Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test Ray-Ban Stories : des lunettes de soleil et un peu plus encore...

Fruits d’une collaboration entre Meta, maison-mère de Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp, et Ray-Ban, marque emblématique du fabricant EssilorLuxotica, les Ray-Ban Stories sont les premières lunettes connectées des deux partenaires.

Et le produit se veut à la croisée de plusieurs chemins déjà empruntés par d’autres : un modèle pour prendre des photos comme les Spectacles de Snapchat, mais aussi pour écouter de la musique ou prendre des appels comme les Bose Frames ou les Razer Anzu. Mais Meta lui a ajouté quelques petites fonctions qui peuvent séduire et faire la différence.

Pour les appels, vous devez avoir votre smartphone connecté à proximité, car les appels émaneront de lui (appel et réception).

Des Ray-Ban qui ressemblent à des Ray-Ban

Ces lunettes connectées ressemblent… à des lunettes. Plus exactement, ce sont des Ray-Ban qui reprennent l’un des modèles emblématiques de la marque. Nous avons testé la déclinaison Wayfarer, modèle iconique avec ses verres plutôt carrés, mais il existe aussi des modèles avec des verres ronds (Round) ou plus carrés avec les coins arrondis (Meteor). Pour chaque modèle, plusieurs déclinaisons sont proposées, avec différentes teintes de monture (vert, noir, marron ou bleu selon la gamme), avec des verres solaires (brun, vert ou bleu polarisant), transparents, capables de filtrer la lumière bleue ou Transitions pour vous adapter à toutes les situations. Au total, il est possible de combiner 28 versions différentes, entre les montures et les verres.

Notre modèle de test est une paire de Ray-Ban Stories Wayfarer Brun brillant Classic B-15. L’ensemble a des dimensions assez classiques et un poids peu élevé (quelques grammes de plus que la monture normale en raison de branches un peu plus larges pour embarquer la technologie). Si l’ensemble fait bien lunettes de soleil comme promis, la monture pourra pour beaucoup faire un peu plus « plastique » que ce qu’on pourrait attendre d’une paire signée Ray-Ban. Mais elles se portent agréablement sans que l’on ressente un poids quelconque sur les oreilles.

En haut à droite et à gauche, on trouve les caméras avec une LED blanche qui s’allume côté gauche (quand vous regardez le porteur des lunettes) pour indiquer la prise de photo ou l’enregistrement vidéo. Sur la branche côté droit, le bouton de mise en marche glisse pour activer la connexion, mais aussi pour servir au jumelage initial des lunettes avec l’application smartphone.

Sur l’autre branche, on trouve un micro sur la tranche du dessous au niveau du logo Ray-Ban. Le bouton de prise de photo/vidéo est sur le dessus. Un excellent positionnement très intuitif qu'il va falloir apprendre à maîtriser si vous ne voulez pas vous retrouver à déclencher une vidéo à chaque fois que vous prenez les lunettes pour les mettre sur votre nez. Notre bibliothèque s'est retrouvée pleine de vidéos impromptues...

À l’arrière des deux branches, les haut-parleurs sont positionnés de telle manière que vous puissiez profiter pleinement du son ou de l’appel (mais pas les personnes autour de vous à moins de mettre le volume fort). Le son émanant des applications de votre smartphone peut être mono ou stéréo.

Le côté de la branche gauche héberge la zone tactile de contrôles des lunettes (mise en marche/arrêt, morceau suivant/précédent, gestion du volume). C’est un coup de doigt à prendre pour ne pas taper à côté. Mais elle est assez large et réactive pour que vous pilotiez tout du bout du doigt facilement. Attention si vous avez les cheveux longs et qu’ils empiètent sur la branche, c’est un peu plus galère !

Les Ray-Ban Stories se présentent donc comme des lunettes de soleil assez classiques à porter et agréables, avec toute la palette de fonctions connectées en bonus. On accède facilement aux fonctions et l’on peut évidemment profiter des lunettes de soleil sans avoir à utiliser en permanence les options connectées. Lunettes et musique, lunettes et photos, lunettes et appels : en extérieur, vous voilà armé pour toutes les situations.

Les Ray-Ban Stories sont fournies avec une boîte assez volumineuse qui sert à les transporter, mais aussi à les recharger. Le boîtier se recharge quant à lui en USB-C. Côté autonomie, vous ne risquez ainsi pas de tomber en rade rapidement, à la condition de bien penser à vérifier que la musique ne continue pas de tourner sur vos lunettes quand vous pensez les avoir juste repliées sans les ranger…

Photo : un clic pour tout faire

Pour prendre des photos, l’utilisation est assez simple. Le bouton situé sur la branche droite permet de prendre des vidéos et des photos. Un appui simple déclenche la vidéo et un nouvel appui l’arrête. Si vous ne coupez pas, vous pourrez profiter d’une vidéo de 30 secondes. Vous pouvez d’ailleurs savoir quand vous avez atteint la limite de durée d’enregistrement avec la LED qui clignote alors 5 fois.

Un appui plus long déclenche la prise de photo. Vos clichés sont stockés sur les lunettes, vous pouvez ensuite les transférer via l’application sur votre smartphone.

Les lunettes disposent de 4 Go de stockage, ce qui correspond environ à 500 photos et une trentaine de vidéos de 30 secondes. Il faudra alors les transférer vers l’application, ce que l’on fait assez facilement lorsque l’on veut partager ses contenus.

Les lunettes ne disposent évidemment pas de flash ni d'un capteur exceptionnel. C’est un outil qui mise avant tout sur la praticité et le fun, mais le résultat est plutôt bon. Il est préférable de profiter d’un environnement lumineux, extérieur si possible, pour avoir un meilleur rendu. Cependant, même au coucher du soleil, nous avons obtenu des photos plutôt agréables et les souvenirs seront éclatants à partager.

Musique, appel, photo dans l’ordre que vous voulez

Il existe donc un bouton pour la prise de photo et vidéo et les contrôles tactiles sur la branche de droite pour gérer la musique ou les appels.

Pour activer les Ray-Ban Stories, il suffit de les sortir de leur boîte et de les mettre sur le bout de votre nez. Une petite voix vous indiquera l’autonomie restante et la connexion (une fois réalisée avec un appareil évidemment !). L’autonomie est assez généreuse (6 heures annoncées en usage modéré), mais difficile à évaluer réellement, car le boîtier de recharge apporte une assez longue durée de batterie (trois fois) et charge les lunettes connectées dès que vous les rangez.

Si vous avez tendance à utiliser souvent la musique, votre smartphone relié en Bluetooth, cela aura tendance fort logiquement à décharger beaucoup plus vite vos Ray-Ban Stories. La prise de photos et vidéos n’est jamais massive et vous aurez plutôt l’instinct de faire du « shooting » pour immortaliser des moments importants ou drôles.

À noter que le déclenchement de la musique en tapant une petite fois sur le pavé tactile se montre parfois capricieux et il a souvent été plus simple de déclencher la musique sur son smartphone pour prendre le contrôle la première fois avant d’avoir recours aux contrôles. Ces derniers sont ensuite assez réactifs notamment en glissant le doigt pour augmenter ou baisser le volume, en double-cliquant pour changer de morceau.

La qualité audio est plutôt une agréable surprise pour un si petit appareil. Il s’agit là d’un « accompagnement » musical sur le chemin, lunettes sur le nez. N’espérez pas avoir une ambiance « boîte de nuit » dans vos oreilles. Tout d’abord, parce que, discrétion oblige, les Ray-Ban Stories ne sont pas faites pour pousser les potards à fond et gêner les personnes autour de vous. Si vous écoutez à un volume raisonnable (jusqu’à environ 40-50 %), vous entendrez parfaitement votre musique sans que la personne à proximité ne le perçoive. Il faut vraiment savoir que la musique est en marche et tendre l’oreille pour percevoir vaguement des sons. Ce n’est pas la qualité musicale des Bose Frames, mais plutôt de bonne facture pour l’usage.

Assistant vocal

Pour le fun, Meta a ajouté un assistant vocal à ses lunettes. Vous pouvez ainsi activer Facebook Assistant depuis les paramètres de votre profil. Il suffira alors de dire « Hey Facebook » pour l’éveiller et lui demander de prendre une photo ou d’enregistrer une vidéo. Depuis la dernière mise à jour 13.0, l’assistant est désormais capable d’interagir en français (ainsi qu’en anglais et en italien notamment). Vous pouvez choisir sa tonalité de voix (grave et chaleureuse, intermédiaire détachée ou posée, grave monocorde ou chantante, aiguë et claire).

Facebook Assistant peut également passer des appels ou envoyer des messages, vous indiquer l’autonomie de la batterie, etc.. Il se montre assez efficace pour vous permettre de prendre des photos ou des vidéos sans avoir à utiliser les contrôles. Facebook Assistant peut vous lire à haute voix tous les messages reçus, en français désormais. Il suffit d’activer l’option dans la section Alertes système des paramètres.

Sécurité

N’espérez pas enregistrer la voix de personne à leur insu, cela n’est pas possible. Pas plus que de faire du live streaming avec vos lunettes. Les vidéos n’excèdent pas 30 secondes et vous ne pouvez pas choisir de n’enregistrer que l’audio. Vous ne pourrez également pas désactiver la LED qui s’illumine quand les Ray-Ban Stories filment ou prennent une photo afin de prévenir toute personne face à vous. Et elle se voit de loin !

De plus, Facebook s’est voulu très transparent sur la sécurité et la confidentialité. Dès le paramétrage de l’app, un long message vous informe des conditions d’utilisation.

Facebook prend la main sans s’imposer

Pour configurer les Ray-Ban Stories, il faut s’en remettre à l’application Facebook View. C’est l’une des rares fois où il est fait mention de Facebook, Meta et leurs acolytes. Avoir un compte Facebook facilite la configuration, mais n’impose pas l’usage par la suite, comme c’était le cas avec les écrans Portal. De même, vous pouvez activer le partage avec Messenger pour passer et recevoir des appels, ou envoyer des messages.

Depuis l’app, vous pouvez jumeler et régler les paramètres. Mais aussi par la suite, c’est là que seront stockées les photos et vidéos à partager et/ou retoucher.

Car une fois prises, vos photos et vidéos doivent être transférées sur Facebook View pour être partagées. Il est alors possible de les retoucher, améliorer la luminosité, les recadrer ou bien faire des montages avec des outils intégrés.

Vous aurez ensuite le choix de les télécharger sur votre appareil, de les publier sur les réseaux sociaux de votre choix, de les envoyer par mail, SMS ou autre. Il n’est absolument pas obligatoire de lier ses comptes Facebook, Instagram, Messenger ou WhatsApp pour partager. Libre à vous d’automatiser la liaison.

Depuis l’application, vous avez de très nombreux paramètres de confidentialité à régler, de la gestion de vos informations personnelles et des contenus. De même pour l’assistant vocal, vous choisissez de stocker les enregistrements, les transcriptions, de conserver le journal d’activité ou de tout supprimer quand vous le souhaitez.

Prix et disponibilités des Ray-Ban Stories

Les Ray-Ban Stories sont disponibles à la vente dans 28 déclinaisons différentes à partir de 329 euros et jusqu’à 409 euros pour les verres Transitions. Les lunettes connectées sont à customiser et en vente sur le site de Ray-Ban, ainsi qu’en boutique.

À noter qu’il est possible d’opter pour des verres correcteurs avec surcoût.