Présenté ce jeudi à Milan, le nouveau Galaxy A9 de Samsung se veut le complément entre la gamme A du constructeur et la gamme S. En attendant un test complet et la sortie de l’appareil, prévue le mois prochain pour 599 euros, nous avons pu le prendre en main le Galaxy A9.

Design et prise en main

Le Galaxy A9 est plutôt imposant avec son écran de 6,3 pouces et ses rebords en haut et en bas. Contrairement à la gamme S ou aux Note, il ne propose cependant pas d’écran incurvé. Dans l’ensemble, on se retrouve donc avec un smartphone qui n’a certes pas d’encoche en haut de l’écran – Samsung restant réfractaire à ce design – mais qui se veut plutôt imposant. On aurait apprécié des rebords un peu moins larges en haut et en bas, surtout au niveau du menton. On se consolera en constatant que les deux bordures ont une épaisseur identique, rendant l’ensemble plutôt harmonieux.

Du côté des connectiques, Samsung a fait appel à de l’USB-C en bas et a conservé la prise jack 3,5 mm. Un choix que l’on ne peut que saluer. Sur la tranche droite, on va retrouver les touches de volume ainsi que le bouton de veille. Enfin, l’inévitable bouton Bixby est encore et toujours présent sur la tranche gauche.

Mais c’est surtout au dos de l’appareil que le Galaxy A9 va se distinguer. Ceux qui étaient déjà surpris par le design du triple module photo du Galaxy A7 (2018) verront leur impression se renforcer avec le Galaxy A9. On retrouve ainsi un module avec quatre appareils photo positionnés verticalement en haut à gauche du dos. Juste en dessous se situe le flash, tandis que le lecteur d’empreintes digitales est positionné au centre, toujours dans le format carré cher à Samsung. Dommage qu’il soit cependant placé un peu haut.

Dans l’ensemble, le Galaxy A9 peut paraître grand de prime abord, mais l’appareil est plutôt fin et surtout, son module photo arrière ne dépasse que très peu du cadre. Un design plutôt soigné en aluminium avec un dos en verre vient renforcer l’aspect premium de la bête, même s’il faut bien reconnaître que sur les trois modèles que nous avons pris en main (noir, bleu et rose), les traces de doigts étaient légion.

Écran

Samsung persiste et signe dans son refus de l’encoche sur les écrans. C’est l’un des seuls constructeurs, avec Sony, à refuser de se plier à cette mode. On aime ou on déteste l’encoche, mais force est de reconnaître que le Galaxy A9 profite ainsi d’un affichage plutôt agréable, sans masquer les notifications ou donner un aspect asymétrique à l’appareil.

Du côté de l’affichage, le smartphone profite d’une dalle AMOLED de 6,3 pouces affichant 1080 pixels par 2220. Une densité de pixels de 392 pixels par pouce plutôt correcte pour une lisibilité confortable. La luminosité ne m’a pas parue mauvaise, mais il faut admettre que les conditions de prise en main, dans un showroom plutôt sombre, ne permettaient pas réellement de mettre l’affichage en difficulté. Reste que les écrans AMOLED ont tendance à pouvoir offrir une luminosité maximale bien meilleure que les écrans LCD. On pourra le mesurer plus en profondeur avec notre test complet. Enfin, AMOLED oblige, on notera un excellent contraste.

La température des couleurs m’a paru, à première vue, plutôt précise. Surtout que Samsung permet bel et bien de la modifier dans les paramètres d’affichage, en choisissant entre un affichage adaptatif, cinéma AMOLED, photo AMOLED ou basique.

Application photo

C’est véritablement sur la photo que Samsung met le paquet avec son Galaxy A9. Le smartphone propose en effet quatre appareils différents au dos : un principal de 24 mégapixels (f1,7), un ultra grand-angle à 120 degrés, un zoom x2 et un capteur de profondeur.

En fait, le capteur principal va s’allier au choix avec chacun des trois autres capteurs afin de modifier le type de prise de vue. Si vous souhaitez prendre en photo un paysage en très grand-angle, vous basculerez ainsi sur l’appareil de 8 mégapixels, épaulé par l’appareil principal. Il en résultera ainsi un cliché de 24 mégapixels pris avec une ouverture de f/1,7, mais en très grand-angle.

En fait, dans ce cas, l’objectif grand-angle est combiné avec le capteur principal pour le rendu photo final. Pratique pour proposer des photos dans toutes les conditions sans pour autant avoir à choisir entre différentes qualités et ne pas avoir à faire de compromis. Il en va de même pour le zoom x2 ou pour la photo en mode Portrait.

À l’usage, dans l’application photo, c’est tout aussi simple. En bas de l’interface de l’application photo, vous verrez ainsi trois petites icônes qui représentent en fait les trois longueurs focales différentes. Il vous suffit de passer de l’une à l’autre pour modifier la prise de vue et passer d’un grand-angle à un ultra grand-angle ou à un zoom.

Les quelques photos que j’ai pu prendre sur place étaient plutôt de bonne qualité, malgré des couleurs qui n’étaient pas forcément très respectées. Il faut dire que le Galaxy A9 ne sortira que dans un mois et que d’ici là ses fonctions logicielles sont encore en développement. On ne pourra donc s’assurer de la qualité d’image que lors d’un test plus complet, mais autant dire que les premières impressions sont très bonnes.

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy A9 sortira le 15 novembre en exclusivité chez Orange. Il sera disponible en précommande dès le 5 novembre au prix de 599 euros. Il sera commercialisé en deux coloris : noir ou bleu.

Où acheter le Samsung Galaxy A9 (2018) au meilleur prix ?

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Nos photos du Galaxy A9