Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Avis CyberGhost : un VPN facile d'accès, mais moyennement digne de confiance

LES CARACTÉRISTIQUES DE CYBERGHOST VPN

QUI EST CYBERGHOST VPN ?

Cyberghost VPN est né en 2004 sous l’entreprise du même nom “Cyberghost SA”, basée en Roumanie. D’abord gratuit, le service s’est vite adapté au marché grandissant des VPN en adoptant un modèle de souscription mensuelle puis annuelle. En 2017, le groupe est racheté par la société Crossrider, d’abord spécialisée notamment dans les Adware (ou logiciels publicitaires), ce qui a fortement entaché la réputation du VPN. Cyberghost se défend depuis de toute connivence avec les anciennes activités de sa maison mère et prône un modèle économique sain. 

Le groupe renommé depuis 2018 Kape Technologies PLC possède d'ailleurs d’autres services de VPN comme ZenMate ou Private Internet Access. Cyberghost revendique aujourd’hui pas moins de 38 millions d’utilisateurs et mise sur une politique de communication  basée sur des partenariats avec des influenceurs.

INTERFACE / PRISE EN MAIN

Cyberghost est clairement l’un des VPN possédant la mise en route la plus intuitive et la plus simple à appréhender sur le marché. D’abord, le service est entièrement disponible en français, ce qui est un avantage certain sur beaucoup de ses concurrents qui font encore l’impasse sur la langue de Molière. Une fois l’app installée, il suffit de très peu de manipulations pour se connecter à un serveur et utiliser le service sans besoin d’un bagage technique. 

L'interface est à la fois claire et instinctive tout en ayant un agencement logique des menus et des fonctionnalités. L’affichage par défaut va à l’essentiel et propose de se connecter d’un simple clic à un serveur distant optimisé ou via une destination choisie. Une fois connecté, le VPN affiche les paquets reçus et envoyés, le protocole du serveur utilisé et la durée de connexion en temps réel. Le menu latéral (dans la version desktop) affiche la liste de tous les serveurs disponibles, la distance à laquelle ils se trouvent et de les désigner en favoris. 

La facilité d'utilisation est clairement au cœur de l’expérience puisque Cyberghost permet de se connecter directement à des serveurs optimisés pour chaque type d’usage : streaming depuis les plateformes de VOD étrangères (Netflix US entre autres), pour le jeu en ligne, pour le téléchargement en P2P ou même en utilisant une IP dédiée (en option payante cependant). 

D’autres options avancées viennent compléter le tableau avec notamment l’activation ou non du filtrage DNS pour éviter les publicités et les trackers lors de la navigation ou encore le kill switch automatique qui coupe totalement la connexion en cas de problème de connectivité à un serveur pour ne pas compromettre son anonymat. Pour compléter le tableau, il est possible d'établir des règles spécifiques pour une application pour éviter de devoir se déconnecter du VPN à chaque fois qu’on lance un programme qui n’en a pas l’usage. 

Cyberghost dispose aussi d'une fonction dit de "split tunneling" via l'onglet "Smart Rules" permettant de définir une connexion sécurisée à un service spécifique tout en conservant son IP locale pour le reste, on pense notamment aux imprimantes connectées au réseau domestique. 

Concernant Linux, Cyberghost ne propose pas d’interface graphique et se contente d’utiliser la configuration via le terminal en ligne de commande pour fonctionner. Concrètement, seuls les utilisateurs avertis en auront plein usage, même si une FAQ est disponible sur le site du VPN.

Sur mobile (Android, iOS), l’expérience est quasi identique, voire presque encore plus simple d’utilisation. On apprécie d’ailleurs l’unification générale des interfaces qui rend le tout cohérent, surtout dans le cadre de connexions simultanées. Cependant tout n’est pas unifié à 100 %. Seul le protocole Wireguard est utilisé sur mobile et l’on remarque la présence du split tunneling, mais seulement sur appareils Android pour le moment.

Cyberghost est également accessible directement depuis une extension pour navigateur (Chrome, Edge, Safari, Firefox, etc.), qui ne dispose cependant pas des performances ni des fonctionnalités de la version desktop ou mobile. D’abord, elle se limite uniquement à la navigation web et une poignée de serveurs sont accessibles. De plus, pour débloquer les géoblocages liés notamment aux services de VOD, seul un abonnement payant en est capable.

SERVEURS ET PERFORMANCES

C’est le nerf de la guerre du côté des services de VPN, le nombre de serveurs et les performances globales font partie intégrante des caractéristiques d’un tel service. Côté chiffres, Cyberghost peut se targuer d’offrir plus de 7100 serveurs répartis dans 91 pays différents. Ce n'est ni plus ni moins que le service de VPN le plus fourni de ce côté. 

Ces chiffres ont-ils cependant un impact du côté des performances ? Voici les résultats obtenus suite à différents tests effectués avec une connexion fibre filaire parisienne et depuis le site de Nperf.

*Les tests ont été effectués en attribution automatique de protocole

Si les débits de CyberGhost ne sont pas toujours aussi élevés que chez la concurrence, notamment chez Nord VPN ou Surfshark, ils sont néanmoins largement suffisants pour regarder des vidéos en streaming depuis un serveur américain dans la meilleure qualité possible, ce qui correspond à l’usage le plus courant pour un VPN. Durant nos tests, la plupart des plateformes de VOD étaient parfaitement accessibles (Netflix, Prime Video, Disney+) sans même avoir à créer de sessions privées de navigation. De plus, les applications mobiles ont parfaitement fait la bascule sans avoir à passer par un navigateur.

Forcément, le téléchargement est bien plus à la peine depuis un serveur basé à l’autre bout du monde. Il faut aussi faire une croix sur le cloud gaming, mais ce n’est pas étonnant tant le ping est élevé en dehors d’un serveur situé dans le même pays.

CyberGhost a également fait des efforts sur la disponibilité de serveurs dans certains pays autoritaires. À la liste des pays vers lesquels il est aujourd’hui possible de se connecter en Arabie Saoudite, en Iran, en Turquie, en Égypte et même en Chine, même si L'Irak et la Syrie manquent encore à l’appel.

Par défaut, Cyberghost attribue automatiquement un protocole de connexion. Il est d’ailleurs étrange que le service privilégie actuellement Open VPN via une connexion à un serveur étranger et que le protocole Wireguard, pourtant plus performant, plus économe et largement mis en avant soit relayé en seconde main depuis un ordinateur Windows. Il est d’ailleurs encore indisponible sur l’application macOS. En fonction de vos besoins, il est cependant possible de changer de protocoles dans les paramètres, mais on aurait aimé que l’option soit plus accessible, celle-ci étant noyée dans les paramètres généraux. Fait encore plus troublant, Wireguard est encore exclusif aux plateformes Android sur mobile là où iOS doit se contenter d'Open VPN. Malgré l'absence totale de fuites DNS, Cyberghost a encore des efforts à faire pour unifier ses applications et leurs fonctionnalités.

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ

C’est essentiel lorsque l’on parle de sécurité sur Internet, la protection des données personnelles et de la vie privée est un point critique pour tout service de VPN. Cyberghost met en avant sa politique de non-conservation des données pour rassurer ses clients, jusqu’à en faire un argument marketing. Tout ceci est cependant à titre indicatif et rien n’indique vraiment que c’est le cas en dehors de son propre rapport de transparence datant de 2020. Ce dernier est délivré par le VPN lui-même selon ses propres recherches et non par un cabinet indépendant.

Cette question est d’autant plus légitime lorsque l’on connaît la société mère de Cyberghost, Kape Technologies PLC et son passif dans le monde de l’Adware avant de consacrer son activité à la cybersécurité. Officiellement, Cyberghost affirme ne rien conserver concernant l’utilisation du service comme l’adresse IP de l’utilisateur, l’heure et la durée de la session interne qui passent par ses serveurs ou même les sites visités. Cela n’empêche pourtant pas le VPN de conserver les informations fournies lors de l'inscription à savoir les nom et prénom, l'adresse mail et le moyen de paiement. C'est certes commun à la majorité des autres fournisseurs de VPN, mais n’inspire pas forcément confiance. 

Ce sentiment est encore plus mis en avant lorsque l’on remarque que Cyberghost propose ses propres serveurs basés en Roumanie baptisés “NoSpy”. Il s’agit de serveurs plus sécurisés garantissant une politique “Zéro Log” puisque non conventionnée à la juridiction des Fives Eyes et même à son extension jusqu’aux 14 yeux. 

Dans tous les cas, nous avons pu constater l’efficacité du mode kill switch qui coupe automatiquement la connexion de votre PC ou de votre mobile en cas de problème avec un serveur.

SERVICE CLIENT

Côté assistance technique, on ne peut pas dire que le modèle de Cyberghost soit franchement une réussite. D'abord, le support n'est accessible que de deux manières : via formulaire ou via chat. Le premier est assez poussif et demande un nombre important d'informations. Certes toutes ne sont pas obligatoires, mais passer par là n'est pas des plus pratique, surtout quand la réponse tarde par la suite. Le chat quant à lui est souvent indisponible en français et l’on tombe très souvent sur le bot Zendesk (outil de communication pour le service client) qui n'est pas des plus pertinent ni des plus réactif. En revanche, une fois tombé sur une assistance humaine, le contact est très cordial et réactif. C’est donc un point en dent de scie pour un service ayant maintenant plus de 10 ans d'ancienneté.

TARIFS

Comme la plupart des services de VPN, CyberGhost propose plusieurs formules d’abonnements. Ceux-ci vont de 1 mois à 3 ans. De base, même si les prix évoluent assez rapidement au cours de l’année, il est toujours plus avantageux de passer par l’abonnement de 3 ans qui naturellement dispose du plus gros rabais. Ne vous faites cependant pas avoir pour autant, il s’agit simplement d’une méthode incitant à prendre l’abonnement le plus long pour capter les clients sur le long terme. En comparaison avec d’autres services de VPN, les prix ne sont pas si prohibitifs et restent dans la moyenne. À l’heure où nous écrivons ces lignes, l’abonnement de 3 ans est listé à 73,71 euros par an, soit 1,89 euro par mois dont 3 sont offerts. Là encore, la souscription se fait en une seule fois et non mensuellement. 

Cyberghost propose tout de même 45 jours d’essais pendant lesquels un remboursement total est possible.