Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du Dell XPS 13 (2020) : le nouveau mètre-étalon de la bureautique

Sur le marché des ordinateurs portables haut de gamme, le XPS 13 est depuis plusieurs années une référence qui allie performances, autonomie et design soigné. Cette année, le Dell XPS 13 (2020) s'équipe du tout nouveau processeur Ice Lake d'Intel (10e génération), gravé en 10 nm (contre 14 pour la génération précédente). Quel en est le gain en performances et en autonomie ? La chauffe est-elle contenue ? Les améliorations sur le design sont-elles efficaces ? Voici notre avis complet sur la question.

Ce test a été réalisé avec un ordinateur portable qui nous a été prêté par Dell. Il s'agit d'une configuration Intel Core i5-1035G1.

Fiche technique du Dell XPS 13 2020

Un design qui repousse les bordures

Sur le modèle 2019, on pouvait critiquer l'absence de prise de risque de Dell qui recyclait en grande partie le design de son PC portable précédent. Il semblerait que 2020 soit l'année du renouveau et on découvre ici des choix pertinents, sans fausse note et répondant à la fois à des questions esthétiques qu'à des demandes ergonomiques.

Le châssis est toujours en aluminium avec un revêtement en fibre de carbone pour le noir ou en fibre de verre tissée pour le blanc. Cela lui permet de ne peser que 1,2 kg (1,27 kg pour les modèles tactiles) et de proposer des repose-poignets confortables qui évitent les sensations de chaud, de froid, ou de conduction électrique. C'est là la signature habituelle de Dell, et il aurait été étonnant que cela change tant c'est agréable. La différence de matériau, et donc de couleur, est tout de même facturée 100 euros de plus pour ceux qui préfèrent les teintes claires, mais cela peut se comprendre sachant que le revêtement noir a tendance à marquer.

Dans l'ensemble, les dimensions restent similaires avec seulement 7 mm de plus en largeur et 3 en épaisseur. C'est au niveau des bordures d'écran en revanche que l'on note immédiatement une différence. Adieu l'énorme zone inutilisée sous l'écran et le logo Dell, la dalle recouvre désormais la plus grande partie de la zone, avec de fins bords quasi uniformes. La caméra, qui avait migré sur le haut de l'écran sur la dernière génération pour éviter les plans "narines" lors des conf calls, n'a pas bougé et retrouve au passage sa technologie de reconnaissance faciale pour Windows Hello.

Ainsi positionné, le capteur est rapide à l'identification et accompagne l'ouverture du PC, permettant de se retrouve sur son bureau d'un geste en toute sécurité... Sauf si comme moi vous avez la mauvaise habitude d'ouvrir le capot par le centre et donc de mettre machinalement votre pouce devant la zone dédiée à la webcam et l'identification.

On notera par ailleurs que Dell se veut écoresponsable et promet que son nouvel ordinateur est exempt de cadmium, de plomb, de mercure et de certains phtalates en plus d'être recyclable à 90 %.

Une connectique de plus en plus réduite

Sur les tranches du Dell XPS 13 (2020), on retrouve les deux ports USB-C Thunderbolt 3 -- un de chaque côté, avec 4 lignes PCIe Gen 3 chacun --, un slot microSD et une prise combo jack. Par rapport à l'année dernière, on perd donc le port USB-C 3.1, qui pour le coup était un peu déroutant.

La marque justifie ce choix en expliquant que la nouvelle ingénierie du PC l'a poussé à réduire le nombre de connectiques et que ses clients sont de toute façon habitués désormais à utiliser des dongles. Il est vrai qu'avec deux ports USB seulement, on ne saurait que trop vous conseiller de vous équiper d'un petit hub USB-C capable de connecter n'importe quoi à l'ordinateur, que ce soit un écran, un périphérique USB-A, une carte SD ou encore un câble Ethernet. Pour dépanner, vous trouverez tout de même un adaptateur USB-C / USB-A dans la boite.

À défaut de pouvoir y brancher votre câble pour vous connecter à Internet, vous pourrez toujours profiter du WiFi 6 si votre box le permet.

Le clavier devient bord à bord

L'autre bonne nouvelle de cette génération, c'est l'élargissement du clavier. Il prend désormais la quasi-totalité de la largeur du châssis, ce qui est à la fois très élégant, mais aussi très confortable à l'usage. On notera au passage que le bouton d'alimentation se fond désormais au clavier dans le prolongement des touches de fonction, juste au-dessus du retour.

C'est discret et cela permet d'intégrer le lecteur d'empreinte. Ce dernier est d'ailleurs extrêmement réactif et ne rate jamais, ce qui n'était pas forcément le cas sur le modèle de 2018, mais avait été corrigé depuis. On n'en espérait pas moins sur un appareil de cette gamme en 2020.

La disposition du clavier a aussi légèrement changé avec la disparition des touches de fonction rapide de recherche et de changement de fichier multimédia. Cela permet de remonter sur les touches F6 et F7 les boutons de réglages de la luminosité de l'écran, ce qui est tout de même un peu plus pratique d'accès que sur les flèches directionnelles.

On remarque d'ailleurs que ces dernières ont légèrement changé de forme. Page Up et Page Down sont désormais des fonctions alternatives des flèches haut et bas, tandis que les flèches gauche et droite prennent la totalité de la hauteur de la ligne de touches, ce qui les rend beaucoup plus accessibles.

À la frappe, le clavier a juste la résistance et le rebond que l'on attend d'un clavier sur un ordinateur portable en 2020, et n'est pas particulièrement sonore.

Un touchpad agréable

Le touchpad en verre a pour sa part été agrandi de 17 % par rapport à l'année dernière. Cassim écrivait à propos du cru 2019 que « le touchpad aurait gagné à prendre plus de largeur », voilà qui est fait !

La glisse est parfaitement fluide, sans accroc, la sensibilité est bonne et le clic est franc et se se fait sans effort. Si l'on veut ergoter un peu, on dira qu'il produit un "toudou" plutôt sonore lorsqu'on appuie dessus, mais c'est là de l'ordre du détail et certains apprécieront ce retour très franc sous leurs doigts.

Un magnifique écran très lumineux

Il existe plusieurs configurations d'écran pour ce nouveau XPS 13, en FHD+ (1900 x 1200 pixels) ou UHD+ (3840 x 2400 pixels), avec des variantes tactiles ou non. Le modèle testé ici est le Full HD+ non tactile.

Au premier regard, l'écran est vraiment magnifique et très lumineux. Il s'agit d'une dalle mate qui reflète très peu ce qui se trouve en face d'elles. Travailler dos à une fenêtre très éclairée ne dérange pas le moins du monde.

Sous notre sonde, cet écran aura révélé une luminosité de 416 cd/m², ce qui est supérieur au modèle de 2019, mais aussi un contraste de 2303:1, ce qui est une nette progression par rapport aux 1408:1 atteints en 2019.

On note également une reproduction plus large du spectre colorimétrique avec 112 % de la plage sRGB couverte et 75 % de la plage DCI-P3 (soit 5 % de plus que l'année dernière). La calibration d'usine pourrait en revanche être meilleure. En effet, le point blanc se situe autour de 7150 K -- contre 6500 K pour l'idéal -- et le delta E2000 par rapport à la plage DCI-P3 est de 4,8, ce qui est légèrement moins précis que sur le refresh de début d'année.

Que ce soit pour naviguer sur Internet, regarder des films ou travailler, le XPS 13 est un véritable plaisir à regarder. Attention néanmoins aux photographes et créateurs de vidéos : les angles de vision permettent une excellente lisibilité, mais on constate une légère différence de teinte assez rapidement. Rien de bien grave ni de bien anormal sur cette gamme de produits, mais cela reste important à souligner.

La disparition des bloatwares

À l'achat, deux configurations sont disponibles pour ce Dell XPS 13 : sous Ubuntu (Linux 18.04) ou Windows 10 Famille 64 bits. C'est la seconde que nous avons reçu pour ce test et il faut avouer que nous avons été très agréablement surpris par la légèreté du système de Dell.

Alors que les anciens modèles étaient vendus sans le moindre ajout, on a vu apparaître sur les générations récentes de XPS 13 quelques partenaires comme McAfee. Ici, ce n'est plus le cas. On revient sur une version épurée de Windows 10, sans ajout indésirable. On retrouve bien dans son menu quelques éléments installés par défaut par le système de Microsoft, comme Candy Crush Saga, mais ils se retirent en quelques clics seulement et ce n'est pas là du ressort de Dell.

Dell de son côté se contente d'installer sa suite logicielle personnelle, dont Mobile Connect, désormais un peu redondant pour prendre la main sur son smartphone depuis son ordinateur, mais aussi des outils plutôt bienvenus de gestion d'alimentation, du son ou de l'image ou d'informations concernant l'ordinateur.

Des performances taillées pour le bureau

Le modèle testé ici est équipé d'un processeur Intel i5-1035G1 couplé à 8 Go de RAM LPDDR4x et 512 Go de stockage en SSD M.2 PCIe NVMe. Il s'agit là d'une architecture Ice Lake (10e génération) cadencée à 3,6 GHz, passant donc d'une gravure de 14 à 10 nm pour une meilleure efficience.

Quoi qu'il en soit, ce XPS 13 (2020) n'a eu aucun mal à suivre ma cadence de travail, avec de nombreux onglets ouverts au travers de plusieurs bureaux virtuels et un peu de retouche d'image via Affinity Photo.

Sur Cinebench R20, l'ordinateur portable atteint 1500 points, frôlant ainsi les résultats de l'Intel i7 4850HQ. À pleine puissance, le CPU n'a aucun problème à faire tourner tous les éléments du quotidien, mais on notera que le problème de ventilation n'est toujours pas réglé. S'il n'a aucun problème à faire tourner quelques onglets Chrome en silence, il monte rapidement dans les tours dès qu'on sollicite un peu son GPU. Si ce n'est pas un problème au quotidien tant il ne chauffe pas beaucoup, il a tendance à faire un bon boucan lorsqu'il est au bout du bout.

Son SSD PCI Express 3.0 (x4) se montre également à la hauteur des attentes. Il obtient des résultats similaires à ceux du refresh de début d'année, mais avec de bien meilleures performances en lecture et écriture séquentielle.

Bien sûr, il ne s'agit pas d'un ordinateur pour gamers et son format d'ultrabook ne lui permet pas vraiment d'intégrer un GPU digne de ce nom. Il faut donc compter sur le GPU intégré. L'un des gros avantages de cette 10e génération d'Intel est l'arrivée d'un nouveau GPU Iris Plus, censé être capable de faire tourner certains jeux 3D dans de bonnes conditions.

Malheureusement, on ne le retrouve que sur les configurations i7. Sur notre i5, nous avons droit à un GPU Intel UHD, dont les performances sont environ deux fois moins élevées. Il faudra donc se contenter sur cette mouture des jeux moins gourmands.

Sur Fortnite par exemple, avec les préréglages de qualité au minimum, le jeu souffre de violentes chutes de FPS, amenant l'action à 2 FPS lors des scènes les plus mouvementées, malgré une bonne moyenne autour des 25-30 FPS en temps normal. Ce n'est pas injouable, mais il sera clairement difficile de ne pas ressentir une frustration de perdre certaines parties sur des ralentissements.

Webcam et audio : le point faible

Malgré tous ces bons points, le Dell XPS 13 n'atteint pas la perfection. Parmi les défauts, on peut notamment citer la webcam 720p. Une image étant plus parlante que mille mots, autant passer directement au résultat :

Test webcam Dell XPS 13 2020

Bien qu'étant face à la fenêtre, et donc bien éclairé, on voit que mon visage n'est pas net et que le bruit va jusqu'à modifier la forme de mon crâne. Bref, tant que vous restez en petit dans une fenêtre de vidéoconférence à 15, ça ira, mais n'espérez pas faire de l'art avec. On imagine que pour réussir à la positionner dans des bordures aussi fines, il était nécessaire de réduire autant que possible la taille du capteur.

Pour les haut-parleurs, on a deux enceintes stéréo situées sur le dessous du châssis, sur une partie légèrement courbée pour éviter l'étouffement sur une surface plane, ce qui du coup ne fonctionne pas parfaitement dès lorsque que l'on pose son ordinateur ailleurs que sur son bureau. Au hasard, sur ses jambes, puisque les anglophones ont l'habitude d'appeler ce genre d'appareils des laptops (littéralement : sur les genoux).

Le son en lui-même est loin d'être atroce, mais on aurait pu s'attendre à un peu mieux pour un ordinateur de cette trempe. À plein volume, le son est un peu distordu et on aura donc plutôt tendance à rester autour de 80 % au maximum pour une écoute musicale. On aurait également apprécié quelques basses supplémentaires et une meilleure distinction des fréquences dans les aigus et les médiums, qui ressortent un peu étouffés de l'ensemble, ce qui rend les voix moins distinctes que ce que l'on aurait aimé, aussi bien dans les musiques que dans les films.

Une bonne autonomie

Ce Dell XPS 13 embarque une batterie de 52 Wh qui lui permet de tenir en théorie plus d'une dizaine d'heure. Sur PC, on sait néanmoins tous que la théorie a ses limites tant le moindre usage peut facilement impacter significativement sur l'autonomie.

Sur de l'utilisation multimédia par exemple, en regardant de la vidéo sur Netflix en Wifi, 3h20 d'utilisation ne lui font perdre que 30 % de batterie, ce qui est une excellente moyenne. Sur un usage plus mixte, avec plusieurs onglets Chrome ouverts, un peu de retouche photo légère et une navigation constante, la jauge descend bien plus rapidement. Il m'aura fallu en moyenne 4h30 à ce rythme pour atteindre les 20 % et le passage en mode économie d'énergie et une heure supplémentaire pour vider complètement l'accumulateur.

La charge quant à elle se fait via le chargeur USB-C 45 W habituel de la gamme. Comptez donc environ 2 heures pour une recharge complète.

Prix et disponibilité du Dell XPS 13 (2020)

Le Dell XPS 13 9300, ou « Nouveau 13" » est disponible sur le site du constructeur à partir de 1529 euros dans sa première configuration (i5, écran Full HD, 512 Go de stockage). Les tarifs s'envolent jusqu'à 2200 euros pour le modèle le plus costaud (i7, écran tactile 4K, 1 To).