Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Voici la raison pour laquelle les MacBook Pro n'ont pas Face ID (malgré l'encoche)

Depuis l'annonce des MacBook Pro 14 pouces et 16 pouces, nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi Apple a ajouté une encoche. D'autant que celle-ci n'apporte même pas Face ID, la technologie de reconnaissance faciale de l'iPhone avec elle.

Apple apporte enfin un élément de réponse sur ce point, à l'occasion d'une série d'entretiens avec le Wall Street Journal (via 9to5Mac). À en croire Tom Boger, vice-président d'Apple chargé du marketing des Mac et iPad, la firme d'aurait pas forcément l'intention d'ajouter Face ID dans les prochaines versions du MacBook Pro, contrairement à ce que peut laisser penser l'arrivée de l'encoche.

Touch ID suffit

Le vice-président considère que Touch ID suffit amplement. Selon lui :

Autre interrogation qui revient parfois à propos des MacBook Pro : pourquoi ne pas avoir ajouté un d'écran tactile ? Là-dessus, c'est John Ternus, vice-président senior de l'ingénierie matérielle de la marque, qui esquive la question :

Par saisie indirecte, l'ingénieur veut parler d'un clavier et d'une souris tout simplement, vu comme une manière plus indirecte d’interagir avec un ordinateur qu'une utilisation tactile.

Lueur d'espoir pour les réparateurs tiers

Du bout des lèvres, Tom Boger a également répondu au Wall Street Journal à propos des réparateurs indépendants. Ceux-ci prennent souvent en charge les MacBook et appareils Apple non couverts par AppleCare, mais leur travail est souvent compliqué par des soucis d'approvisionnement en pièces « officielles » et un manque de partage d'informations de la part d'Apple. L'exécutif a confirmé qu'Apple « travaille dans ce domaine » sans détailler davantage.

On ne sait par exemple pas si l'entreprise compte agrandir son réseau de réparateurs agréés, ou encore si elle prévoit ou non de faciliter la tâche des réparateurs tiers en leur proposant des pièces ou des formations.