Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test des Motorola VerveBuds 800 : une franche déception

Alors que le marché des écouteurs Bluetooth True Wireless est plus florissant que jamais, nourri par des modèles hyper-fonctionnels et intégrant des solutions acoustiques innovantes -- deux voies, armatures équilibrées… -- Motorola joue la carte du conservatisme fonctionnel et technologique. Pour autant, la marque n’hésite pas à indiquer sur la boîte des écouteurs VerveBuds 800 la présence d’un système de réduction de bruit. Il ne faut pas s’y tromper, il ne s’agit pas d’un système ANC (Active Noise Cancelling), mais tout simplement d’un système de réduction des bruits captés par les microphones pendant les appels vocaux.

Fiche technique

Ce test a été réalisé avec des écouteurs prêtés par Motorola.

Design

Les Motorola VerveBuds 800 ne passent pas inaperçus et se distinguent par de longues tiges. Ils se positionnent donc à contre-courant de la concurrence, qui mise davantage sur la compacité. Les VerbeBuds 800 sont réalisés en PVC mat et lisse, à l’exception de la pastille arborant le logo Motorola fabriquée en PVC brillant.

Les coques sont moulées de façon à prendre appui dans le pavillon de l’oreille, afin de renforcer la stabilité des écouteurs une fois l’embout en silicone inséré dans le conduit auditif.

Motorola fait l’impasse sur les zones tactiles de contrôle et ce sont des boutons logés à l’extrémité des tiges qui, moyennant pression, permettent de piloter les écouteurs.

Confort de port acceptable

Les écouteurs Motorola VerveBuds 800 procurent un confort de port acceptable, mais leur stabilité perfectible les destine prioritairement aux auditeurs sédentaires ou aux marcheurs prudents. Pas question de les emmener pour faire un jogging, car ils prennent alors la tangente.

Autre bémol, les longues tiges peuvent, selon la façon dont sont portés les écouteurs, entrer en contact avec le visage et générer des bruits mécaniques qui nuisent à l’écoute musicale.

Par conséquent, ces écouteurs ne favorisent pas les longues sessions d’écoute.

Boîtier compatible charge Qi

Le boîtier de rangement est assez imposant, mais ne donne pas une impression subjective de qualité. Il est réalisé en PVC et son couvercle semble léger et fragile. Pour autant, il est globalement bien conçu. Les écouteurs y sont facilement placés et extraits. L’aimantation est satisfaisante et les écouteurs sont bien arrimés.

Cinq LED sur la face avant indiquent l’état de charges des écouteurs. La recharge du boîtier s’effectue via un port USB-C situé à l’arrière, ou bien par charge sans fil Qi (aucun chargeur à induction n’est fourni).

Usage et application

Les écouteurs Motorola VerveBuds 800 offrent une expérience utilisateur plutôt médiocre, dans la mesure où l’action des boutons de contrôle dégrade le confort de port. En pratique, il faut saisir chaque écouteur entre le pouce et l’indexe pour enfoncer les boutons de contrôle.

L’éventail des actions possibles est réduit à la gestion de la lecture, de la prise d’appels et à l’invocation de l’assistant vocal du smartphone, moyennant d’une à trois pressions sur les boutons de contrôle. Il n’est donc pas possible d’ajuster le volume.

En outre, les écouteurs émettent une puissante sonnerie et un message appuyé de bienvenue « Hello Moto » à chaque connexion avec un périphérique, qui ne peut être désactivé. Les écouteurs ne se déconnectent pas immédiatement de la source Bluetooth lorsqu’ils sont rangés dans leur boîtier.

Une app peu utile

Pas facile de savoir quelle app utiliser pour contrôler les écouteurs Motorola VerveBuds 800. Ou plutôt si, mais il faut faire fi de l’adage qui veut que si c’est bien fichu, je vais trouver sans lire la notice. Là, pas de chance, rien de probant dans l’App Store ou le Play Store sur la recherche Motorola. Finalement, c’est en scannant le QR code imprimé sur la boîte qu’on découvre Hubble Connected for Vervelife.

Malheureusement, cette app est calamiteuse. Outre qu’il faut s’enregistrer auprès du fabricant, elle n’offre aucun réglage autre qu’une égalisation du son. Sous iOS, impossible de faire fonctionner cet égaliseur. Sous Android, plusieurs modes sont proposés, sans possibilité de jouer soi-même avec les clés de fréquences. Les résultats obtenus ne sont pas dignes d’intérêt.

Motorola propose une calibration du son en fonction des performances auditives de l’utilisateur, mais les résultats ne sont guère convaincants.

Enfin, la page d’aide censée détailler l’utilisation des écouteurs affiche les consignes… pour un autre modèle.

Quelques ratés en Bluetooth

L’appairage ne pose aucun problème et la connexion Bluetooth est stable jusqu’à 10 mètres et au travers d’un plancher en bois. Je n’ai pas rencontré de problème en écoute musicale dans la rue, au milieu d’une foule. En revanche, quelques coupures se sont produites pendant les appels vocaux  avec un Xiaomi Mi 11 Lite 5G.

Audio

Les écouteurs Motorola VerveBuds 800 sont équipés de transducteurs dynamiques conventionnels, dont le diamètre n’est pas communiqué par le fabricant. Leur contrôleur Bluetooth gère les codecs audio SBC et AAC.

Configuration de test

J’ai écouté les Motorola VerveBuds 800 avec un iPhone 13 Pro Max, un Xiaomi Mi 11 Lite 5G et un Macbook Air M1, depuis Apple Music. Les différences entre chaque source sont minimes, l’iPhone délivrant néanmoins un son légèrement plus autoritaire dans le registre médium.

Globalement, ces écouteurs ne brillent pas par leur performances audio, le son étant étriqué et distant.

Signature sonore

La signature des Motorola VerveBuds 800 est ascendante et claire, particulièrement timide dans le bas du spectre. Il en résulte une sensation de déséquilibre permanent, qui flatte les contenus de type podcast, mais pas la musique, quel qu'en soit le type. Le manque d'épaisseur est gênant.

Comportement dynamique

Bonne surprise, les micro-détails de la musique écoutée sont plutôt bien rendus, ce qui participe à une certaine douceur d’écoute. Pour autant, les grands écarts dynamiques sont peu marqués, ce qui engendre assez rapidement un certain ennui, d'autant que le grave trop en retrait ne rythme pas la restitution.

Scène sonore

Ces écouteurs plantent une scène vaste et aérée, mais assez lointaine. Difficile, dans ces conditions, de s’immerger dans la musique. Autre point faible, la profondeur dans l’axe frontal est très limitée. En somme, l’auditeur n’est pas oppressé par la restitution, mais il ne pénètre jamais dans l’univers sonore des titres qu’il écoute.

Micro

L’isolation passive des écouteurs Motorola Verve Buds 800 est quelconque, ce qui réduit drastiquement la qualité des appels téléphoniques environnement bruyant. Pour bien entendre son interlocuteur, il faut donc pousser franchement le volume.

À l’inverse, les microphones de conversation font un travail de filtrage correct des bruits ambiants et l’on est bien entendu de l’interlocuteur. En revanche, il est arrivé à plusieurs reprises que la connexion se coupe pendant les appels vocaux.

Autonomie

Motorola annonce 6 heures d’autonomie et deux charges supplémentaires grâce au boîtier de rangement. Lors de mes tests avec un iPhone (AAC, 50 % du volume), j’ai mesuré seulement 4h50. Le temps de charge des écouteurs ou du boîtier est d’environ deux heures.

Prix et date de sortie

Les écouteurs Motorola VerveBuds 800 sont disponibles en coloris noir ou blanc au prix de 79 €.