Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test des Xiaomi Redmi Buds 3 Pro : des écouteurs intéressants, mais une exécution chaotique

Xiaomi n'est pas un nouveau venu dans le domaine des écouteurs sans fil. Le constructeur chinois propose en effet des modèles true wireless depuis déjà plusieurs années. Néanmoins, c'est assez récemment que la firme s'est mise à proposer des écouteurs dotés de l'une des fonctions phares du marché, la réduction de bruit active. Avec ses Redmi Buds 3 Pro, Xiaomi cherche à parfaire sa formule en proposant des écouteurs à réduction de bruit et compatibles Bluetooth multipoint pour un prix très agressif de moins de 70 euros. Pari réussi ? C'est ce qu'on va voir dans ce test complet.

Fiche technique

Ce test a été réalisé avec des écouteurs achetés par la rédaction

Design

Les Xiaomi Redmi Buds 3 Pro se démarquent très clairement des précédents écouteurs de la firme. Il faut dire que le constructeur chinois est resté pendant longtemps cantonné à une approche esthétique largement inspirée des AirPods d'Apple avec une tige et un format ouvert. Ici, rien de tout cela. On va retrouver des écouteurs véritablement intra-auriculaires, c'est-à-dire avec des embouts en silicone venant se nicher au sein du conduit auditif.

Si ce choix de design peut gêner certains utilisateurs en raison de l'effet de bouchon ou, tout simplement, de l'introduction d'un élément dans le canal auriculaire, il a cependant deux avantages de taille : l'isolation et la qualité sonore. En matière d'isolation, les embouts en silicone viennent bloquer une partie des bruits alentour. C'est d'autant plus intéressant sur des écouteurs qui sont équipés, en plus, d'une réduction active du bruit. Pour la qualité sonore, les sons ne s'échappant pas du conduit auditif, ils viennent directement à la rencontre du tympan. On peut dès lors profiter d'une qualité audio optimale.

À l'extérieur des écouteurs, nulle trace de tige ou même de logo Xiaomi. Une simple surface verticale brillante sert ici aux contrôles tactiles. Les écouteurs ne sortant pas outre mesure des oreilles, ils restent confortables à porter et n'induisent pas de gêne ou de sensation qu'ils vont tomber comme c'est souvent le cas avec les modèles sans tige. Le maintien est efficace et rappelle, dans une moindre mesure, celui des Beats Studio Buds. Dans l'ensemble, j'ai pu porter les écouteurs pendant trois à quatre heures consécutives sans jamais être gêné par le confort des Redmi Buds 3 Pro.

Le boitier des Xiaomi Redmi Buds 3 Pro

Si le design en lui-même des Redmi Buds 3 Pro s'avère plutôt original, c'est nettement moins le cas de leur boitier. De prime abord, il fait clairement penser au boitier rond des Pixel Buds de Google. Au second abord… aussi. L'inspiration -- pour rester poli -- est nette et précise. Il faut dire qu'on va retrouver ici un boitier rappelant la forme d'un petit galet avec un revêtement mat et qui s'ouvre à la verticale.

Bien que l'inspiration de Xiaomi soit claire quant au design du boitier, il faut bien admettre qu'il est réussi. Google est l'un des rares constructeurs d'écouteurs à proposer un boitier aussi satisfaisant à ouvrir que celui des AirPods d'Apple et, logiquement, il en va de même pour les Redmi Buds 3 Pro. On se retrouve ici avec un boitier que l'on peut ouvrir facilement simplement d'un coup de pouce et avec un couvercle qui paraît solide. En façade, on va retrouver une LED indiquant l'état de la batterie et l'appairage, avec le bouton idoine juste en dessous et, sous le boitier, la prise USB-C servant à la recharge. Xiaomi a même intégré un petit cadre en métal autour de la connectique ajoutant un peu de chic à son étui.

Étanchéité et utilisation sportive

Comme on l'a vu plus tôt, les Xiaomi Redmi Buds 3 Pro peuvent être portés plusieurs heures consécutives sans trop de gêne. Par ailleurs, ils tiennent assez bien dans les oreilles pour qu'on puisse faire du sport avec sans avoir peur de les faire tomber à chaque foulée ou mouvement brusque. Xiaomi a également certifié ses écouteurs IPX4. Cela signifie donc qu'on peut les porter sans souci en faisant du sport sans crainte de la transpiration ou de la pluie puisqu'ils résistent aux éclaboussures. Attention cependant, les écouteurs ne sont pas protégés contre l'immersion et ne pourront donc pas être portés dans une piscine par exemple.

Usage et application

Pour appairer les Xiaomi Redmi Buds 3 Pro, il faudra passer par le bouton d'appairage sur le boitier. En appuyant quelques secondes dessus, la LED va se mettre à clignoter et les écouteurs pourront être retrouvés dans les paramètres Bluetooth de votre smartphone. Mieux encore pour les smartphones Xiaomi, une notification va s'afficher à l'écran de votre téléphone -- s'il est doté au moins de MIUI 12.5 -- pour vous inviter à connecter les écouteurs. On aurait préféré une compatibilité avec le système Google Fast Pair, plus universel, mais c'est toujours ça de pris.

Les contrôles tactiles

Une fois les écouteurs connectés à votre smartphone, la lecture se fait très simplement par gestes tactiles. Trois sont pris en compte par les Redmi Buds 3 Pro : l'appui double pour mettre la musique en pause, le triple appui pour passer au titre suivant et l'appui long pour basculer entre la réduction active du bruit et le mode transparent. Et puis… c'est tout.

Autant le dire de suite, ces contrôles sont très limités. Sans aller jusqu'à demander un contrôle du volume -- encore rare sur les écouteurs -- ou le réveil d'un assistant vocal, on aurait au moins souhaité pouvoir revenir au titre précédent. Plus ennuyeux encore, les écouteurs ne renvoient aucun signal lors des appuis. Impossible dès lors de savoir si le geste a bien été enregistré et il faut attendre une demi-seconde en général avant que la musique se mette en pause. Là encore, sans aller jusqu'à demander un système de vibration, on aurait apprécié au moins un retour sonore.

Mais le plus regrettable quant aux contrôles des Redmi Buds 3 Pro réside dans l'absence de modifications de ces gestes. Et pour cause… Xiaomi ne propose aucune application pour contrôler ses écouteurs.

Des écouteurs qui se contrôlent avec MIUI 12.5… en théorie

La page des Redmi Buds 3 Pro sur le site de Xiaomi réside de petits astérisques indiquant que telle ou telle fonctionnalité est limitée à l'utilisation de smartphones Xiaomi sous MIUI 12.5. Il faut dire qu'en l'absence d'application Redmi Buds, c'est via les paramètres Bluetooth du smartphone que l'on peut interagir avec les différentes fonctions proposées. Du moins, théoriquement.

Dans mon cas, si j'ai passé l'essentiel de mon test avec les Redmi Buds 3 Pro connectés à un smartphone Oppo Find X2 Pro, j'ai également utilisé un smartphone Xiaomi, justement dans le but d'essayer ces fonctionnalités. Il s'agissait d'un Xiaomi Mi 11, doté de MIUI 12.5.4. Une fois les écouteurs connectés au smartphone, je me suis rendu dans les paramètres Bluetooth du smartphone, puis dans les paramètres des écouteurs. Mais je n'y ai découvert que des fonctions classiques, les mêmes que sur le modèle d'Oppo, permettant uniquement de gérer le codec utilisé (AAC ou SBC), l'utilisation des écouteurs pour les appels ou pour écouter des fichiers multimédias. Nulle trace de la gestion de la réduction de bruit, de la connexion Bluetooth multipoint, du mode transparent ou d'une fonction pour retrouver les écouteurs comme le promet pourtant Xiaomi sur son site.

Plus gênant encore : ces paramètres ne permettent pas de mettre à jour les écouteurs en passant par le Bluetooth.

J'imagine qu'il s'agit d'une mise à jour tardive de la part de Xiaomi et j'ose espérer que ces différents contrôles apparaîtront plus tard, par un moyen ou un autre -- et ce test sera mis à jour si c'est le cas -- mais en l'état, rien ne sert d'utiliser un smartphone Xiaomi plutôt qu'une autre marque, les fonctions des Redmi Buds 3 Pro sont tout autant bridées d'un côté comme de l'autre.

La connexion Bluetooth

Du côté de la connexion Bluetooth, Xiaomi utilise ici du Bluetooth 5.2, devant assurer une bonne portée et une excellente stabilité du signal. Dans les faits, j'ai cependant eu quelques soucis avec des microcoupures notamment avec le smartphone rangé dans ma poche de pantalon et avec un sac de course à l'épaule, entre les écouteurs et le smartphone. Rien de dramatique non plus -- ça dure généralement moins d'une seconde et la connexion reprend aussitôt -- mais c'est cependant à noter si jamais vous êtes particulièrement frustré de ce genre de bugs techniques.

On l'a vu juste au-dessus, les Redmi Buds 3 Pro ne fonctionnent pas mieux avec un smartphone Xiaomi qu'avec ceux d'autres constructeurs. Dans les faits, ça présente un avantage : certaines des fonctions présentées par Xiaomi comme étant exclusives à ses smartphones sont en fait disponibles pour toutes les marques. C'est le cas notamment de la connexion Bluetooth multipoint. Même après s'être connecté à un premier smartphone, il est possible de se connecter à une deuxième source -- un smartphone, une tablette, un ordinateur, etc. -- et ce même simultanément. Les écouteurs à proposer ces fonctions sont encore trop rares sur le marché et j'ai clairement apprécié le fait d'utiliser les écouteurs connectés à mon PC pour écouter de la musique tout en pouvant répondre à un appel sur mon smartphone en cas d'urgence, et ce sans avoir besoin de me déconnecter de l'ordinateur.

Notons enfin que les écouteurs peuvent être utilisés chacun individuellement. En rangeant l'un des deux écouteurs dans le boitier, il va automatiquement se mettre en veille tandis que celui resté dans votre oreille va récupérer les deux signaux stéréo pour diffuser un son mono. On ne perd donc rien de l'expérience d'écoute du titre.

Réduction de bruit

Si l’on peut saluer la gestion du Bluetooth multipoint sur les écouteurs de Xiaomi, c'est une tout autre affaire quant à la réduction de bruit active. D'emblée, Xiaomi le précise : les Redmi Buds 3 Pro sont équipés d'un système à trois niveaux de réduction de bruit qui va s'adapter automatiquement en fonction des bruits ambiants. Le constructeur suggère d'ailleurs que c'est via MIUI 12.5, sur les téléphones de la marque, que l'on pourra basculer entre les différents niveaux.

Cependant, là aussi, nulle trace d'un tel réglage dans les paramètres Bluetooth des écouteurs. Et si le constructeur indique que la suppression de bruit intelligente par IA n'est proposée que sur les smartphones Xiaomi, force est de constater que j'ai pu en profiter sur mon Oppo Find X2 Pro pour le meilleur, mais surtout pour le bruit. Avant de s'attaquer à la qualité de cette réduction de bruit en elle-même, un petit mot s'impose sur ce fonctionnement « intelligent ».

C'est bien simple, même après plus d'une semaine d'utilisation des écouteurs, je n'ai toujours pas compris quel critère leur permet de basculer d'un mode de réduction de bruit à l'autre. Sur le papier, les Redmi Buds 3 Pro proposent un mode suppression profonde pour le métro ou l'avion, un mode équilibré pour les cafés ou les parcs et un mode léger pour les bibliothèques ou les bureaux. On s'imagine donc que les écouteurs vont adapter la réduction de bruit en fonction des nuisances sonores extérieures. Il n'en est rien.

Parfois, en marchant dans la rue, la réduction de bruit semblait réglée sur légère -- on n'a aucun moyen de contrôler ce paramètre puisqu'il n'est pas accessible manuellement -- puis, quelques secondes après qu'un véhicule est passé à proximité, j'ai senti une accentuation de la réduction de bruit… alors même que la voiture était déjà à 50 mètres devant moi. Quelques secondes plus tard, le mode repassait alors sur une réduction de bruit légère. Dans le métro, c'est tout de même mieux, puisque le bruit sourd et constant de la rame indique aux écouteurs de ne pas basculer d'un mode à l'autre. Toujours est-il que cette gestion automatique, sans possibilité de la paramétrer manuellement, est catastrophique. On est loin, très loin, du mode automatique que peuvent proposer des écouteurs haut de gamme comme les Sony WF-1000XM4. Certes, ils sont proposés à un prix quatre fois plus élevé, mais si c'est pour proposer une expérience aussi mauvaise, autant ne pas la proposer du tout.

Maintenant que ma diatribe est passée, on peut tout de même saluer une réduction de bruit plutôt efficace lorsqu'elle est poussée en mode « suppression profonde », c'est-à-dire avec un bruit élevé et constant. Mais encore faut-il que vous ayez suffisamment de chance pour que l'environnement sonore soit bien reconnu par les écouteurs. Les autres modes sont en effet suffisamment médiocres pour inciter à augmenter le volume afin de s'assurer de bien entendre sa musique. Cela va à l'encontre du principe même de la réduction active du bruit, censée protéger nos esgourdes.

Le mode transparence

En plus de la réduction active du bruit, les trois écouteurs proposés sur les Xiaomi Redmi Buds 3 Pro permettent également de profiter d'un mode transparence. Pour l'activer, il suffit d'appuyer longuement sur un écouteur. On passe alors de la réduction active du bruit au mode transparent -- aucun mode passif ne semble proposé.

Là encore, deux modes de transparence sont proposés : « transparent » ou « amplifier les voix ». Les différences entre les deux modes sont cependant anecdotiques et, dans l'ensemble, le mode transparent s'avère plutôt efficace.

Audio

Les Xiaomi Redmi Buds 3 Pro sont tous deux équipés d'un transducteur de 9 mm de diamètre. Du côté de la transmission Bluetooth, ils ne sont compatibles qu'avec les codecs AAC et SBC. Ne comptez donc pas profiter de fichiers en qualité très élevée, puisqu'on ne retrouve pas de trace de l'aptX ou du LDAC.

Pour tester la qualité sonore des écouteurs, je les ai connectés à un smartphone Oppo Find X2 Pro en Bluetooth, avec le codec AAC. J'ai par ailleurs écouté des titres hébergés sur Spotify en qualité « très élevée », ce qui équivaut à des titres encodés en ogg vorbis à 320 kbps.

On ne peut pas dire que les Redmi Buds 3 Pro brillent particulièrement par leur rendu sonore. La signature des écouteurs, en V, va faire la part belle aux basses sans forcément proposer des graves d'excellente qualité. Les basses fréquences sont certes là, appuyées, mais un peu trop brouillonnes. Elles sont peu définies et, surtout, manquent de rondeur. On a finalement davantage un son basseux que des basses de très bonne facture. C'est notamment audible sur la nappe de synthé en introduction de Bad Guy de Billie Eilish.

Les médiums quant à eux sont plutôt présents, mais avec un rendu assez sec, qui va manquer là aussi de profondeur. Ce sont surtout les hauts médiums qui sont en fait mis en avant, tant et si bien qu'on se retrouve avec des voix assez sèches et, surtout, une forte tendance à la sibilance, avec des sons en « s » trop accentués. Heureusement, les écouteurs se rattrapent sur les aigus, plutôt bien rendus.

On pourra également regretter une dynamique assez moyenne, mais il est difficile de le reprocher à des écouteurs vendus à un tarif aussi bas. C'est surtout la qualité des basses qui déçoit sur ces écouteurs, tout comme les médiums trop secs.

Micro

On l'a vu, les Redmi Buds 3 Pro sont dotés de trois microphones par écouteur. Si l'un d'entre eux va être utilisé pour capturer votre voix, les autres sont là pour gérer les bruits ambiants et les atténuer durant les appels.

Dans un environnement calme, les écouteurs de Xiaomi s'en sortent plutôt bien, avec une captation intelligible de votre voix pour votre interlocuteur, même s'il aura l'impression de vous entendre d'un peu loin. En revanche, dès que davantage de bruits se font sentir -- si vous êtes dehors avec des passants, des véhicules ou du vent par exemple -- c'est la Bérézina. Les écouteurs auront déjà du mal à couper le brouhaha ambiant, mais surtout votre interlocuteur n'entendra qu'un mot sur deux.

Enfin, avec un bruit constant comme un robinet d'eau ou dans le métro, si la réduction de bruit s'avère efficace -- après une à deux secondes d'adaptation -- votre voix sera complètement inintelligible pour la personne au bout du fil qui ne comprendra plus rien à ce que vous pouvez lui raconter. Bref, on a vu -- et entendu -- bien mieux, même sur cette gamme de prix.

Autonomie

Du côté de la batterie, Xiaomi a équipé ses écouteurs d'accumulateurs de 35 mAh tandis que celui du boitier a une capacité de 470 mAh. Selon le constructeur chinois, cela permettrait d'utiliser ses Redmi Buds 3 Pro pendant 6 heures avec une seule charge et d'étendre l'autonomie à 28 heures grâce au boitier.

De mon côté, avec un volume sonore à 80 %, j'ai pu utiliser les écouteurs de Xiaomi pendant 6h16 avant qu'ils ne tombent à court de batterie. On est donc bien dans l'ordre d'idée donné par Xiaomi. Notons néanmoins que certains écouteurs, comme les FreeBuds 4i de Huawei, proposent non seulement une autonomie meilleure, mais avec la réduction de bruit activée. On a donc, certes, une bonne autonomie, mais qui n'est pas la meilleure du marché des écouteurs sans fil.

Pour la recharge, en plaçant les écouteurs déchargés dans leur boitier, j'ai pu récupérer 100 % d'autonomie en moins de 40 minutes.

Pour recharger le boitier en lui-même, on peut utiliser le câble USB-C fourni avec les écouteurs, ou bien une base de charge Qi, l'étui des Redmi Buds 3 Pro étant compatible avec la charge sans fil, par induction.

Prix et date de sortie

Les Xiaomi Redmi Buds 3 Pro sont disponibles en deux coloris, gris glacier ou noir graphite, à 69,99 euros chez les revendeurs et à 59,99 euros chez Xiaomi.