Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Piratage de Twitter : un employé a été payé pour aider les hackers

« Le plus gros piratage de l'histoire de Twitter ». Voilà le genre de phrases qu'on lit fréquemment depuis hier soir. Le réseau social à l'oiseau bleu a en effet été la cible d'une attaque sans précédent. Résultat : plusieurs comptes à très forte visibilité comme ceux d'Apple, Uber, Barack Obama, Elon Musk, Jeff Bezos ou Joe Biden se sont mis à poster plusieurs messages incitant les internautes à faire des dons de bitcoins sur une adresse BTC en leur faisant croire que cela leur rapporterait de l'argent en retour. Il s'agissait évidemment d'une arnaque.

Plus de 100 000 euros de transactions ont ainsi été effectués pour aller dans les poches des attaquants. Face à ce genre de nouvelle, le bon réflexe est de vérifier que votre mot de passe est robuste, qu'il n'a pas été compromis et de le changer le cas échéant.

Toutefois, dans ce cas précis, cette méthode n'aurait pas pu aider grand monde, car les hackers n'ont pas exploité une faille technique. Ils ont eu un accès direct à un outil utilisé en interne de Twitter via des méthodes a priori plus sournoises.

Soudoyer l'employé

Le site Motheboard de Vice cite ainsi deux sources ayant pris le contrôle de certains des comptes du réseau social. Elles expliquent entre autres avoir payé une personne travaillant chez Twitter pour avoir accès audit outil interne d'administration. Cette piste est corroborée par l'entreprise elle-même qui s'est exprimée dans une série de tweets.

https://twitter.com/TwitterSupport/status/1283591846464233474

« Nous avons détecté ce que nous pensons être une attaque coordonnée d'ingénierie sociale par des personnes qui ont réussi à cibler certains de nos employés ayant accès à des systèmes et outils internes », lit-on dans l'un des messages. Pour rappel, le concept d'ingénierie sociale quand on parle de sécurité informatique consiste à manipuler quelqu'un psychologiquement afin d'avoir accès à des données sensibles.

Ainsi, la faille exploitée n'est pas technique ou technologique, elle est humaine. Ensuite, grâce à l'outil interne compromis, les hackers ont pu changer l'adresse mail associée aux comptes piratés (ou au moins une partie d'entre eux). En agissant de la sorte, il était encore plus compliqué pour les personnes visées de récupérer le contrôle de leur compte.

Twitter a dans un premier temps réagit en indiquant qu'il avait limité la possibilité de tweeter, réiniatiliser le mot de passe et plusieurs autres fonctionnalités du réseau social en attendant de résoudre le souci. Une grande partie de ces restrictions a depuis été levée, mais l'enquête en interne ne fait que commencer.