Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google rachète un spécialiste des écrans MicroLED pour de l'AR/VR moins chère

Éventé le mois dernier par The Information, le rachat de Raxium par Google vient d'être officialisé. Le géant de Mountain View met donc la main sur un spécialiste de la technologie MicroLED qui pourrait l'aider à concrétiser ses ambitions sur le secteur des réalités augmentée, mixte et virtuelle.

« L'équipe de Raxium a passé cinq ans à créer des écrans haute résolution miniaturisés, rentables et économes en énergie qui ont jeté les bases des futures technologies d'affichage », explique notamment Rick Osterloh, Senior VP de Google chargé des appareils et services. « L'expertise technique de Raxium dans ce domaine jouera un rôle clé alors que nous continuons à investir dans nos efforts en matière de matériel ».

Google multiplie ses efforts pour revenir sur la réalité augmentée

Comme le rappelle The Verge, ce rachat s'inscrit dans les efforts de Google sur le terrain de la réalité augmentée. En 2020, le groupe avait par exemple acquis North, spécialisé dans la fabrication de lunettes d'AR. Fin décembre, Google procédait par ailleurs à des recrutements d'ingénieurs affectés à la conception d'un système d'exploitation se destinant, justement, à des dispositifs de réalité augmentée. Plus récemment encore, en janvier, on apprenait enfin que le géant californien avait bien commencé à développer un casque d'AR surnommé « Project Iris ».

The Information expliquait pour sa part le mois dernier que les écrans MicroLED développés par Raxium pourraient être très utiles à Google pour ce projet. Ces derniers permettent une excellente efficacité énergétique (parfait pour préserver l'autonomie limitée de lunettes d'AR), mais pourraient également s'avérer pertinents d'un point de vue industriel. On apprenait par exemple que Raxium travaille sur une « intégration monolithique » de ses MicroLED, ce qui permettrait à Google de faire fabriquer ces écrans à partir du même silicium que celui de la plupart des processeurs. Ce procédé de fabrication pourrait mener la firme à réduire drastiquement les coûts de production d'écrans MicroLED.

Sur son site, Raxium vante par ailleurs les mérites de sa technologie en s'attardant sur la question du pixel pitch (distance d'écart entre les centres de deux pixels positionnés l'un à côté de l'autre). Pour une dalle AMOLED classique, comme celle présente sur nos smartphones, la marque parle d'un pixel pitch de 50 microns, contre seulement 3,5 microns pour celui de ses écrans MicroLED. En clair, la densité de pixels sur de très petits écrans promet d'être au rendez-vous.

Notons toutefois que Google devra se colleter à une forte concurrence s'il lance bel et bien de nouvelles lunettes d'AR. Microsoft a déjà accumulé beaucoup d'expérience sur ce terrain au travers de ses casques HoloLens (dont l'avenir semble toutefois compromis), mais l'on sait aussi qu'Apple, Meta ou encore Snap travaillent également sur des dispositifs de réalité augmentée bien à eux.