s'approche des bords de la photo. Toutefois, une très grande partie des utilisateurs saura sans doute se contenter de la modeste qualité offerte par le View Prime à ce niveau-là.

En faible luminosité, on retrouve les mêmes critiques énoncées plus haut. Le défaut concernant la netteté est néanmoins — et sans surprise — accentué dans ces situations-là. Les couleurs, elles, restent relativement correctes, sans que l'on puisse pour autant affirmer que la qualité est vraiment au rendez-vous. C'est passable.

En ce qui concerne la dynamique de l'image, le View Prime m'a paru très sensible au moindre mouvement. Tous les smartphones le sont plus ou moins, mais cette impression était particulièrement forte pour ce modèle. Par exemple, ci-dessous, les deux photos ont été prise l'une après l'autre, mais j'ai très légèrement bougé mon poignet au moment de capturer la seconde. Résultat : le ciel est cramé à gauche, mais la rue ressort assez bien, tandis que les nuages se distinguent bien sur celle de droite et la rue parait un petit peu assombrie (personnellement, je préfère la deuxième photo).

En fonction de ce que vous voulez obtenir, sachez en tout cas que le moindre mouvement peut grandement transformer le rendu de votre cliché.

Côté selfie, c'est le gros argument marketing de Wiko pour le View Prime, on a droit à un double capteur. Le principal a une définition de 20 mégapixels et produit des images loin d'être bluffantes (la netteté n'est pas parfaite), mais pour un égoportrait, le cahier des charges est respecté.

Le deuxième capteur, quant à lui, permet de passer sur une prise de vue grand-angle à 120 degrés. Le téléphone propose de switcher du premier au deuxième dès qu'il détecte plus de deux visages dans le cadre. Autrement dit, le deuxième capteur ne s'active que lorsque vous prenez des photos de groupe. On passe ainsi à une définition de 8 mégapixels et cela se ressent sur la qualité de l'image. Mais il faut prendre cette fonctionnalité pour ce qu'elle est : une option totalement gadget. Le View Prime a au moins le mérite de proposer quelque chose de rigolo pour se différencier.

Notez le petit dégât des eaux au plafond qui fait tout le charme de ces photos.

 

Performances : dans l'ensemble c'est plutôt bon

Niveau performances, le Wiko View Prime repose sur un Snapdragon 435 et, tout de même, 4 Go de RAM. Comme prévu, on est très loin du niveau de puissance atteint par les plus gros monstres du marché. On est également bien loin des modestes capacités des appareils les plus modestes.

Le Wiko View Prime exploite bien sa puce pour atteindre des performances plus ou moins égales à celles des concurrents. dotés d'un Snapdragon 430 ou 435 tels que le Nokia 5, le Motorola Moto G5 ou le LG Q6. En ce qui concerne ce dernier, on rappellera qu'il a été lancé à un prix 100 euros plus élevé que le View Prime. Wiko marque ainsi de précieux points.

Sur les jeux, le nombre d'images affichées par seconde conviendra à la grande majorité et la stabilité est loin d'être mauvaise. Toutefois, étrangement, si les phases de jeu ne posaient pas problème, les menus et les temps de chargement accusaient parfois de grosses lenteurs. Dommage.

 

Une autonomie correcte

Le Wiko View Prime a une batterie de 3 000 mAh. Autrement dit, avant l'utilisation, on ne s'attend pas à des miracles, mais on sait qu'on ne devrait pas être particulièrement déçu. Et cet a priori se confirme une fois que l'on se sert du téléphone. Je n'ai jamais été impressionné par son endurance, et dans le même temps je n'ai, à aucun moment, trouvé qu'il s'épuisait de manière exagéré.

En cela, il est donc assez fiable. Mais on pensera à le recharger tous les soirs si on a tendance à l'utiliser de manière relativement poussée. Lors de notre test d'autonomie ViSer 2.0, le téléphone a tenu 7 heures et 42 minutes. Un résultat insuffisant pour le classer parmi les meilleurs. C'est également loin d'être catastrophique. Pour essayer de résumer au mieux, je dirai que l'on est dans la moyenne, mais pas plus.

 

Réseau et communication

Le Wiko View Prime est compatible avec toutes les bandes 4G françaises, sauf la 700 MHz. Pendant ce test, je n'ai pas eu de souci à me connecter au réseau d'Orange et je n'ai pas rencontré de problème avec le GPS. Pour les appels, aucune gêne n'est à signaler si ce n'est que mes interlocuteurs trouvaient ma voix un peu étouffée.

 

Prix et disponibilité

Le Wiko View Prime est disponible au prix conseillé de 269,99 euros.

 

Galerie photo