Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

6 mois avec le Vivo X60 Pro : il mériterait d'être plus connu

Six mois avec un smartphone, ça laisse le temps de l’apprivoiser, de le connaître en profondeur, d’aimer ses qualités et de composer avec ses défauts. Bref, c’est un laps de temps qui permet de dégager un avis relativement objectif et d’exposer un point de vue avec du recul. C’est exactement ce que nous allons faire avec le Vivo X60 Pro.

De sa prise en main à ses performances en passant par sa qualité photographique, son écran et son autonomie, voici les prestations proposées par le porte-étendard du catalogue Vivo. Un appareil mobile haut de gamme aux nombreuses qualités et aux défauts peu nombreux, qui m’a clairement comblé durant une demi-année.

Design et écran, what else

L’un des points forts du Vivo X60 Pro réside dans son format : j’ai été particulièrement satisfait de sa prise en main grâce à son épaisseur de 7,6 mm — moyenne basse — et son poids contenu de 179 grammes. C’est un atout à prendre en compte, qui fait une véritable différence comparé à des téléphones plus massifs.

Et avouons-le : croiser des appareils plus lourds et plus épais est aujourd’hui monnaie courante. Ayant des mains relativement petites, c’est selon moi un atout non négligeable. Certes, la taille de sa dalle — 6,56 pouces — est grande, mais elle permet d’avoir une belle surface d’affichage pour consommer du contenu et surfer sur les réseaux sociaux.

Au moment de changer de téléphone pour des tests plus court termes, la différence est réelle selon les dimensions du produit. Mais elle se ressent. Attention aussi à la fragilité du Vivo X60 Pro : sans coque, il peut facilement se briser. Il profite d’une protection Schoot Xensation Up à l’avant et à l’arrière, qui n’est pas indestructible.

Pour les gens maladroits comme moi, l’accident est vite arrivé : ce fut d’ailleurs le cas, puisque l’écran et la façade arrière se sont fendus après une chute inopinée. Bref, privilégiez une coque de protection des deux côtés, c’est plus sûr.

L’écran incurvé apporte quant à lui un véritable confort de visionnage : certains aiment, d’autres pas. Je fais partie de la première catégorie. En revanche, l’absence de haut-parleurs stéréo est un vrai manque qui m’a à la longue frustré, surtout après avoir manipulé le Xiaomi Mi 11 pendant cinq mois, qui offre une très bonne expérience sonore.

Lorsque vous regardez une vidéo en mode portrait, il arrive de boucher la seule grille haut-parleur qui se situe sur la tranche inférieure. Ce n’est pas l’idéal.

Pour le reste, je n’ai strictement rien à reprocher à l’écran du Vivo X60 Pro, malgré son calibrage perfectible lors de nos relevés techniques il y a six mois. Finalement, vous n’y faites pas attention en usage : mieux, vous n’y voyez que du feu.

Une bonne interface logicielle, mais pas parfaite

L’interface logicielle est probablement le point le plus clivant de mon expérience. Au fond, elle n’a pas de défauts rédhibitoires, mais des manques subsistent à mes yeux. Encore une fois, cet avis est subjectif et ne sera peut-être pas partagé par tout le monde.

Le plus gros point noir réside dans sa gestion de la domotique, que je n’ai pas trouvé pratique. Android 11 permet de jouer avec la luminosité de ses ampoules connectées en restant appuyé sur le bouton de mise en veille pendant plusieurs secondes. C’est trop long par rapport à mes attentes.

À chaque fois, j’ai donc dû déverrouiller mon téléphone, accéder à l’application Google Home ou Philips Hue, puis activer telle ou telle fonctionnalité. Je ne vous cache que le Centre de contrôles de MIUI m’a clairement manqué : avec, un simple glissement de doigt du haut vers le bas, sur la partie droite de l’écran, permet de tout gérer.

Aussi, la gestion des groupes d’applications tend à me frustrer : si vous rangez 8 applications dans un même groupe, seule l’icône de quatre d’entre elles maximum apparaîtra sur votre interface. Là où d’autres OS s’adaptent et affichent tout.

Mais dans l’ensemble, FunTouch OS vous comblera et ne posera aucun problème : ce fut un réel plaisir à utiliser. Le seul petit bug rencontré concerne les applications en arrière-plan, auxquelles je n’avais plus accès par moment. Il suffit dans ce cas là de verrouiller le téléphone et de le rouvrir pour régler le problème. Rien de très compliqué.

À l’heure d’écrire ces lignes (fin décembre), la dernière mise à jour de sécurité datait du 1er novembre 2021. Mais bonne nouvelle : une nouvelle MAJ est arrivée le 28 décembre. Vivo va d'ailleurs déployer des correctifs mensuels, selon ses dires, pendant 3 ans. C'est ici un bon suivi logiciel.

Des photos qui flattent votre rétine

Oui, le Vivo X60 Pro est un smartphone qui a tendance à saturer les couleurs pour les rendre pétantes. Avouons-le : c’est un petit plaisir que l’on aime et qui flatte la rétine et celle de votre famille et vos amis. Mais l’appareil va plus loin et propose une véritable qualité photographique avec un excellent niveau de détail et une gestion de la dynamique au poil.

Pour des photos de personnes ou de paysages, les rendus sont plaisants à regarder et à poster sur les réseaux sociaux. C’est la vraie belle surprise de ce téléphone, qui est même devenu le photophone officiel de mon groupe d’amis. Ci-dessous, voici une petite sélection de clichés capturés avec le capteur principal de 48 mégapixels.

L’ultra grand-angle est quant à lui un excellent allié pour capturer des scènes élargies de paysage : je ne me suis pas fait prier pour l’utiliser et apprécier les rendus finaux. Les coins inférieurs perdent certes en détail, mais le reste de la photo reste très exploitable et nette.

Le grossissement optique x2 a probablement été mon joujou préféré durant les six derniers mois, avec des résultats qui ne m’ont rarement déçu. En revanche, en faible luminosité (photo n° 4), le capteur se perd avec un piqué moins présent. Privilégiez les prises de vue en environnement bien éclairé.

Le combo fatal reste le zoom optique x2 associé à un mode portrait de toute beauté. Les couleurs vives et le bokeh à la fois puissant et bien géré permettent de très bien mettre en valeur votre sujet, qui doit bien rester statique. Sur des animaux, c’est un poil plus compliqué parfois : il faut s’y prendre à plusieurs reprises.

Terminons ce tour de propriétaire avec les seflies, qui occupent aujourd’hui une belle partie de notre galerie photos. Le capteur avant de 32 mégapixels est ici un compagnon idéal pour des égoportraits de très bonne qualité. Là encore, je n’ai jamais vraiment été déçu.

Performances au top, autonomie classique

Je serai bref et concis pour évoquer les performances de ce téléphone : avec 12 Go de RAM et le Snapdragon 870 de Qualcomm, c’est tout simplement une belle bête de course capable de tout faire tourner. N’étant pas un gamer, je n’ai jamais eu à me plaindre sur les autres tâches. Un sans faute selon moi.

L’autonomie du Vivo X60 Pro est peut-être légèrement en deçà du reste, sans non plus être catastrophique : disons que brancher son téléphone avant de se coucher est une nécessité, puisque chuter sous la barre des 20 ou 15 % est relativement courant avant de dormir. Même si, au fond, on ne sent jamais en manque de batterie au cours d’une journée.

Par contre, la charge de 33 W sauve bien la mise. Certes, d’autres téléphones font mieux à prix-là, mais le bloc de ce Vivo est suffisamment véloce pour récupérer quelques pourcentages avant de partir en soirée par exemple. Dans l’ensemble, c’est très satisfaisant.

Mon avis sur le Vivo X60 Pro

Le Vivo X60 Pro est un excellent téléphone à bien des égards : il excelle dans beaucoup de domaines (design, écran, photos, puissance) et profite d’un succulent équilibre lorsque l’on prend de la hauteur. Oui, la partie logicielle peut être améliorée sur certains points, tout comme la batterie : mais ses petits « défauts » ne sont clairement pas rédhibitoires.

L’élément le plus gênant au moment de sa sortie était en fait son prix : 800 euros, qui est une somme non négligeable pour le grand public. Sauf que depuis, des réductions ont été appliquées par les sites e-commerces. La Fnac le brade même à 600 euros : à ce tarif et avec les prestations qu’il propose, c’est tout simplement une affaire en or.

Le Vivo X60 Pro mérite d’exister et d’être connu par le grand public : il ne faut clairement pas le sous-estimer.