Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Première rencontre avec le Fairphone 2, le smartphone durable et équitable

Le Fairphone 2 fait ses débuts en France. Après six mois de précommandes, les premières livraisons commencent à arriver chez ses premiers acheteurs, et une boutique parisienne permet d'approcher l'appareil modulaire. Nous avons également fait les présentations.

Un mercredi soir, dans une boutique bien dans le ton de son quartier. C'est à deux pas du Canal Saint-Martin, dans une enseigne connue pour miser sur des marques d'habillement "équitables" que Fairphone a choisi de présenter aux Français son Fairphone 2. Et malgré la confidentialité relative du produit, cette pause dans le tour d'Europe que mènent ses fondateurs - ils ont fait également escale à Berlin avant de se rendre à Paris - a attiré du monde. Un événement Facebook et un peu de bouche à oreille, voici que quelques centaines de curieux, blogueurs et journalistes non agoraphobes se sont pressés pour approcher le téléphone, au milieu de piles de chemises et de savons de rasage hors de prix.

Fairphone 2

Le Fairphone 2 est dans le ton. Ce terminal, présenté en juin dernier et succédant à une première mouture datant de 2013, affiche déjà quelques milliers de précommandes. Son credo est aussi simple à expliquer que difficile à mettre en œuvre : ce smartphone se veut "fair", c'est-à-dire "équitable", dans ses matériaux, mais aussi dans la manière dont les travailleurs qui participent à son élaboration sont traités. Une dernière donnée s'ajoute à cela : sa durabilité. Fairphone cherche à lutter contre l'obsolescence programmée des appareils électroniques. Pour ne pas limiter la durée de vie de son téléphone à deux ans - voire moins, bien souvent - Fairphone propose une approche s'inspirant du projet Ara de Google.

L'appareil ressemble donc à tout autre smartphone, à ce détail près qu'il est particulièrement épais, sans être lourd toutefois. Mais sa conception interne, particulièrement travaillée, permet d'en changer les éléments rapidement, et sans outillage complexe. Le téléphone est ainsi composé de trois couches : sa coque dorsale, une partie interne abritant l'intelligence du téléphone et ses capteurs, ainsi qu'un module-écran.

Comme le montre à qui veut le voir l'équipe de Fairphone, les différents éléments du Fairphone 2 s'ôtent très facilement : une fois la coque et la batterie enlevées, il faut pousser des boutons situés sur le côté de l'appareil, et qui fonctionnent comme verrous. La plaque se sépare ensuite de l'écran. En revanche, les différents modules disposés sur la partie interne du téléphone ne sont pas "clipsés", mais vissés. Et comme l'a souligné l'équipe d'iFixit, il suffit d'un petit tournevis standard pour les en détacher. C'est du joli travail. Voyez les photos ci-dessous :

 

Le défi du prix

Le Fairphone 2 répond à une démarche louable. Désormais conçu comme un smartphone grand public plutôt que comme un produit-concept, il sera d'ailleurs désormais produit "en continu", nous assure la marque, qui espère en écouler 140 000 exemplaires par an. Une gageure lorsque l'on rapporte l'appareil à un marché de la téléphonie très compétitif, où le segment des terminaux à 300 euros est désormais garni de smartphones haut de gamme. Celui-ci a le bon goût d'adopter Android 5.1 (Fairphone espère mettre à jour son terminal vers Marshmallow), un écran de qualité visiblement satisfaisante et de composants de bonne qualité, il se positionne plutôt comme un bon téléphone de 2014, le design en moins. Car si sa conception est véritablement belle, ce Fairphone 2 est franchement peu esthétique, avec sa coque dépassant sur la façade du téléphone (pour en protéger l'écran), son épaisseur dépassant allègrement le centimètre, et sa conception en plastique massif.

Car le Fairphone 2 justifie son prix par son aspect modulaire et ses pratiques de fabrication, sa fiche technique se rapprochant en effet de celle d'un Zuk Z1, mais pour 525 euros. Pour étendre sa longévité, il sera possible d'acheter de nouveaux éléments à Fairphone et, on l'espère par la suite, chez des constructeurs tiers. Côté prix, comptez 87 euros pour un module-écran, 20 euros pour une batterie, et de 20 à 35 euros pour les morceaux internes. De quoi espérer tenir longtemps, sous réserve que le suivi des modules soit à la hauteur des ambitions de Fairphone.