Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google Stadia : on a testé Cyberpunk 2077 sur iPhone et iPad

Si Cyberpunk 2077 a bien réussi une chose à son lancement, c’est d’être partout. Pas une plateforme n’a été oubliée, pas même Google Stadia, souvent parent pauvre des supports de jeu à la sortie du jeu. Le service de cloud gaming a cette fois eu le droit, lui aussi, à sa version du titre de CD Projekt Red. L’occasion pour nous de tester les promesses multi-support du service et notamment sur de nouveaux venus, l’iPhone et l’iPad.

Car si Stadia était déjà disponible sur PC, TV avec Chromecast Ultra 4K, smartphones et tablettes Android ainsi que Mac, à compter de ce mercredi 16 décembre, vous pouvez désormais jouer sur iPhone et iPad dans une version bêta. Par l’intermédiaire cependant d’un petit subterfuge : il faut passer par le navigateur Safari pour accéder à la plateforme sous forme de web app.

La même expérience que sous Android

Une fois lancée, Stadia sur iOS se différencie très peu de Stadia sur Android, si ce n’est que les joueurs sous Android peuvent profiter de l’application mobile dédiée et n’ont pas à recourir à un navigateur. On trouve toujours une partie Accueil avec la liste des jeux en votre possession, mais pas la liste de vos captures d’écran. Il faudra pour cela aller dans l’app Stadia pour les retrouver (sans pouvoir jouer ! On ne peut pas tout faire…).

La version Safari ne dispose cependant pas de l’onglet “Découvrir” qui regroupe des vidéos YouTube, les dernières actualités, le Forum. Lors de notre phase de test sur la version bêta, nous n’avons pas trouvé trace de cet onglet ailleurs.

Car si les options de votre Profil (icône en haut à droite) ne sont pas rigoureusement les mêmes que sous Android, on retrouve néanmoins les mêmes informations, mais regroupées différemment (les menus Nom et avatar Stadia, Confidentialité, Achats et abonnements, Famille, Performances, Notifications, Utiliser un code... sont dans la partie Paramètres Stadia).

Comment jouer ?

Si vous avez téléchargé l’application mobile Google Stadia sur iPhone ou iPad, celle-ci ne vous permet pas de jouer directement comme c’est le cas sur Android. Pas plus que le navigateur Chrome pourtant accessible sur Mac pour lancer directement les jeux. Apple s’est bien défendu de tout usage qui sortirait de son cadre sur ses produits star. Comme Xbox et son offre xCloud via le Game Pass Ultimate, le service de cloud gaming de Google aurait dû proposer au sein de l’App Store une fiche pour chaque jeu s’il avait voulu entrer dans les bonnes grâces de la marque à la pomme. Trop fastidieux, il a donc fallu trouver un subterfuge.

Et pour cela, Google a obtenu d’Apple le droit de passer par son navigateur Safari. En tapant l’adresse https://stadia.com, vous allez pouvoir accéder à l’univers et à votre compte, ou en créer un si vous n’en aviez pas.

Petite astuce :

Pensez à ajouter un raccourci depuis la page Stadia vers l’Accueil de votre iPhone ou iPad. Pour cela, une fois sur la page Stadia de Safari, appuyez sur l’icône de partage dans la barre de navigation du bas et choisissez “Sur l’écran d’accueil”. Donnez un nom à l’icône et celui-ci va s’ajouter parmi vos apps. Il sera alors plus simple d’accéder au service par la suite.

Cyberpunk 2077, le gagnant de Stadia

Profitant de la sortie en parallèle de Cyberpunk 2077, nous avons décidé de nous servir du jeu de CD Projekt Red comme support de test. Le blockbuster des papas de The Witcher pourrait être le soutien du service en offrant la possibilité aux joueurs de profiter d’un titre qui allait accaparer beaucoup de notre temps sur n’importe quel support à portée de main et donc à tout moment. Pari réussi ? Plutôt.

Comme sur Android, il est possible de jouer à Cyberpunk 2077 sur iOS que l’on soit en 4G, 5G ou en Wi-Fi, la connexion évidemment recommandée. Si vous êtes abonnés Stadia Pro, vous avez même le droit à la résolution 4K sur les supports compatibles. Autant vous dire tout de suite que l’iPhone comme l’iPad restent cantonnés à du 1080p au maximum. Il est précisé qu’avec cette résolution, si vous souhaitez jouer en 4G, votre forfait va en prendre un sérieux coup (consommation estimée 12,6 Go/heure). Mais Safari commence à supporter les contenus 4K HDR et Dolby Vision, notamment pour Netflix ou encore YouTube. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que Stadia y ait prochainement le droit pour profiter à fond des performances proposées sur supports mobiles et pas simplement sur Mac.

Vous pouvez connecter une manette compatible sans fil (DualShock4 ou Xbox Controller notamment). Faire fonctionner la manette Stadia est plus complexe, car elle n’est pas reconnue en Bluetooth. Vous ne pourrez donc pas jouer avec en connexion 4G notamment.

Sinon vous pouvez opter pour les contrôles tactiles sur iPhone. Une possibilité assez pratique jusqu’à ce qu’il faille tester ses réflexes en séquence de tirs et ce n’est jamais simple. Il faudra faire preuve d’une sacrée dextérité pour utiliser notamment les gâchettes tactiles.

Sur un iPhone 12 Pro Max, deux bordures apparaissent pour encadrer la zone de jeu, notamment l’encoche avec la caméra TrueDepth, et on ne profite pas pleinement de l’écran de 6,7 pouces. Mais c’est assez confortable tout de même pour jouer. Évidemment, ça l’est encore davantage sur iPad avec une manette.

Gain de temps et multi-support

Parmi les avantages avancés par Stadia, il y avait le démarrage sans temps de chargement et c’est en effet le cas. On gagne de 30 à 40 secondes pour lancer le jeu par rapport à la Xbox One X (sans doute un peu moins avec les consoles de nouvelle génération). Si les consoles ont tiré la langue pour faire tourner le monde futuro-apocalyptique de Night City, les PC s’en sortent mieux et le jeu sur Stadia, proche de ces derniers au niveau des performances, s’en sort avec les honneurs. 

Cyberpunk 2077 y est fluide, graphiquement agréable, et surtout dénué de crashs. Quant aux bugs, nous n’en avons quasi pas rencontré, si ce n’est ceux propres à toutes les versions et qui ne tiennent pas à la puissance de la plateforme (ah le fameux bug des voitures qui ont du mal à se croiser de manière cohérente…). L’univers dystopique à la Blade Runner, parfois un peu plus lumineux il faut avouer, les néons à gogo façon années 1980 ou l’état de délabrement de cette vision décadente de notre société, tout ressort et crée une atmosphère à la fois intrigante, aguichante et terriblement angoissante (qui a envie d’un tel avenir ?).

Pour ceux qui n’auraient pas forcément suivi la trame de Cyberpunk 2077, sachez que vous allez devoir incarner V (il ou elle, selon votre choix et le physique, les traits que vous voulez lui donner). Choisissez-lui un groupe avec ses attributs (Nomade, Gosse de Rue, Corpo) et c’est parti dans Night City en proie à des guerres de gang tout en étant dominé par un méga-conglomérat qui a aussi pris le pouvoir. Vous allez assister au meurtre de Saburo Arasaka, le big boss et vous retrouver au cœur d’une embrouille généralisée, entre espionnage, trahison et trans humanisme. Avec Keanu Reeves en guest dans le rôle de votre acolyte virtuel Johnny Silverhand. Cyberpunk 2077 est inspiré d’un jeu de rôle sur table, transformé en jeu d’action-RPG en monde ouvert. Il va clairement piocher son gameplay du côté de la franchise Deus Ex.

Plus efficace que sur PS4, plus proche du PC

Visuellement, le jeu est bien plus beau sur Chromecast Ultra et TV qu’en version console (certes sans doute moins pour le moment qu’on était en droit d’espérer mais cela viendra). Sur iPhone et iPad, il se défend très bien et on a ainsi la possibilité de jouer à un jeu gourmand sans faire vaciller notre appareil. Un avantage non négligeable pour sortir un peu de traditionnels jeux mobiles. Mais surtout, sur un jeu aussi addictif que Cyberpunk 2077, le principe même du cloud gaming trouve tout son intérêt : commencer la partie sur sa TV, la poursuivre sur son smartphone ou iPhone, pour mieux la reprendre sur tablette ou PC si vous l’avez sous la main. C’est un plaisir de pouvoir profiter de chaque instant et chaque support selon ses envies, surtout en continuité, pour repartir exactement au point où on l’avait sauvegardé.

Elle aurait dû se faire désirer par rapport aux autres plateformes, mais l’arrivée du jeu le plus attendu de l’année sur Stadia est une bonne chose. Notamment avec tous les soucis rencontrés par les autres versions hors PC. Le premier patch déployé par CD Projekt Red a déjà profité à Stadia sans que le joueur ne s’en aperçoive. C’est là l’un des attraits du jeu en cloud gaming : tout est transparent et la puissance ajustée.

Le portage de Cyberpunk 2077 est une belle réussite qui plus est, et l’expérience est rigoureusement la même, les crashes et problèmes de texture en moins. Google ne fanfaronne même pas, au milieu de la tempête traversée par le jeu et ses déboires. Une attitude étrange quand on sait à quel point Stadia s’est fait railler depuis sa sortie. Preuve de l’engouement cependant : la plateforme a dû stopper en avance son offre promotionnelle autour du jeu, faute de stocks suffisants.