Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Tesla Cybertruck : des estimations à 500 000 précommandes... qui ne veulent rien dire

Considérée comme l’un des événements les plus marquants de l’année 2019 en matière de mobilité électrique, l’intronisation du Cybertruck de Tesla le 22 novembre dernier a clairement fait son effet. Tant et si bien que le nombre de précommandes a rapidement explosé dans la foulée, pour atteindre un total de 200 000 réservations en l’espace de quelques jours seulement.

Toujours plus haut

Le site spécialisé Electrek relaie quant à lui de nouvelles estimations toujours plus impressionnantes : au moins 500 000, représentées à 17 % par la version Single Motor à 39 900 dollars, alors que les déclinaisons Dual et Tri Motor, respectivement vendues à 49 900 et 69 900 dollars, se partagent le reste du gâteau.

Si l’ensemble de ces données semble de bon augure pour l’entreprise d’Elon Musk, la prudence et la retenue restent de mise. Pourquoi ? Car une précommande correspond tout bonnement à un acompte de cent dollars transféré à l’entreprise. De un, ce faible montant peut être versé par un grand nombre de personnes suscitant une once d’intérêt pour le véhicule, et de deux, cette somme peut faire l’objet d’un remboursement à tout moment.

Qui finalisera l'acte d'achat ?

Dans l’idée, Tesla dispose d’une solide base de clients susceptibles d’acquérir son pick-up. Reste à savoir quel pourcentage de cette base finalisera véritablement l’acte d’achat. Débourser un billet de cent dollars est une chose, mais dépenser a minima 40 000 dollars en est une autre. Les livraisons prévues fin 2021 nous donneront une première idée claire de son succès, ou pas.

https://www.frandroid.com/marques/tesla/652082_tesla-cybertruck-pourquoi-son-pick-up-electrique-est-actuellement-illegal-en-europe