Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Prise en main du Xiaomi Redmi Note 9S : beaucoup de promesses

Le successeur du Redmi Note 8T est là, et il est très attendu. Nous venons de recevoir un exemplaire du Xiaomi Redmi Note 9S et, sur le papier, il offre de nombreuses mises à niveau par rapport au Note 8 T. La plus grande nouveauté, que l'on évoquera dans le test, est la présence du Snapdragon 720G. C'est vraiment un SoC tout récent, qui est censé offrir de bonnes performances avec un processeur gravé en 8 nm, mais aussi un modem compatible 4G+ (jusqu'à 4 bandes agrégées).  La prise en main consiste surtout à vous livrer nos premières impressions, nous n'avons pas encore eu le temps d'évaluer les performances du Note 9S.

Un grand et imposant smartphone

Premier constat : Il est plus long et large qu'un Galaxy S20+, le Xiaomi Redmi Note 9S est un grand smartphone (6,67 pouces de diagonale pour l'écran). Heureusement, le léger bord biseauté permet d'améliorer la prise à une main, malgré la largeur du smartphone (7,67 centimètres).

Le visuel sur le packaging pourrait faire penser que l'arrière est en finition mate, mais en réalité le dos est brillant (protégé par un traitement Gorilla Glass 5). Les appareils photo, au nombre de 4 à l'arrière, sont disposés au milieu dans un carré noir… et ils sont proéminents. Ce qui n'est pas quelque chose que je relève habituellement, néanmoins l'appareil est déjà très imposant et épais. Pourtant, le téléphone est relativement stable quand il est posé à plat sur une table.

Xiaomi a choisi d'intégrer la caméra dans un trou centré, difficile de le louper. L'écran est large, comme on l'a déjà dit, avec une dalle IPS LCD en définition Full HD+. Vraiment un écran très classique, dont la luminosité semble aux premiers abords correcte. Notez que le capteur d'empreintes digitales est situé sur le côté du téléphone, en raison des limitations encore existant sur les dalles LCD.

Soulignons la présence d'un émetteur infrarouge sur le haut de l'appareil -- vous pourrez l'utiliser avec une application tierce pour télécommander votre TV par exemple -- ainsi que la présence d'un tiroir double SIM avec un slot microSD. On retrouve également un port USB Type-C pour la charge rapide (18 Watts maximum, mais Xiaomi fournit un chargeur de 22 Watts dans la boite). L'autonomie est censée être un point fort de ce produit, avec une capacité de batterie de plus de 5 000 mAh. Il faudra néanmoins patienter jusqu'au test pour avoir confirmation.

Il tourne sous MIUI 11, nous avons choisi la version avec 4 Go de RAM, ce qui semble être le strict minimum désormais. Si le smartphone semble être fluide d'après nos premiers tests, la tâche « lanceur d'applications » a été tuée à deux reprises, ce qui montre que Xiaomi a adopté une gestion agressive de la mémoire vive de l'appareil. Il faudra observer si ce comportement n'est pas trop décevant dans un usage quotidien.

Quatre caméras à l'arrière

Comme nous l'évoquions plus haut, il y a 4 caméras à l'arrière. Le point fort de cet appareil est la présence d'un gros capteur de 48 mégapixels, capable de filmer en 4K à 30 ips. On a également un ultra grand-angle de 8 mégapixels, ainsi qu'un appareil macro de 5 mégapixels. La quatrième caméra sert seulement de support pour le mode portrait.

Sur l'interface Appareil photo, on peut shooter des photos à 48 mégapixels pour bénéficier de la capacité maximale du capteur, mais ce n'est pas une surprise en soi, étant donné que le Redmi Note 7 (capteur Samsung GM1) profitait déjà d'un capteur similaire. Avec son capteur possédant autant de pixels, Xiaomi a décidé d'implémenter un mode nuit (très en vogue), mais il faudra attendre le test pour évaluer cette capacité souvent casse-gueule à ce tarif.

Nous nous sommes amusés à comparer les photos à celles d'un Galaxy S20+ (le smartphone que j'avais en main). Évidemment, moins de détails et de piqué, mais le Redmi Note 9S se débrouille bien malgré tout. Le choix des couleurs chatoyantes chez Samsung rend compliquée la comparaison, on avait déjà remarqué ça lors du versus avec le P40.

Notez que le Redmi Note 9S ne peut réaliser des portraits qu'avec le mode grand-angle.

Les photos ci-dessous ont été réalisées avec les caméras ultra grand-angle.

Nous avons également testé le mode 48 mégapixels (11 Mo pour la photo non compressée, voir ici), mais les photos ont été redimensionnées à 4 000 pixels de largeur pour les intégrer dans cet article.

Beaucoup de promesses

Entre l'autonomie, les performances et les caméras, ce Redmi Note 9S affiche beaucoup de promesses. Nos premières impressions sont relativement positives, l'appareil est très grand, mais Xiaomi semble avoir apporté de bonnes finitions à l'ensemble. Avec son tarif agressif, il ne lui reste plus qu'à nous convaincre durant les tests.