Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Samsung Exynos 9810 vs Qualcomm Snapdragon 845 : guerre au sommet

La puce Exynos 9810 du Samsung Galaxy S9 affronte le Snapdragon 845 de Qualcomm que l'on trouvera chez la concurrence en 2018. Quelles sont les différences entre ces deux solutions sur le papier ?

Samsung a profité du lancement du CES 2018 pour présenter l'Exynos 9810, sa nouvelle puce haut de gamme qui sera intégrée aux Galaxy S9 européens et qui concurrencera les meilleures puces du marché comme l'Apple A11, le Huawei Kirin 970 et bien sûr le Qualcomm Snapdragon 845.

Snapdragon 835 vs Exynos 8895

Samsung et Qualcomm comparent leurs nouvelles solutions à la génération de 2017. Voici donc ce que donnait le Snapdragon 835 et l'Exynos 8895 en termes de performances dans nos tests.

Processeur : les performances décollent

La partie centrale d'un SoC (System on Chip) est son processeur qui sera en charge de la plupart des calculs effectués par le smartphone. C'est ici que Samsung promet le plus grand bond en avant en termes de performance. Comme le Exynos 8895 de 2017, le processeur a 8 cœurs, 4 coeurs Exynos M3 développés en interne et qui remplacent les cœurs Exynos M2, et 4 coeurs Cortex-A55 pour les calculs demandant peu de performances. C'est simple, Samsung promet des performances doublées pour les tâches ne demandant qu'un seul cœur, et jusqu'à 40% d'augmentation pour les tâches multicoeurs.

De son côté, Qualcomm propose avec le Snapdragon 845, un processeur composé de 4 cœurs Kryo 385 Gold (basés sur le Cortex-A75) et 4 cœurs Kryo 385 Silver (basés sur le Cortex-A55) avec une augmentation des performances jusqu'à 30% comparé au Snapdragon 835.

Le Snapdragon 835 avait une légère avance sur l'Exynos 8895 en 2017, mais avec une telle progression de Samsung, l'Exynos 9810 devrait largement dépasser son concurrent et, on imagine, pourrait dépasser l'Apple A11 jusqu'à présent inégalé.

Graphismes : changement de génération

Samsung fait toujours confiance à ARM pour la puce graphique intégrée à sa solution, et utilise donc une puce ARM Mali G72 MP18 à la place de la puce Mali G71 MP20. Le nombre de cœurs est donc en baisse de 20 à 18, mais le fabricant promet quand même une augmentation des performances de 20%.

Ça ne devrait donc pas permettre à Samsung de rattraper la nette avance de Qualcomm qui promet en plus une augmentation de 30% des performances avec l'Adreno 630 intégrée au Snapdragon 845 qui remplace l'Adreno 540 du Snapdragon 835.

Un modem 4G à haute vitesse

Que ce soit le modem Shannon utilisé par Samsung ou le modem Snapdragon X20 LTE de Qualcomm, les deux solutions sont compatibles catégorie 18/13 pour un débit théorique pouvant atteindre 1200 Mb/s en descendant et 200 Mb/s en remontant.

Malheureusement, les réseaux mobiles utilisés en France sont loin d'être capables d'atteindre de telles vitesses, mais ce qu'il faut garder à l'esprit c'est que les deux SoCs sont suffisamment future-proof et compatibles avec les réseaux internationaux pour être dans les meilleurs du marché sur le sujet.

Le même procédé de fabrication

En 2017, Samsung avait obtenu le contrat de fabrication des Snapdragon haut de gamme grâce à son procédé de fabrication en 10 nm LPE. Depuis, le fabricant a raffiné ce procédé avec une nouvelle génération, le 10 nm LPP qui permet d'améliorer les performances de 10 % à consommation constante (ou une baisse de la consommation de 15% à performance constante).

Qualcomm a renouvelé son partenariat et le Snapdragon 845 utilise donc le même procédé de seconde génération que l'Exynos 9810 de Samsung. Reste à savoir si cela permettra à Samsung d'obtenir une nouvelle fois l'exclusivité sur les premiers stocks de puces Qualcomm et ainsi prendre de l'avance sur la concurrence.