Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test du OnePlus 10 Pro : la séduction, pas le coup de foudre

Au moment où nous publions ce test complet du OnePlus 10 Pro, cela fait en réalité déjà quelques mois que le smartphone a été lancé en Chine. Cependant, il a pris son temps pour débarquer en France (et plus globalement en Europe). Nous pouvons enfin voir ce que le smartphone a sous le capot et vous faire part de notre avis détaillé à son sujet.

Mérite-t-il d'être appelé « Pro » ? Se démarque-t-il avec un atout particulier sur le marché assez particulier du haut de gamme ? Voici quelques questions auxquelles nous apportons des éléments de réponse.

Notre test en vidéo

Fiche technique

Ce test a été effectué sur un smartphone prêté par OnePlus.

Un dos qui ne laisse pas indifférent

Le OnePlus 10 Pro n'attirera pas votre attention avec sa face avant somme toute classique puisqu'elle consiste essentiellement en un écran percé dans le coin supérieur gauche. Le genre d'esthétique bien connue qui fonctionne sans surprendre. Malgré cela, le téléphone a quelques atouts dans sa manche pour se distinguer.

Signalons d'abord la prise en main agréable permise par des angles arrondis agréablement travaillés et un poids contenu malgré la taille assez grande du OnePlus 10 Pro. Ce dernier affiche en effet 200,5 grammes sur la balance. C'est à la fois suffisamment lourd pour être réconfortant dans la paume et assez léger pour ne pas créer de douleur aux phalanges.

En outre, le traitement de la face arrière ne laisse pas indifférent, je l'ai trouvé vraiment réussi. Satiné sans être glissant, sableux sans être râpeux. Je ne suis pas sûr cependant que tout le monde apprécie la sensation sous le doigt. Le mieux serait éventuellement d'aller prendre en main le smartphone en magasin ou tout simplement d'investir dans une coque.

En continuant le tour du propriétaire, on ne pouvait pas passer à côté du module photo. Il fait clairement penser à des plaques de cuisson, mais le bloc a le mérite d'être finement intégré : il ne dépasse presque pas en relief et ne rend donc pas le téléphone trop bancal ou déséquilibré.

On appréciera aussi l'Alert Slider sur la tranche gauche. Ce loquet est l'une des signatures de OnePlus depuis plusieurs années et permet d'alterner facilement entre les modes sonnerie, vibreur et silencieux. Simple, efficace.

Par ailleurs, le OnePlus 10 Pro voit ses autres boutons physiques (volume et déverrouillage) se placer assez bas pour être facilement accessibles, même pour les petites mains.

Enfin, un petit bémol est à signaler, même il ne s'est pas manifesté pendant notre test. Mis à rude épreuve lors d'un test de durabilité du YouTubeur JerryRigEverything, le OnePlus 10 Pro a montré qu'il pouvait se plier avec un peu trop de facilité. Ce n'est pas rassurant. Toujours sur la solidité, soulignons la présence de verre Gorilla Glass Victus à l'avant et Gorilla Glass 5 à l'arrière. Pour l'étanchéité, un joint placé sur le tiroir de cartes SIM indique que le téléphone ne devrait pas trop craindre l'eau. Cependant, la marque n'a pas apporté une certification IP68 pour officialiser cela. À près de 1000 euros, ça fait un peu mal.

Un écran qui ne trahit pas les couleurs

Depuis plusieurs années, les smartphones phares de OnePlus goûtent à l'AMOLED. Celui-ci ne fait pas exception à la règle (et c'est tant mieux). On retrouve donc un contraste parfait sur le OnePlus 10 Pro grâce aux pixels noirs éteints. Au-delà de ça, on a droit ici à une grande diagonale de 6,7 pouces avec une définition maximale QHD+. Notez que, pour préserver la batterie, le téléphone est paramétré par défaut en Full HD+. Sans surprise, le smartphone se dote aussi d'un mode 120 Hz adaptatif pour une belle fluidité.

Au quotidien, j'ai vraiment beaucoup apprécié la qualité globale de cette dalle avec un étalonnage des couleurs toujours assez précis pour des teintes agréables à l'œil sans tomber dans l'excès. Mais nous avons évidemment sorti notre sonde et le logiciel CalMan de Portrait Displays pour l'éprouver. L'occasion de voir que la luminosité maximale pointe à 747 cd/m². Ce sera largement suffisant pour la très grande majorité des situations, mais plusieurs appareils premium savent aller plus haut. Pas de souci à pointer du doigt sur la sensibilité du capteur de luminosité ambiante.

Nos mesures montrent aussi que la gestion des couleurs représente à la fois la grande force et ses principales limites de l'écran. Au premier démarrage, le OnePlus 10 Pro est réglé sur un mode vif qui booste les tonalités. Cela permet de couvrir à hauteur de 146 % l'espace sRGB. Plus vaste et difficile à appréhender, le DCI-P3 est quant à lui couvert à 98 %. L'essentiel est donc assuré, mais on a déjà vu des dalles capables de proposer une meilleure pluralité sur des segments de prix comparables.

Or, ce que le OnePlus 10 Pro perd en diversité des couleurs, il le récupère en fidélité comme en témoigne le Delta E moyen sur le DCI-P3 qui tourne aux alentours de 3,9, alors que le palier idéalement visé pour cet indice se situe à 3. Ce constat n'est déjà pas mal du tout, mais il s'améliore si vous passez le smartphone sur le mode d'écran Pro avec l'option Cinématique. Avec cette astuce, vous faites tomber le Delta E moyen sur DCI-P3 à seulement 1,92. C'est tout bonnement excellent. En contrepartie, on a des espaces colorimétriques encore moins bien couverts.

N'hésitez donc pas à affiner à votre guise les réglages de l'écran pour trouver le meilleur équilibre pour vous. On notera au passage que la température des couleurs est d'un peu moins de 7200 K avec le mode vif, ce qui montre que le blanc tend un peu vers des teintes bleutées dans ces conditions. Avec le mode Pro réglé sur Cinématique, on tourne à 6425 K et on est donc beaucoup plus proche de l'idéal visé à 6500 K.

OxygenOS à la sauce ColorOS

Le OnePlus 10 Pro tourne sous Android 12 avec l'interface OxygenOS. Interface qui a connu moult chamboulements récemment. Dans la continuité du rapprochement entre les marques cousines OnePlus et Oppo, leurs expériences logicielles respectives OxygenOS et ColorOS ont fusionné… plus ou moins. Elles partagent le même code de base -- autrement dit, le même socle --, mais promettent de garder quelques spécificités pour se distinguer.

OyxgenOS 12 veut ainsi être l'interface axée sur les performances et la fluidité pour séduire un public un chouia plus technophile que ColorOS, davantage tournée vers la richesse des personnalisations. Dans les faits, OxygenOS ressemble quand même beaucoup à ColorOS. L'organisation du menu dans les paramètres est quasi identique. Il n'y a que la toute dernière entrée en bas qui change : « Astuces et support » chez OnePlus, « Informations légales » chez Oppo. Les options d'écran ou de bien-être numérique par exemple sont également les mêmes d'une interface à l'autre.

Cependant, il y a des différences notables. Celle qui saute le plus aux yeux réside dans le design des icônes, OnePlus parvient ici à préserver une certaine identité visuelle. En outre, certaines fonctionnalités sont disponibles sur OxygenOS et pas sur ColorOS… et inversement. Le OnePlus 10 Pro propose ainsi un mode Shelf : avec un glissement depuis le coin supérieur droit de l'écran, on affiche une sorte de tableau de bord permettant d'accéder à une barre de recherche ou de consulter rapidement le nombre de pas effectués, des infos sur la météo, les dernières notes, des raccourcis vers des apps, la consommation de données mobiles, etc. Il y a même un widget pour accéder à Spotify.

Une autre option « Work Life Balance » permet de paramétrer de gérer plus précisément la réception de notifications en paramétrant un profil qui s'activera pendant vos horaires de travail. Pendant la journée vous ne serez dérangé que par les alertes importantes.

Pour transformer l'expérience visuelle, vous pouvez vous tourner vers l'option « Canvas » qui permet de personnaliser l'écran Always-on du OnePlus 10 Pro. L'idée est simple : vous choisissez une photo dans votre galerie et le système va la dessiner en ne gardant que les lignes essentielles. Le croquis engendré s'invite ensuite sur votre écran éteint. C'est plutôt rigolo.

Notez aussi que le mode sombre propose trois niveaux d'intensité. Si vous le souhaitez, vous pouvez donc faire en sorte que l'assombrissement de l'interface se rapproche plus du gris clair que du noir complet. On perd cependant l'intérêt de la fonction pour la préservation de la batterie. Sur écran AMOLED, les pixels noirs sont en effet éteint, ce n'est pas le cas pour les gris.

Il y a des fonctionnalités intéressantes à signaler, mais l'interface d'OxygenOS est aussi frustrante à certains égards. En effet, malgré son rapprochement avec ColorOS, l'interface de OnePlus ne goûte pas à la meilleure fonction d'Android 12, celle qui permet d'adapter la couleur du système en fonction du fond d'écran. Chez Oppo, cette option est bien fagotée en plus, mais là sur le OnePlus 10 Pro, il faudra vous contenter d'une palette classique composée d'une petite poignée de couleurs. C'est un peu tristounet.

Néanmoins, on reconnaitra volontiers à ce OnePlus 10 Pro que l'interface est vraiment rapide et fluide. Couplé à l'écran 120 Hz, c'est un vrai petit plaisir. Notez aussi que vous ne devriez pas avoir de souci pour capter des flux HD sur vos services SVoD préférés. En effet, en intégrant le DRM Widevine L1, le smartphone s'arroge ce privilège (L1 est le niveau de sécurité le plus élevé de Widevine).

Des haut-parleurs convaincants

Les haut-parleurs du OnePlus 10 Pro sont suffisamment puissants si vous avez besoin d'une enceinte de fortune qui fait bien l'affaire -- mais n'espérez évidemment pas assurer l'ambiance lors d'une sauterie avec votre téléphone. Notez quand même que le haut-parleur du haut agit surtout en soutien. C'est surtout la grille du bas qui poussera réellement la chansonnette.

Sur la qualité audio en elle-même, la formule est assez classique. Les voix sont très bien retranscrites, les aigües restent bien présentes, mais pour les basses, il faut tendre l'oreille. Si vous utilisez le smartphone avec un casque ou des écouteurs -- sans prise jack -- vous pourrez profiter de l'option Dolby Atmos pour renforcer le côté « englobant » de la musique. Vous pouvez par ailleurs paramétrer quelques profils préréglés pour ajuster le son à votre guise. Enfin, sachez que le OnePlus 10 Pro prend en charge les codecs audio aptX, aptX HD, LDAC et AAC.

Une expérience photo complète et satisfaisante

À l'arrière, le OnePlus 10 Pro se dote de trois caméras. On a ainsi un capteur de 48 mégapixels pour le grand-angle, 50 mégapixels pour les prises de vue en ultra grand-angle et 8 mégapixels pour du zoom optique x3,3. Rappelons au passage que les performances photo ont profité de l'expertise du spécialiste en la matière, Hasselblad.

Dans les faits, on sent clairement que la photo n'est plus le même point noir qui pouvait sévir autrefois sur les smartphones OnePlus. Un beau chemin a été parcouru depuis et ce OnePlus 10 Pro est donc vraiment bon en photo. Simplement, dans le piqué ou la précision des détails, on sent qu'il y a encore un cap à franchir pouvoir vraiment batailler contre des modèles premium.

Ne boudons pas notre plaisir : la qualité des photos est vraiment au rendez-vous.

Je me permettrai juste une légère digression. J'ai tendance à prendre les photos de bâtiments en ajustant un peu la mire vers le haut. J'aime essayer de capturer l'ensemble de l'édifice. Or, rarement j'ai vu sur un smartphone des perspectives aussi chamboulées par ce mouvement. Dans ces conditions, sur le OnePlus 10 Pro, on ressent vraiment à quel point les buildings et monuments convergent vers le même point de fuite. Attention, ce n'est pas de la distorsion optique, car les lignes droites restent droites. C'est vraiment juste un effet d'optique, mais j'ai vraiment l'impression que ce phénomène est moins atténué sur cet appareil que sur d'autres modèles. Résultat : on a l'impression sur certains clichés que les monuments sont inclinés à la manière d'une tour de Pise.

De nuit, le OnePlus 10 Pro réussit à maintenir une belle qualité d'image. On perd forcément en netteté, mais cette dégradation reste bien maîtrisée. Vrai bon point : le téléphone réussit à bien gérer les sources de lumière pour esquiver les lens flare disgracieux.

Si vous êtes confronté à une scène particulièrement obscure, pas de souci, le mode nuit vient à la rescousse. Pas de solution miracle en vue, mais cette fonction permet très clairement de déboucher certaines zones d'ombre. Donc c'est efficace.

Moins efficace, le mode 48 Mpx affine en effet quelques détails, mais l'option est avant tout anecdotique.

En ce qui concerne l'ultra grand-angle, le OnePlus 10 Pro maintient un bon niveau de qualité. En zoomant dans les images, on ressent bien cependant qu'il y a un déficit visible en termes de netteté. Cela s'accentue forcément en faible luminosité. En outre, de jour comme de nuit, la balance des blancs peut être radicalement différente de celle des clichés en mode grand-angle classique.

Notez que ces photos ultra grand-angle sont par défaut à 110 degrés. Il existe cependant une option pour monter à un champ de vision à 150 degrés pour capturer davantage d'éléments dans la scène. En faisant cela, vous devrez accepter l'ÉNORME distorsion optique où les lignes censées être droites partent dans des courbes folles. C'est avant tout un gadget.

Autre gadget : l'effet Fisheye qui est rigolo dans l'ensemble et qui devient carrément hilarant lorsqu'il s'agit de prendre en photo un visage.

Le téléobjectif x3,3 propose un grossissement optique assez particulier, ni x3 ni x5. Cela ne l'empêche pas de proposer une belle qualité d'image. Pas besoin de s'épancher en long, en large et en travers. C'est satisfaisant.

Il en va de même pour le mode portrait. Si on peut toujours pinailler en pointant du doigt quelques cheveux mal interprétés par l'algorithme, ce mode de prise de vue réussit surtout à se montrer précis dans l'ensemble. Il n'en fait pas des caisses pour forcer le flou d'arrière-plan et vous avez la main sur l'intensité de cet effet bokeh. On aime bien.

Certaines fonctionnalités méritent d'être signalées. On pense au mode 10 bits qui permet de mieux capter les nuances de couleurs -- un peu plus d'un milliard de nuances pour être exact. Attention, cette option force l'enregistrement des clichés en HEIF au détriment du JPEG. Ce format a l'avantage de prendre moins d'espace, mais si vous voulez consulter le fichier sur un PC Windows, il vous faudra utiliser une extension pensée pour permettre l'ouverture de fichiers HEIF.

Parmi les filtres proposés, vous en avez trois bien identifiés par une pastille « Master » à la couleur de Hasselblad. Ces derniers sont censés offrir un étalonnage digne des professionnels, mais soulignons qu'il s'agit avant tout de simples filtres.

Enfin, sur le mode professionnel -- complet au demeurant --, une option propose d'enregistrer au format RAW… ou RAW+. Ce dernier reprend les bases du RAW classique et y associe « les éléments de photographie computationnelle du smartphone »… Voilà, maintenant vous savez.

En façade, le capteur pour les selfies se dote d'une définition de 32 mégapixels qui fait vraiment bien le travail pour restituer le visage fidèlement. Le seul point où il pourrait être un peu critiqué réside dans le traitement de l'arrière-plan lorsqu'il y a un fort contraste. Et encore, je pinaille. Le rendu reste vraiment bon avec très peu de sacrifice sur la finesse des détails.

Enfin, en ce qui concerne la vidéo, sachez que le OnePlus 10 Pro sait filmer jusqu'en 8K (24 fps). Ce n'est pas très intéressant comme fonctionnalité pour le moment. D'une part, il y a peu de chances que vous visionnez vos enregistrements de smartphone sur un téléviseur 8K. D'autre part, cette montée en définition n'est pas encore vraiment synonyme de montée en qualité sur nos téléphones mobiles.

Plus intéressant, vous pouvez monter jusqu'aux 120 fps sur vos vidéos en 4K. Et contrairement à ce que d'aucuns pourraient penser, ce n'est pas un mode ralenti. Vous filmez "en vitesse réelle" et si vous voulez créer un effet slow-mo, vous aurez tout le loisir de le faire en post-production. Attention cela dit à la stabilisation, elle n'est pas incroyable avec ce mode comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Par ailleurs, sur YouTube, vous ne pourrez pas vraiment profiter du 120 fps, la plateforme d'hébergement est limitée à 60 fps.

Voici aussi un autre exemple, mais de nuit.

Plusieurs personnes se tourneront sans doute vers un nombre d'images par seconde moins élevé. Pour vous faire une idée, voici une vidéo en 4K à 30 fps (mais l'option 60 fps existe également).

Et un autre exemple, toujours en 4K 30 fps, mais tourné la nuit.

Pour les vidéos selfie, vous aurez moins de liberté. On est limité à 1080p.

Grosses performances, mais attention à la chauffe

On trouve un Snapdragon 8 Gen 1 sous le capot du OnePlus 10 Pro. Une puce dernier cri et la plus premium dans le catalogue de Qualcomm. Autant dire que les performances sont bien au rendez-vous, vous n'avez aucun souci à vous faire là-dessus. Par exemple, sur un jeu gourmand en ressources tel que Fortnite, vous pouvez profiter de la qualité maximale « Épique » proposée par le battle royale. Et ce, tout en activant le mode 60 fps, même si la fréquence est par défaut est à 30 fps.

En Épique et 60 fps, Fortnite tourne plutôt fluidement sur le OnePlus 10 Pro. Les chutes de framerate restent anecdotiques et ne viennent pas gêner particulièrement l'expérience de jeu. Cependant, après 20 ou 25 minutes dans une partie, le titre d'Epic Games est plus proche des 45 ou 50 images par seconde que des 60 fps. Mais cette baisse s'effectue lentement, progressivement. Elle a peut-être un lien avec le fait que le smartphone chauffe considérablement au bout d'un bon quart d'heure.

Au niveau des benchmarks, le OnePlus 10 Pro prouve qu'il exploite bien la puissance de son Snapdragon 8 Gen 1.

Une batterie un peu juste sauvée par la charge rapide

Le OnePlus 10 Pro est animé par une batterie de 5000 mAh. Cette dernière n'est malheureusement pas la plus fiable et rassurante du monde. Bien que le smartphone permette d'affronter sans problème toute une journée de travail avec un usage actif, il est bien plus limité pour celles et ceux qui voudraient enchaîner en allant en soirée dans la foulée.

Il y ainsi de bonnes chances que soyez contraint de gérer intelligemment le niveau de batterie en fin d'après-midi, c'est toujours un peu contraignant. Notre protocole de test personnalisé ViSer vient confirmer ces observations. En effet, le OnePlus 10 Pro a tenu pendant 10h et 9 minutes face à cette simulation d'un usage actif où diverses applications s'enchaînent. Or, il s'agit d'un score qui s'inscrit plutôt dans le bas du panier. Ce n'est vraiment pas un résultat exceptionnel.

On peut aussi voir ces limites sur une session de Fortnite ou en regardant une série. Des activités pendant lesquelles il ne faut pas s'étonner de voir le pourcentage de batterie fondre en quelques minutes. Fort heureusement, la charge rapide arrive à la rescousse ! Le OnePlus 10 Pro est en effet livré avec un chargeur de 80 W qui permet de passer de 2 à 73 % de batterie en seulement 20 minutes. Il faut encore un peu plus de 10 minutes pour aller jusqu'aux 100 %.

La charge sans fil aussi est de la partie, jusqu'à 50 W.

Pas de souci sur les appels

Le OnePlus 10 Pro est excellent pour les appels téléphoniques. Votre interlocuteur percevra très clairement votre voix, la compression est minime. Les bruits alentour sont parfaitement camouflés à ceci près que les sirènes de police ou d'ambulance peuvent surprendre les algorithmes du smartphone. Rien de très étonnant et surtout rien de dramatique.

Je n'ai par ailleurs aucun souci à faire remonter sur la captation de la 4G d'Orange en région parisienne et il faut aussi savoir que le réseau 5G est pris en charge par le téléphone. Rien à signaler non plus sur la précision de la géolocalisation.

Niveau connectique, vous pourrez vous appuyer sur le Bluetooth 5.2 et le Wi-Fi 6 en plus évidemment du NFC pour les paiements sans contact avec le smartphone. Enfin, le OnePlus 10 Pro peut fonctionner avec deux SIM (mais pas de microSD).

Prix et date de sortie

Le OnePlus 10 Pro existe en deux versions et s'affiche donc à deux prix différents :

La sortie commerciale est prévue en France pour 5 avril prochain. Deux coloris sont disponibles : noir (Volcanic Black) et émeraude (Emerald Forest).