Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Amazon : l’Union européenne prépare une attaque pour concurrence déloyale

Dans le jargon, on appelle cela une « déclaration d’opposition ». Dans les faits, il s’agit de la formulation d’accusations à l’encontre d’une entité, ici Amazon. La Commission européenne serait en train de peaufiner un dossier important visant à condamner le géant du commerce en ligne pour concurrence déloyale. L’enquête aurait duré deux ans, explique le Wall Street Journal.

En cause, le modèle économique d’Amazon reposant sur un double rôle. D’un côté, l’entreprise distribue ses propres produits sur sa plateforme en ligne. De l’autre, elle permet à des vendeurs tiers de proposer les leurs à condition de respecter des règles qu’elle seule peut fixer. En claire, Amazon est à la fois partenaire et concurrent de ces vendeurs tiers, juge et partie.

Pire encore, la Commission européenne détient des preuves qu’Amazon récupère et utilise les données commerciales des vendeurs tiers pour adapter sa stratégie commerciale. Le Wall Street Journal donne l’exemple de lancement de nouveaux produits identiques à ceux des vendeurs tiers, mais vendus moins chers.

Si les preuves apportées par la Commission européenne sont retenues, Amazon risque une amende pouvant s’élever à 10 % de son chiffre d’affaires annuel. De plus, les autorités européennes peuvent l’obliger à arrêter ce genre de pratiques commerciales. Il faudra attendre environ un an après le dépôt de la « déclaration d’opposition » pour connaître la décision de l’UE. Si l'entreprise est condamnée, elle pourra faire appel.

Amazon dément

Contacté par le Wall Street Journal, Amazon a refusé de s’exprimer sur le sujet. En avril dernier, le média américain révélait déjà que certains employés utilisaient les données des vendeurs tiers pour adapter l’offre de l’entreprise. Certains employés ont même révélé qu’un analyste commercial se chargeait de créer des rapports de ce type pour le compte d’Amazon.

À la suite de ces révélations, le géant américain avait lancé une enquête interne et déclaré que l’entreprise condamnait ce genre de pratiques qui « violaient ses politiques ». Ce n'est pas la première fois qu'Amazon est dans le viseur des autorités. En 2017, le ministre de l'Économie français portait plainte contre Amazon pour abus de position dominante.